Chez Lombard Odier, nous pensons que La Révolution de la Soutenabilité n’est plus un simple idéal et affecte déjà tous les secteurs et toutes les industries. Nous ne voyons pas d’objectif plus crucial ou plus urgent que la refonte de notre modèle économique, qui n’est actuellement pas soutenable. Nous devons faire évoluer notre modèle actuel et amorcer la transition vers une alternative plus soutenable et régénérative. Un avenir basé sur le modèle d’une économie circulaire, efficiente, inclusive et propre. Nous l’appelons CLIC™.

Nous ne voyons pas d’objectif plus crucial ou plus urgent que la refonte de notre modèle économique, qui n’est actuellement pas soutenable
parler avec un expert

Aujourd’hui, nous gaspillons beaucoup trop. Les taux de recyclage restent faibles et les progrès varient selon les secteurs. Nous ne tenons pas compte du fait que nos ressources sont limitées. Prenons l’exemple du plastique. Pas moins de 79% des plastiques produits finissent dans des décharges et, sur l’ensemble des biens manufacturés à base de plastique, seulement 43% réintègrent l’économie par l’intermédiaire du traitement des eaux, du compostage, de l’épandage, du recyclage et d’autres formes de récupération. Ce comportement pousse la capacité de régénération de notre écosystème au bord du précipice.

Les taux de recyclage restent faibles et les progrès varient selon les secteurs

Notre économie est trop inefficace. Nous consommons et accumulons des biens en excès. Les voitures restent stationnées approximativement 92% du temps, tandis que les espaces de bureau sont vides 50 à 65% du temps2. De même, les équipements des collectivités sont inutilisés 70% du temps. Ce modèle linéaire de « Take, Make, Waste » (prendre, fabriquer, jeter) favorise la demande de produits non soutenables et inefficients.

Par ailleurs, notre monde est inéquitable. La prospérité est distribuée de manière inéquitable, des pans entiers de population étant privés de leurs droits et sans accès à une couverture médicale abordable. Cette situation a provoqué des inégalités accrues conduisant à des tensions sociales. La moitié des adultes dans le monde détient moins de 1% de la fortune mondiale. Les classes moyennes sont également sous pression. L’inégalité raciale et entre les sexes empêche la société d’atteindre son plein potentiel économique.

Une économie sale et fortement carbonée met en péril notre écosystème. Les terres arables subissent une pression immense à cause du changement climatique et du nombre croissant de personnes à nourrir. Les chaînes d’approvisionnement sont complexes et entraînent des besoins de transport et d’énergie supplémentaires. L’utilisation excessive de produits chimiques, notamment d’engrais et de pesticides, a entraîné une dégradation des sols et menace la santé humaine, la biodiversité et la chaîne alimentaire planétaire. L’extraction des ressources, de même que nos taux d’émissions et de déchets ne sont pas tenables aux niveaux actuels.

L’extraction des ressources, de même que nos taux d’émissions et de déchets ne sont pas tenables aux niveaux actuels

Pour nous acheminer vers un avenir meilleur, nous devons créer une économie circulaire. Une économie axée sur une demande de biens réduite, une extension de la durée de vie des produits et une réduction des déchets en ne restituant que les éléments tels que l’eau et le compost, lesquels peuvent être réabsorbés immédiatement. La circularité fait référence à la nouvelle manière de concevoir des produits et modèles d’affaires, dont le but est de promouvoir la réduction, la réparation, la réutilisation, la redistribution et le recyclage de produits. Nous devons changer notre manière de produire. Le plastique est un parfait exemple. Il existe de nombreux moyens de réduire, réutiliser et gérer les déchets plastiques : des initiatives de nettoyage, l’amélioration de la gestion des stocks, l’introduction d’emballages intelligents et l’utilisation de la technologie pour trier et traiter les déchets.

La circularité fait référence à la nouvelle manière de concevoir des produits et modèles d’affaires, dont le but est de promouvoir la réduction, la réparation, la réutilisation, la redistribution et le recyclage de produits

Apprendre à être efficients sera crucial dans cette nouvelle économie. Il s’agira de se concentrer sur une production et une consommation efficientes et sur une extraction n’allant pas au-delà de ce que nos ressources naturelles peuvent supporter ou régénérer. A l’avenir, nous verrons émerger des modèles qui s’éloignent d’une logique de propriété personnelle au profit d’une économie basée sur le partage, plébiscitant notamment le covoiturage, le partage du domicile et les bureaux partagés. La mobilisation d’actifs inutilisés par le biais de l’économie du partage est fondamentale pour trouver des formes de consommation et de production plus rationnelles.

