fr

    rethink sustainability

    Il est temps d’investir dans la santé de la nature

    Il est temps d’investir dans la santé de la nature

    Alors que le changement climatique est désormais clairement au centre des préoccupations, d’autres pressions sur l’environnement se font également jour.

    Les chiffres globaux sont effrayants. Le monde animal a vu sa population baisser de 68% au cours des 46 dernières années2. Les espèces d’insectes, dont les abeilles, ont été parmi les principales victimes. Si les abeilles ne pollinisent pas les plantes, près d’USD 600 milliards de récoltes pourraient être menacées dans le monde3. Parallèlement, jusqu’à un tiers de nos terres s’est déjà dégradé, et leur productivité recule en raison de la surexploitation et des mauvaises pratiques agricoles4. Par ailleurs, la pollution plastique a atteint un point critique et détruit la santé de nos écosystèmes, dont nos océans.

    Lisez plus sur comment les abeilles préservent nos cultures, ici

    L’objectif du Sommet mondial sur la biodiversité est clair : accélérer l’investissement dans la résolution des problèmes auxquels nous faisons face. Les dirigeants des secteurs privé et public se retrouveront, en présentiel et distanciel, pour la troisième partie de cette série d’événements qui a débuté à New York en septembre. En résumé, il s’agit de canaliser les capitaux vers la restauration de la planète dans un état opérationnel plus stable, une initiative qui bénéficie du soutien total de Lombard Odier.

    En résumé, il s’agit de canaliser les capitaux vers la restauration de la planète dans un état opérationnel plus stable, une initiative qui bénéficie du soutien total de Lombard Odier

    Que se passe-t-il à Glasgow ?

    Les objectifs de la COP26 sont bien définis : atteindre le net zero d’ici 2050, adapter et protéger les communautés humaines et les habitats, établir des financements et se réunir pour apporter un changement.

    Les objectifs du Sommet mondial sur la biodiversité sont tout aussi urgents : mettre un terme à la disparition des espèces et des écosystèmes qui permettent à la Terre de fonctionner jour après jour. Les organisateurs s’évertuent à ce que ce sommet, surnommé « le sommet mondial le plus important dont vous avez probablement jamais entendu parler »5, soit plus qu’une annexe des discussions principales de la COP26. Ils plaident au contraire pour une plus grande conscience des menaces, exacerbées par le changement climatique en cours, qui planent sur la biodiversité.

    L’événement vise à fixer des objectifs et à susciter des engagements, ainsi qu’à établir des collaborations pour prévenir la destruction de la biodiversité. Les intervenants ont indiqué6 que la conférence pourrait marquer un tournant décisif dans la façon dont le secteur privé peut contribuer à résoudre la crise que traverse la biodiversité.

    Les organisateurs s’évertuent à ce que ce sommet, surnommé « le sommet mondial le plus important dont vous avez probablement jamais entendu parler », soit plus qu’une annexe des discussions principales de la COP26. Ils plaident au contraire pour une plus grande conscience des menaces, exacerbées par le changement climatique en cours, qui planent sur la biodiversité

    Découvrez comment investir dans la nature à grand échelle, ici


    Une économie en plein changement

    Ce n’est pas seulement le changement climatique qui affecte la biodiversité. Les mauvaises pratiques agricoles, la surpêche et la pollution exterminent elles aussi des espèces. Chez Lombard Odier, nous sommes conscients que le progrès de l’humanité dépend des ressources de la nature. Il en est de même du progrès de notre économie.

    Cela étant, notre société extrait environ 100 milliards de tonnes de ressources naturelles par an de la Terre, dont la grande partie finit sous forme d’émissions, ainsi que de déchets et de rejets polluants indétectés. Ce modèle n’est pas soutenable et doit prendre fin.

    Notre modèle économique actuel est WILD (« Wasteful, Idle, Lopsided and Dirty »), soit gaspilleur, inefficace, inéquitable et sale. Il met en danger notre capital naturel. Nous devons plutôt investir dans un système circulaire, efficient, inclusif et propre : l’économie CLIC™ (Circular, Lean, Inclusive and Clean). Ce modèle génère de la croissance économique sans épuiser nos précieuses ressources naturelles.

    Chez Lombard Odier, nous sommes conscients que le progrès de l’humanité dépend des ressources de la nature. Il en est de même du progrès de notre économie

    Investir dans la nature à grande échelle

    La semaine dernière, Lombard Odier a animé les sessions « heure h » dont l’objectif était d’explorer la trajectoire vers le net zero. Organisée à Glasgow pendant la COP26 et animée par le Forum Terra Carta Action de Son Altesse Royale Le Prince de Galles, la deuxipme session expliquait pourquoi des investissements supplémentaires doivent être dirigés vers notre capital naturel.

    Hubert Keller, Associé-gérant senior, a précisé que les investisseurs qui placent directement leurs capitaux dans notre économie commencent à les déployer dans des portefeuilles alignés sur la restauration de la nature. Nous devons toutefois redoubler d’efforts pour ne pas franchir les limites de notre planète, dont la plus connue est la limite du réchauffement climatique mondial en deçà de 1,5 °C.

    « En tant qu’investisseur, j’apprécie tout particulièrement la déclaration que Son Altesse Royale a faite à Davos concernant le rôle de la finance dans la recherche de solutions à ce problème. Je me range à son avis quand il dit que le problème ne vient pas tant d’un manque de capital que de son utilisation », explique Hubert Keller.

