Les Chroniques CLIC™ : la technologie au cœur de l’agriculture de demain

rethink sustainability

Les Chroniques CLIC™ : la technologie au cœur de l’agriculture de demain

Des machines équipées de capteurs se déplacent d’un bout à l’autre du champ, à la recherche d’éventuelles anomalies : dès qu’une plante a besoin d’eau, elle sera arrosée. Si une autre se flétrit à cause d’une maladie, elle sera traitée et surveillée. Voici un avant-goût de l’agriculture du futur : un savant mélange de Silicon Valley et de tradition. Les agriculteurs ne disparaîtront pas pour autant des champs à l’avenir : libérés des tâches laborieuses, ils pourront mieux surveiller leurs cultures et prendre des mesures appropriées et anticipées.

La société suisse ecoRobotix est en train de révolutionner le domaine des technologies agricoles avec ses machines robotisées

L’idée n’est pas si déphasée de la réalité quotidienne. La société suisse ecoRobotix est en train de révolutionner le domaine des technologies agricoles avec ses machines robotisées. Son objectif : mettre au point des machines agricoles automatisées qui permettront aux agriculteurs de réduire le coût de production des aliments tout en utilisant moins d’intrants nuisibles tels que les pesticides.

« A long terme, nous voulons que des machines autonomes puissent répondre individuellement aux besoins de chaque plante », affirme Aurélien Demaurex, co-fondateur d’ecoRobotix et membre de son conseil d’administration.

« La robotique et l’intelligence artificielle joueront un rôle majeur dans l’agriculture de demain. Ces technologies sont déjà présentes dans les exploitations agricoles – comme les robots de traite pour les vaches – et leur utilisation se généralisera à la plupart des activités agricoles. »

« La robotique et l’intelligence artificielle joueront un rôle majeur dans l’agriculture de demain », partage Demaurex

Ces dernières années, la technologie s’est solidement implantée dans le secteur du développement agricole. En octobre, la société mère de Google, Alphabet, a dévoilé des prototypes de machines capables de se déplacer dans les cultures en collectant des données sur les plantes1, notamment sur leur croissance et leur réaction à l’environnement qui les entoure. IBM combine l’intelligence artificielle, l’Internet des objets et l’analyse prédictive pour prévoir l’influence des conditions météorologiques sur le rendement des récoltes. Cette nouvelle orientation intervient à l’heure où les investisseurs prennent de plus en plus conscience de l’importance de préserver notre capital naturel – le sol, l’air et l’eau dont nous dépendons pour survivre.

De nombreuses autres entreprises empruntent des voies similaires, mais la plupart ont le même objectif : utiliser des applications pour rendre la production plus efficace pour l’agriculteur et produire des récoltes avec un effet minimal sur l’environnement, en s’assurant que les terres qui produisent notre nourriture resteront fertiles pendant de nombreuses années encore. Cette ambition n’a jamais été aussi cruciale, sachant qu’un tiers de nos terres sont aujourd’hui dégradées par une agriculture trop intensive.

Cette nouvelle orientation intervient à l’heure où les investisseurs prennent de plus en plus conscience de l’importance de préserver notre capital naturel – le sol, l’air et l’eau dont nous dépendons pour survivre

De nouvelles solutions

ecoRobotix entend produire des machines agricoles diminuant à la fois les effets de l’agriculture moderne sur l’environnement et ses coûts.

« Notre objectif est de proposer des solutions robotiques précises, sûres, fiables et abordables. Des solutions qui permettent aux agriculteurs de produire plus facilement des aliments sains. Nos robots désherbeurs autonomes permettent par exemple de réduire les coûts de plus de 40% tout en réduisant la consommation de produits de 95% », affirme Aurélien Demaurex, en faisant référence aux engrais et les pesticides.

« Notre objectif est de proposer des solutions robotiques précises, sûres, fiables et abordables », affirme Demaurex

Il ajoute que l’initiative ne doit pas nécessairement être coûteuse pour les agriculteurs car les solutions sont économiquement rentables. « Cette année, nous avons pu démontrer que notre premier prototype peut réduire de 50% la quantité de pesticides appliqués sur les cultures, tout en garantissant une réduction de 10 à 30% des coûts pour l’agriculteur. Le but est de réduire les pesticides de 95%... et les coûts de plus de 40% pour l’année prochaine. »

Pour le patron d’ecoRobotix, le secteur agricole pourrait connaître une véritable transformation en l’espace d’une décennie. Les applications des nouvelles technologies seront nombreuses : gestion de l’eau, traitement du bétail, conditionnement des aliments, gestion des déchets et emballages, pour n’en citer que quelques-unes.

