Monocle et Lombard Odier - Repenser la pérennité

L’éducation


D’ici à 2050 la population globale atteindra 9.7 milliards, nous devrons donc repenser la manière dont nous traitons et distribuons nos ressources. Les pénuries alimentaires et d’eau potable sont déjà une réalité dans de nombreux pays. Il sera primordial pour les États de produire, recycler et distribuer ces ressources de manières innovantes dans le futur.

Afin de rendre la nourriture, l’eau potable et l’éducation accessibles à tous, les entreprises doivent trouver des solutions judicieuses pour éduquer les masses, être durables et promouvoir la réutilisation des ressources pour lutter contre le gaspillage et la pollution. 

Dans cette première partie, nous nous intéressons aux EdTech qui commencent à rendre l’éducation plus accessible grâce aux plateformes d’apprentissage mobile et aux services en ligne personnalisés.


Étude de cas 01 - Bulbee - Suisse

Diplômée en journalisme, lettres et pédagogie, Dina Mottiez a enseigné la littérature française pendant six ans à Genève. C’est alors qu’elle a eu l’idée de l’application de soutien scolaire Bulbee en 2016. « J’ai réalisé qu’il y avait à la fois un énorme besoin en matière de soutien scolaire accessible et aucun service pour y répondre », indique-t-elle. « Ma deuxième observation a été que tous mes étudiants avaient un smartphone, auquel cas il était facile d’imaginer une solution à portée de main pour eux ».

Monocle1_Article-B.jpg

Un an plus tard, l’application avait conquis 100 utilisateurs quelques semaines seulement après son lancement. L’abonnement trimestriel coûte 21 CHF et les répétiteurs et les élèves peuvent planifier autant de cours qu’ils le souhaitent. Les élèves peuvent sélectionner les répétiteurs en fonction des méthodes employées et de leurs tarifs. Tous les membres de la communauté Bulbee résident actuellement à Genève, mais la société cherche à étendre son périmètre et à inclure des centres scolaires issus de tout le pays. Le projet a été financé par l’Innovation Hub de Lausanne, l’incubateur de l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Dina Mottiez ne plaisante pas avec les conditions d’inscription : les personnes souhaitant devenir répétiteurs sont présélectionnées au terme d’un questionnaire pédagogique et doivent fournir un extrait vierge de leur casier judiciaire. Les futurs répétiteurs sont également évalués au moyen d’un questionnaire et soumis à un système de notation. « Un système de modération est également en place », précise Dina Mottiez. « Il est important que chaque répétiteur soit évalué après chaque cours ».


Étude de cas 02 - Labster - Danemark 

Certaines universités sont équipées de laboratoires spacieux et dotées de belles enveloppes ou jouissent d’un cadre idéal pour la formation de scientifiques en herbe. Pour tous les autres universitaires et chercheurs, la société danoise Labster a créé une ressource technologique qui peut élargir la portée de leurs recherches, quelle que soit leur situation géographique. À l’aide de casques VR programmés pour ¡répliquer des conditions de laboratoire, des simulations interactives précises ont été développées pour les étudiants dans une grande variété de disciplines scientifiques depuis le lancement en 2013. Essais pour une thérapie génique virale, pêche en mer en vue d’une étude en biologie marine ou encore théâtre d’un crime dans le cadre d’un module en médecine légale, autant de situations recréées pour que les étudiants puissent acquérir l’expérience nécessaire grâce à des outils auxquels il leur serait difficile de recourir autrement. Et le petit plus : les erreurs n’ont ici aucune conséquence.

Plus de 150 institutions dans le monde entier ont déjà adopté la technologie de Labster, de l’Université de Copenhague à l’Université de Hong Kong. Elles ont inclus ses cours dans leurs cursus et ont ainsi réalisé des économies, tout en améliorant la formation de leurs étudiants.

Monocle1_Article-A.jpg


Étude de cas 03 - Primo Toys - Royaume-Uni

Pour Filippo Yacob, tout s’est mis en place quand il a appris qu’il allait être papa. « Je voulais créer des jouets éducatifs à l’image du monde dans lequel mon fils allait grandir », raconte le concepteur-chef d’entreprise qui a créé Primo Toys pour pallier le manque de jouets éducatifs haute technologie sans biais sexiste. « L’éducation n’a pas tellement évolué au cours des 50 dernières années. La robotique, la génomique, la cybersécurité, le big data et les services financiers codés sont les industries du futur à même de générer des billions de dollars de recettes. J’ai perçu que nous avions besoin de nouvelles connaissances afin de préparer nos enfants à affronter l’avenir ».

La réponse de Primo Toys a été the Cubetto Playset, un robot en bois primé servant à apprendre aux enfants à coder avec des moyens traditionnels et sans écran. En 2016, Cubetto était devenue l’invention éducative haute technologie qui avait recueilli le financement participatif le plus important. À ce jour, elle est vendue dans 100 pays à travers le monde.

« Nous savons que nous avons initié plus d’un million d’enfants à la programmation informatique grâce à Cubetto et nous souhaitons que ce chiffre atteigne un milliard au cours des deux prochaines années », explique Yacob, dont la société est implantée au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Japon, en Chine et aux États-Unis. « Nous avons l’impression d’être au bon endroit au bon moment pour impacter à la fois la vie des enfants et le secteur ».


Q&R - EdX - États-Unis

Lancé en 2012 par l’Université de Harvard et le MIT dans le but de démocratiser l’éducation, EdX offre désormais l’accès gratuit à des cours en ligne proposés par plus de 130 universités et institutions prestigieuses du monde entier. Piloté par Anant Agarwal, professeur au MIT, EdX compte un catalogue de plus de 1 600 cours et près de 13 millions d’apprenants.


Comment EdX rend-il l’éducation plus accessible ?

Les cours en ligne sont un merveilleux outil de démocratisation et nous pensons qu’à l’avenir, les conditions financières, la position sociale, le genre et la situation géographique ne seront pas des facteurs déterminants dans l’accès d’un étudiant à une formation. Notre vision est celle d’un système éducatif continu, qui va au-delà de l’université.


Sur quels cours la demande porte-t-elle ?

Les apprenants se sont montrés intéressés par des connaissances utiles dans leur vie professionnelle et avec des résultats concrets. Nous avons ainsi développé une série de programmes MicroMasters pour leur donner la possibilité de progresser dans le cadre d’un cursus avancé, soutenu par les entreprises ou émanant directement de celles-ci. EdX propose, par exemple, trois programmes de certification professionnelle de Microsoft.


Comment cela peut-il transformer l’éducation aux quatre coins du monde ?

L’éducation est, de nos jours, souvent inflexible, inaccessible et inabordable. La technologie peut apporter une solution à certaines des difficultés rencontrées.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »).

En savoir plus.