RE-Wave3_LOcom-Articles-Hacked.jpg

Les tests psychométriques peuvent changer la finance à tout jamais

RE-Wave3_AuthorsWeb-Lumley.png   Par James Lumley, rédacteur économique
pour The South China Morning Post,
The Irish Independent et the Sydney Morning Herald


En rachetant l’entreprise londonienne d’analyse de données d’audience VisualDNA en décembre 2016, le géant des données Nielsen investissait dans une technologie en passe de révolutionner tranquillement le secteur bancaire des marchés émergents.

VisualDNA est en effet, l’un des leaders mondiaux dans le domaine des tests psychométriques, une méthode utilisée pour évaluer la solvabilité des individus et des entreprises sans historique de crédit.

Cette méthode permet aux prêteurs d’accéder aux marchés pas encore exploités d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.
 

En termes d’investissement, soutenir l’une des nombreuses entreprises de tests psychométriques opérationnelles aujourd’hui est intéressant à différents titres


C’est un investissement dans les technologies financières, la banque, le Big Data et les marchés émergents, pour ne citer que quelques domaines. Cet investissement technologique optimise, avant tout, l’inclusion financière dans les pays en développement et donne accès, pour la première fois, à un crédit capital pour les entrepreneurs des marchés émergents.

A ce titre, cette technologie répond à la définition par Bill Gates du « capitalisme créatif ». A savoir : « une approche selon laquelle les gouvernements, les entreprises et les organisations à but non lucratif travaillent ensemble pour étendre la portée des forces du marché. Ainsi, un plus grand nombre de personnes peuvent réaliser des bénéfices ou obtenir une reconnaissance, en faisant un travail qui réduit les inégalités dans le monde. »


De quoi s’agit-il précisément ?

Le test psychométrique est une méthode scientifique, qui permet de juger la personnalité d’un individu à l’aide d’un questionnaire. En règle générale, les entreprises qui les produisent utilisent une combinaison de questions et d’images afin d’évaluer les traits de caractère d’un individu.

Il n’y a pas de réponse évidente. En effet, cette méthode est censée rendre impossible la triche et son système de recoupements extensifs permet d’identifier les tricheurs. Un test bien conçu permet d’évaluer, par exemple, dans quelle mesure une personne est fiable, honnête et prête à prendre des risques.

Les prêteurs peuvent alors utiliser ces informations pour décider si une personne testée remplit les conditions requises pour un prêt. Un parfait exemple de cette démarche est consultable sur le site Internet de VisualDNA.

Les tests sont difficiles à produire et doivent être affinés en fonction des différentes cultures. Les sociétés fabriquant ces données sont souvent des entités issues d’universités, comme bon nombre d’entreprises technologiques d’avant-garde.

Entrepreneurial Finance Lab (EFL), un autre leader du marché, a commencé en tant qu’initiative de recherche de Harvard University. Sa rivale, Creditinfo, a quant à elle été développée grâce à l’aide de l’université de Cambridge.

Il est bien sûr évident que ces tests n’ont aucun rapport avec les quizz submergeant les médias sociaux, du type « Quel personnage de Game of Thrones êtes-vous ? »
 

CreditGame_Articles.jpg

Ils sont particulièrement utiles car, des populations entière issues de pays en développement, où les services bancaires étaient auparavant absents, n’ont absolument aucun historique de crédit. La seule manière d’évaluer leur solvabilité est d’utiliser des données démographiques.

L’analyse statistique est un outil puissant. Toutefois, peu d’organismes de prêt accordent des crédits à des clients pour la seule raison qu’ils sont dans la catégorie considérée comme « fiable ».
 

Les tests psychométriques personnalisent, néanmoins, le processus. Ils comblent un manque d’informations clés, en permettant au prêteur d’évaluer avec une grande précision le risque de défaillance d’un client


Comment cela fonctionne-t-il ?

Ce n’est pas une surprise que la Banque Mondiale, fondée pour lutter contre la pauvreté grâce au capitalisme, s’intéresse à l’utilisation des tests psychométriques dans les pays en développement.

Elle a ainsi décidé de tester l’efficacité de la méthode en travaillant avec une banque péruvienne. Ces dernières ont étudié l’efficacité de l’outil EFL dans la réduction des risques inhérents aux prêts aux petites et moyennes entreprises.

Le Pérou a été un choix évident. D’une part, en raison de la présence d’agences privées d’évaluation de crédit cotant la solvabilité de chaque citoyen. D’autre part, un grand nombre de Péruviens n’ont jamais contracté de prêt. Ainsi, les prêteurs évaluent les risques de crédit en exploitant des données démographiques.

A la suite à cette étude, la Banque Mondiale a comparé les données des clients ayant obtenu des prêts grâce aux critères traditionnels avec ceux dont les prêts ont été accordés sur la base de tests psychométriques.

Résultat : au bout d’un an, 27% des clients de la première catégorie avaient des arriérés de remboursement. Alors que, seuls 15% des candidats évalués avec l’outil EFL étaient en retard de paiement.

« Ces résultats démontrent la viabilité des tests psychométriques pour réduire à la fois le risque des candidats avec un historique de crédit et pour atteindre ceux sans antécédent, sans pour autant entraîner une augmentation du risque de crédit », déclare la Banque Mondiale dans son rapport1.

L’intérêt théorique d’exploiter le potentiel des marchés émergents se comprend aisément : nouveau marché signifie nouveau bénéfice. Cependant, ils sont également synonymes de nouveaux risques.

Selon le magazine The Economist, seulement 7% des Africains et 13% des habitants d’Asie du Sud sont couverts par les bureaux privés de crédit. Ainsi, en se basant sur les concepts de risques traditionnels, la plupart d’entre eux ne devraient pas être éligibles au crédit.
 

En fournissant des données comportementales fiables, la psychométrie comble l’écart entre les opportunités et les risques d’investissement


Cependant, tous les tests psychométriques ne se valent pas, certains fournisseurs sont nettement meilleurs que d’autres. Mais qui sait lesquels seront les leaders de demain ?

Une chose est certaine : investir dans une entreprise créant des tests psychométriques est un investissement où le Big Data, la technologie financière et les marchés émergents se rejoignent pour créer un produit facilitant l’inclusion financière des individus et contribuer à réduire la pauvreté.

De ce point de vue, cela vaut probablement la peine d’y réfléchir.

1 http://blogs.worldbank.org/allaboutfinance/psychometrics-tool-improve-screening-and-access-credit

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »).

En savoir plus.