Pat Brown, CEO de Impossible Foods, une société proposant des substituts de viande à base végétale, a récemment fait la déclaration suivante2 : « notre mission est de remplacer complètement l’utilisation des animaux avec nos technologies alimentaires d’ici 2035. Cet objectif est extrêmement sérieux et réalisable à notre sens... C’est le clap de fin pour l’industrie en place – sauf que les acteurs ne le savent pas encore. »

Pour le patron d’ecoRobotix, le secteur agricole pourrait connaître une véritable transformation en l’espace d’une décennie

Cette vision des choses est partagée par de nombreux secteurs. Elle est considérée comme vitale face à la croissance de la population mondiale, qui nécessitera 70% de nourriture en plus d’ici 2050.
 

FutureOfAgriculture_ArticleLOcom.jpg


Un terrain fertile

Fondée en 2014, ecoRobotix est une des nombreuses sociétés du secteur des technologies agricoles lancées en Suisse – un pays dont la destinée est, par tradition, étroitement liée à l’agriculture et l’alimentation.

« Ces dernières années, de plus en plus d’innovations et d’acteurs sont apparus tout au long de la chaîne de valeur », explique M. Demaurex. « Nous avons donc un écosystème unique, le fruit d’une tradition agricole profondément enracinée, d’une densité inégalée d’entreprises et d’institutions scientifiques de renommée mondiale et d’un grand nombre de start-up dans des secteurs tels que l’alimentation, la nutrition, les sciences de la vie ou la robotique. » Le leadership de la Suisse dans ce domaine est étayé par la récente création de la Swiss Food & Nutrition Valley, un réseau d’acteurs clés travaillant à la promotion de l’information sur l’alimentation et la nutrition.

Le leadership de la Suisse (…) est étayé par la récente création de la Swiss Food & Nutrition Valley, un réseau d’acteurs clés travaillant à la promotion de l’information sur l’alimentation et la nutrition

Parmi les autres entreprises ayant un impact significatif dans ce domaine, on peut citer Gamaya, qui utilise des drones pour développer des solutions adaptées aux cultures. M. Demaurex évoque également senseFly, une société qui utilise aussi des drones, mais pour collecter des données géospatiales afin de faciliter la prise de décisions dans l’agriculture, l’ingénierie et l’aide humanitaire. Cleangreens, quant à elle, fabrique des systèmes mécaniques permettant une production efficiente des récoltes.

Ensemble, elles participent à une tendance mondiale favorisant l’avènement de l’économie CLIC™ – pour un monde plus circulaire, efficient, inclusif et propre. En cherchant à rendre les exploitations agricoles plus efficaces et en réduisant la quantité de pesticides et d’engrais utilisés, ces sociétés seront beaucoup plus respectueuses de l’environnement et plus susceptibles de préserver le capital naturel à l’avenir.


Certifié positif

L’année dernière, ecoRobotix a obtenu la certification B Corp, qui atteste du plus haut niveau de performances sociales et environnementales. Pour Aurélien Demaurex, ce label récompense les mesures déployées par ecoRobotix pour laisser une empreinte positive sur la planète.

« Nous voulons en particulier avoir un impact positif sur l’environnement. La certification B Corp nous a permis de formaliser de nombreuses valeurs que nous mettons déjà en pratique dans notre vie quotidienne et au niveau de l’entreprise. C’est à la fois une forme de récompense et une motivation pour aller encore plus loin dans cette voie », confie-t-il.

La certification B Corp nous a permis de formaliser de nombreuses valeurs que nous mettons déjà en pratique dans notre vie quotidienne et au niveau de l’entreprise. C’est à la fois une forme de récompense et une motivation pour aller encore plus loin dans cette voie », confie Demaurex

Ces initiatives environnementales positives ne se limitent pas aux produits que l’entreprise vend pour couvrir ses activités quotidiennes. « Nous compensons les émissions de CO2 de tous nos déplacements. Nous octroyons des subsides à nos collaborateurs pour qu’ils privilégient les transports publics. Nous sensibilisons notre équipe aux questions climatiques grâce à des ateliers organisés par des entreprises spécialisées. Nous consacrons des journées de travail au soutien de projets environnementaux, comme l’aide à un agriculteur local pour l’entretien d’un pré et la construction d’abris en pierre pour les petits animaux. Dans l’intérêt de la soutenabilité écologique, nous cherchons à être cohérents dans notre choix des transports, des fournisseurs et des différents partenaires. Chaque employé dispose d’un jour par an pour soutenir une cause de son choix. »


Une année 2021 prometteuse

Cette année s’annonce prometteuse pour ecoRobotix. L’entreprise lancera son premier produit sur le marché en début d’année et entend accroître autant que possible la notoriété de sa technologie par une expansion de ses activités dans d’autres pays européens. Alors que la demande de technologie agricole s’emballe, le timing est parfait pour ecoRobotix et ses ambitions de croissance.

Source statistique “70% more food will be required to feed the world's growing population by 2050“ 
1 https://www.bbc.co.uk/news/technology-54538849
2 https://www.intelligentliving.co/impossible-foods-plans-replace-animals-in-food-2035/

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.