fr

    Nous devons entamer une transition vitale pour la santé des êtres humains et de la planète. Notre système économique repose sur la bonne santé de la planète1. Nous sommes dans une situation périlleuse car nous la poussons au-delà de ses limites.

    Les limites planétaires définissent l’espace dans lequel l’humanité et notre économie peuvent se développer et prospérer. Sur les neuf limites planétaires qui assurent la régulation de la stabilité et de la résilience du système terrestre, nous en avons déjà franchi cinq, et les suivantes sont en péril. Les pressions que nous exerçons sur ces limites planétaires interagissent et amplifient l’impact de notre économie WILD (« Wasteful, Idle, Lopsided and Dirty » : gaspilleuse, inefficace, inéquitable et sale).

    Si nous continuons à les franchir, nous augmentons le risque de dommages désastreux à grande échelle, voire de changements irréversibles de l’environnement.

     

    FS-PlanetBoundaries-graph-FR.svg
    parler avec un expert

    transformation des secteurs clés.
     

    Pour protéger notre santé économique et notre prospérité à long terme, nous devons accélérer la transition vers une économique CLIC® (« Circular, Lean, Inclusive and Clean » : circulaire, efficiente, inclusive et propre).
    Nous pensons que 3+1 changements de système favoriseront cette transition : 1) l’énergie; 2) la nature ainsi que l’agriculture, la foresterie et les autres utilisations des terres (connu sous l’acronyme anglais AFOLU (« Agriculture, Forestry and Other Land Uses » )); 3) les matériaux; et 1) le carbone. Ces profondes transformations perturberont 95% de notre univers d’investissement.
     

    transformation des secteurs.

    La manière dont nous utilisons les terres est profondément problématique. Les techniques agricoles modernes (qui représentent 98% des pratiques d’utilisation des terres) sont basées sur le labourage et le travail du sol, qui libèrent de grandes quantités de carbone stockées dans le sol, ce qui contribue fortement au changement climatique. Le recours excessif aux engrais à base de combustibles fossiles libère également des émissions dans l’atmosphère. En outre, l’utilisation excessive de pesticides de synthèse occasionne des déchets agrochimiques qui dégradent les sols et polluent l’eau. Qui plus est, près de 80% de nos terres agricoles sont utilisées pour produire de la viande et des produits laitiers, qui sont non seulement responsables du double des émissions de GES des aliments végétaux, mais aussi très gourmands en eau, puisque le secteur mondial consomme 70% de l’approvisionnement en eau douce. 

    Comment résoudre cette situation ? En restituant un milliard d’hectares de terres à la nature d’ici 2030. Si ce plan semble ambitieux, de nombreuses avancées ont déjà été réalisées, puisque 115 pays ont pris des engagements  et qu’un milliard d’hectares devraient être restitués à la nature d’ici 2030, avec plus de 300 millions d’hectares prévus à cet effet en Amérique, en Chine et en Europe, qui sont des producteurs agricoles majeurs.

    nourrir dix milliards de personnes en toute sécurité.
     

    Afin de nourrir une population croissante de façon soutenable, il faudra emprunter des voies de transition vers de nouveaux systèmes alimentaires. Les modèles d’affaires seront transformés et la façon dont nous produisons, distribuons et consommons la nourriture changera de façon radicale. 

    la feuille de route vers de nouveaux systèmes alimentaires.


    La transition vers de nouveaux systèmes alimentaires est en cours. Les opportunités d’investissement sont légion dans la production alimentaire soutenable pour les entreprises fabriquant des intrants biologiques et synthétiques, ainsi que des produits alimentaires comme les aliments pour les animaux, l’aquaculture et les engrais. Nous privilégions les entreprises qui mettent en œuvre des solutions sur l’ensemble de la chaîne de valeur dans des industries comme celles des équipements agricoles et alimentaires, des emballages alimentaires et de la logistique. En outre, les entreprises en contact avec le consommateur qui fabriquent, vendent et servent de la nourriture afin de promouvoir une consommation soutenable offrent des perspectives attrayantes. Avec notre nouvelle stratégie, en partenariat avec SYSTEMIQ, nous visons à saisir les opportunités associées à la transformation des systèmes alimentaires alors qu’ils évoluent vers un modèle capable de nourrir la planète sans franchir ses limites, ou en contribuant à les restaurer.

    Nous pensons que les nouveaux systèmes alimentaires génèreront des bénéfices de USD 1’500 milliards d’ici 2030

    où nous sommes.

    Si notre héritage est suisse, nous sommes résolument internationaux dans notre approche et nos perspectives. Avec plus de 25 bureaux dans le monde, nous sommes en mesure de servir nos clients où qu’ils se trouvent.

    corraterie_impair_entree_11.jpg

    pour nous contacter.

    Veuillez selectionner une valeur.

    Veuillez saisir votre prénom.

    Veuillez saisir votre nom de famille.

    Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

    Veuillez saisir un numéro de téléphone valide.

    Veuillez selectionner une valeur.

    Veuillez selectionner une valeur.

    Veuillez composer votre message.

    Un problème est survenu, votre message n'a pas été envoyé.

    Forum économique mondial, « Nature Risk Risking: Why the Crisis Engulfing Nature Matters for Business and the Economy » (2020)
    Office fédéral allemand pour l’agriculture et l’alimentation (BLE) (2022). https://www.ble.de/SharedDocs/Pressemitteilungen/DE/2022/220330_Versorgungsbilanz-Fleisch.html 
    Food and Land Use Coalition (2019) : Growing Better
    Carbon Pricing Leadership Coalition (2017) « Report of the High-Level Commission on Carbon Prices »
    5 « Landmark study shows the circular economy can halt biodiversity loss », Forum économique mondial (weforum.org)
    6 White Paper Lombard Odier – Systèmes alimentaires
    7 (Dimbleby, 2021)
    8 (Cassidy, West, Gerber, & Foley, 2013)

    parlons-nous.
    parlons-nous.
    parlons-nous.
    partager.
    newsletter.