Construire une économie inclusive, c’est pouvoir offrir des solutions abordables pour tous. A cet effet, les entreprises doivent poursuivre l'objectif des trois P : intégrant les personnes, la planète et le profit. Il est maintenant temps que les gains de productivité soient redistribués aux employés par le biais de salaires équitables et de possibilités de promotion. Les gouvernements doivent investir dans la formation, donner accès aux soins et aux services publics, et créer des systèmes urbains verts. Les technologies telles que l’intelligence artificielle (IA) serviront de moteur pour garantir et construire des solutions intelligentes, mais également changer le visage de la main d’œuvre.

Il est maintenant temps que les gains de productivité soient redistribués aux employés par le biais de salaires équitables et de possibilités de promotion

Créer une économie propre est fondamental. Pour y parvenir, il faudra dans un premier temps que les coûts des énergies renouvelables baissent et qu’elles deviennent plus compétitives sans subventions, mais aussi que l’électrification s’impose dans les solutions de mobilité. Pour atteindre la neutralité carbone à l’avenir, nous devons aller plus loin encore. Il faudra améliorer considérablement l’efficience énergétique, contrôler la pollution, introduire une tarification du carbone, aligner des politiques et remanier la conception des marchés, supprimer des subventions inutiles et inefficaces, assurer une alimentation et un système d’occupation des sols soutenables, mais également imposer des technologies à émissions négatives. Une économie plus propre atténue les risques climatiques, réduit les coûts socio-économiques énormes de la pollution et crée des opportunités d’investissement liées à la demande de produits et infrastructures à faible émission de carbone. La transition vers une économie propre nécessite une baisse des émissions, ainsi qu’une relation plus soutenable avec la nature.

La transition vers une économie propre nécessite une baisse des émissions, ainsi qu’une relation plus soutenable avec la nature
WILDtoCLIC_Icone1
circulaire
WILDtoCLIC-Icons
efficiente
WILDtoCLIC-Icons
inclusive
WILDtoCLIC-Icons
propre

Loin de menacer la prospérité et la croissance, l’économie CLIC™ se nourrit de l’efficience et de l’innovation pour doper la croissance, en synergie avec l’environnement général. De nouveaux modèles d’affaires inédits offrent des opportunités sans précédents, tout en permettant de réduire notre impact sur l’environnement et de contribuer à la prospérité sur une base plus large et plus équitable.

Loin de menacer la prospérité et la croissance, l’économie CLIC™ se nourrit de l’efficience et de l’innovation pour doper la croissance, en synergie avec l’environnement général

L’économie CLIC™ est une économie qui nous met sur la voie d’une économie zéro-émission et zéro-déchet, avec une empreinte limitée à la capacité de régénération de notre environnement, tout en favorisant les avancées pour notre population croissante. Nous avons atteint un point de basculement et les entreprises doivent faire un choix. Il y a des opportunités considérables pour la croissance verte, les modèles d’affaires disruptifs et les solutions innovantes. Les entreprises qui prospéreront sont celles qui possèdent une direction solide, clairvoyante et tournée vers l’avenir et qui sauront comprendre et exploiter les tendances qui sous-tendent la transition.

D’autant plus que cette transition va encore s’accélérer, alimentée par un cercle vertueux de forces économiques et de marché. Elle touchera tous les secteurs, créant une opportunité d’investissement de USD 5’500 milliards par an3. Or, pour saisir ces opportunités, nous devons repenser l’approche traditionnelle qui exclut des secteurs à fortes émissions de carbone. L’économie mondiale ne peut croître sans eux, même si la neutralité carbone est atteinte.

...pour saisir ces opportunités, nous devons repenser l’approche traditionnelle qui exclut des secteurs à fortes émissions de carbone. L’économie mondiale ne peut croître sans eux, même si la neutralité carbone est atteinte

où nous sommes.

Si notre héritage est suisse, nous sommes résolument internationaux dans notre approche et nos perspectives. Avec plus de 25 bureaux dans le monde, nous sommes en mesure de servir nos clients où qu’ils se trouvent.

corraterie_impair_entree_11.jpg

pour nous contacter.

Veuillez selectionner une valeur.

Veuillez saisir votre prénom.

Veuillez saisir votre nom de famille.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Veuillez saisir un numéro de téléphone valide.

Veuillez selectionner une valeur.

Veuillez selectionner une valeur.

Veuillez composer votre message.

Un problème est survenu, votre message n'a pas été envoyé.

1 Potsdam Institute for Climate Impact Research (2015). Four of nine planetary boundaries now crossed. Site Internet : https://www.pik-potsdam.de/news/press-releases/four-of-nine-planetary-boundaries-now-crossed
2 Ellen Macarthur Foundation (2015). Towards a Circular Economy : Business Rationale for an Accelerated Transition. Site Internet : https://www.ellenmacarthurfoundation.org/assets/downloads/TCE_Ellen-MacArthur-Foundation_9-Dec-2015.pdf
3 Voir PDF Mobilité « CLIC™ » : une transition climatique pour le transport post-COVID

parlons-nous.