    La croissance du marché du carbone, qui pourrait représenter USD 200 milliards d’ici 20307, est une remarquable incitation à investir dans le capital naturel, ajoute-t-il.

    La croissance du marché du carbone, qui pourrait représenter USD 200 milliards d’ici 20308, est une remarquable incitation à investir dans le capital naturel

    Où se trouvent les solutions ?

    Là où sont les problèmes, des entreprises proposent des solutions.

    Nos forêts, nos terres et nos océans peuvent agir comme des puits de carbone. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de ces actifs naturels. Ces écosystèmes offrent des habitats essentiels qui favorisent la biodiversité, alors que le CO2 capturé joue un rôle clé pour éviter les effets irréversibles et cataclysmiques du changement climatique. Parmi les entreprises qui aident à les promouvoir, citons TetraTech, une société californienne de conseil d’ingénierie qui cherche des solutions soutenables aux problèmes et qui cette année a été désignée comme l’une des sociétés américaines les plus responsables9 grâce à son travail dans les domaines du développement international, de l’eau et de l’environnement. Stora Enso, l’un des principaux propriétaires privés de forêts dans le monde, est un leader des solutions renouvelables d’emballage, de biomatériaux, de construction en bois et de papier.

    Découvrez cinq pistes pour gagner du temps vers la neutralité carbone ici

    Nos forêts, nos terres et nos océans peuvent agir comme des puits de carbone. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de ces actifs naturels
    1. La bioéconomie s’est avérée un terrain fertile pour les sociétés qui veulent développer des solutions basées sur la nature pour résoudre des questions comme la chaîne d’approvisionnement alimentaire et les régimes alimentaires, les déchets en mer et sur terre, ainsi que la promotion de la biodiversité des habitats naturels. Smurfit Kappa a annoncé en 2019 une nouvelle gamme d’emballages 100% recyclables qui élimine le besoin des plastiques à usage unique et est à la fois renouvelable et biodégradable. La chaîne britannique de supermarchés de centre-ville Marks & Spencer a créé sa propre gamme de plats végan, « Plant Kitchen », qui se veut l’égal des produits carnés et laitiers en matière de goût. Et la société américaine de machines agricoles AGCO est devenue leader de solutions agricoles ouvertes et intelligentes afin de maximiser les rendements et la productivité.
       
    2. Les organisations non gouvernementales sont également actives sur ce terrain, dont un exemple notable est Project Canopy. Basée dans le bassin du Congo, elle fournit aux organisations gouvernementales des données et des analyses dont elles ont besoin pour protéger les zones de conservation. La forêt ombrophile est le dernier puits de carbone équatorial qui couvre 2’500’000 km2 dans six pays10. Elle abrite 1’000 espèces menacées, mais les efforts pour stopper la perte de biodiversité ont échoué au cours des deux dernières décennies. Les acteurs blâment la piètre qualité des données qui a conduit à des politiques contradictoires. Project Canopy se décrit comme une source indépendante et impartiale de données sur la région et a pour ambition que ses informations facilitent la conservation.


    Un problème bien réel

    Le premier Sommet mondial sur la biodiversité mettra l’accent sur l’importance de la biodiversité pour notre planète. C’est là que les effets du changement climatique et les erreurs de l’être humain se font sentir.

    Chez Lombard Odier, nous sommes convaincus que la nature est le véritable moteur de notre économie et que la préservation et la valorisation du capital naturel nous aident à protéger cet actif vital et productif

    Chez Lombard Odier, nous sommes convaincus que la nature est le véritable moteur de notre économie et que la préservation et la valorisation du capital naturel nous aident à protéger cet actif vital et productif. Si notre économie WILD est un danger pour le capital naturel, la seule façon de réaliser pleinement les avantages susmentionnés, c’est de changer radicalement de modèle économique.

     

    1 https://www.worldbiodiversitysummit.org/
    2 https://ec.europa.eu/jrc/en/science-update/wwf-living-planet-report-2020-reveals-68-drop-wildlife-populations
    3 https://www.lombardodier.com/fr/contents/corporate-news/responsible-capital/2021/may/tiny-and-vital--how-we-must-save.html
    4 https://www.lombardodier.com/fr/home/rethink-sustainability/investing-in-our-natural-capital.html
    5 https://www.nytimes.com/2021/10/14/climate/un-biodiversity-conference-climate-change.html
    6 http://www.fruitnet.com/americafruit/article/186527/del-monte-to-speak-at-world-biodiversity-summit
    7 https://www.lombardodier.com/fr/contents/corporate-news/responsible-capital/2021/november/zero-hour-sessions-at-cop26-inve.html
    8 https://www.lombardodier.com/fr/contents/corporate-news/responsible-capital/2021/november/zero-hour-sessions-at-cop26-inve.html
    9 https://www.tetratech.com/en/articles/newsweek-names-tetra-tech-one-of-americas-most-responsible-companies-2021
    10 https://www.projectcanopy.org/

    Information Importante

    Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

    En savoir plus.

    parlons-nous.
    partager.
    newsletter.

    Investments are subject to a variety of risks. Their value can fall as well as rise and you may get back less than what you originally invested.
    For risk warnings, please click below to read more :

    read more