Une priorité pour le Forum virtuel de Davos : reconstruire en mieux

rethink sustainability

Une priorité pour le Forum virtuel de Davos : reconstruire en mieux

On ne s’étonnera pas que le thème central du forum de Davos ait été la lutte contre la pandémie de Covid-19 qui a paralysé la planète l’année dernière. En outre, les 1’200 personnes qui ont « assisté » au Forum l’ont fait par lien vidéo, ce qui illustre bien les perturbations provoquées par la pandémie dans le monde.

Alors que les campagnes de vaccination se poursuivent à différents degrés dans les pays, les participants ont débattu sur le thème central de la réunion annuelle du Forum économique mondial : « Une année cruciale pour rebâtir la confiance ». Dans l’un des discours majeurs, Anthony Fauci1, haut responsable des maladies infectieuses aux Etats-Unis, a souligné combien il était important d’administrer la deuxième dose afin d’assurer l’efficacité totale du vaccin contre le Covid-19.

Un fil directeur a animé la 51e édition du Forum : mettre l’économie au service de la population. Les discussions étaient articulées autour de sept thèmes : « Comment sauver la planète ? », « Des économies plus justes », « La technologie pour le bien de tous », « Le futur du travail », « Un business plus juste », « Le futur de la santé » et « Au-delà de la géopolitique ». Klaus Schwab2, fondateur du Forum économique mondial, a déclaré que la pandémie avait souligné la nécessité d’une « grande réinitialisation » à l’échelle mondiale car les systèmes existants ne répondent plus aux besoins.

…la pandémie a souligné la nécessité d’une « grande réinitialisation » à l’échelle mondiale car les systèmes existants ne répondent plus aux besoins

Sauver la planète pour la prochaine génération

Greta Thunberg3 a parlé des dangers qui continuent de menacer la planète et souligné qu’il était du devoir de la génération actuelle de les éliminer, rappelant une fois de plus aux dirigeants les promesses qu’ils avaient faites aux générations futures. « Parce que le monde se voile encore la face quant à l’urgence climatique et écologique dans laquelle nous nous trouvons », a-t-elle dit.

Le thème « Comment sauver la planète ? » s’est attaché en premier lieu à la façon dont la soutenabilité est appliquée à de nombreuses activités humaines pour répondre aux menaces environnementales. Toutefois, les participants ont appris que, même si les solutions soutenables sont adoptées par la société dans son ensemble, les dommages déjà causés aux ressources naturelles et à l’environnement ne pourront pas être réparés. L’une des façons de résoudre les déséquilibres est de « reconstruire en mieux » après la pandémie et d’aider les villes à atteindre le zéro émission nette4 en réduisant les émissions de dioxyde de carbone. Les participants ont appris que les villes produisent environ 75% des émissions, principalement en raison de la consommation d’énergie liée aux bâtiments et à la mobilité.

L’une des façons de résoudre les déséquilibres et de « reconstruire en mieux » après la pandémie et d’aider les villes à atteindre le zéro émission nette en réduisant les émissions de dioxyde de carbone

Créer un avenir meilleur est un thème clé pour Lombard Odier. En janvier, Son Altesse Royale le Prince de Galles a annoncé la Natural Capital Investment Alliance, un partenariat entre Lombard Odier, HSBC Pollination Climate Asset Management et Mirova, une société affiliée de Natixis Investment Managers. Ce partenariat vise à mobiliser USD 10 milliards pour les thèmes d’investissement liés au capital naturel d’ici 2022, toutes classes d’actifs confondues. Bien que la moitié du PIB mondial dépende du capital naturel, les initiatives de promotion de la nature en tant qu’opportunité d’investissement sont actuellement rares. Cela s’inscrit dans la lignée de notre stratégie Natural Capital, qui vise à identifier des entreprises rentables bien positionnées pour profiter des quatre opportunités de croissance inéluctables que sont la bioéconomie circulaire, l’efficacité des ressources, la consommation axée sur les résultats et le zéro déchet.

Vers le zéro émission nette

Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre devenu envoyé spécial de l’ONU pour le financement de l’action climatique, a expliqué aux participants que le monde est arrivé à un point de bascule dans la lutte contre le changement climatique et a exhorté le secteur financier à s’impliquer dans le zéro émission nette. Selon lui, des programmes tels que la taxe carbone sont importants pour déclencher le changement sur les marchés financiers, car ils permettent de réorienter plus de capitaux vers des projets verts.

Nous sommes déjà bien engagés dans une transformation massive et généralisée vers une économie soutenable à zéro émission et Lombard Odier estime que l’opportunité d’investissement correspondante représente USD 5’500 milliards par an sur les quinze prochaines années.

Patrick Odier, notre Associé-gérant senior, retient de Davos que les gouvernements ont changé d’avis quant à la forme de la reprise après la pandémie. Selon lui, les investisseurs ont décidé de se tourner vers des projets plus soutenables. « On appelle beaucoup plus à l’investissement dans une économie plus verte, ce qui peut être positif, mais cela doit se faire de façon appropriée et en temps voulu », a-t-il déclaré.

On appelle beaucoup plus à l’investissement dans une économie plus verte, ce qui peut être positif, mais cela doit se faire de façon appropriée et en temps voulu

Dans une interview donnée lors du Forum de Davos, le CEO d’IKEA, Jesper Brodin5, affirme que les possibilités offertes par l’économie circulaire ont poussé le groupe à adopter une réflexion elle aussi circulaire. Leur objectif est de rendre la totalité de leurs produits renouvelables ou recyclables. « Dans cette optique, nous devons faire en sorte que nos produits puissent facilement être démontés en plusieurs pièces. Il s’agit également de mettre au point des solutions durables. L’une de nos divisions fabrique des matelas neufs à partir d’anciens, et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres », a-t-il expliqué. « Mais nous devons également réaliser qu’il est possible de continuer à utiliser des matières premières, à condition qu’elles soient renouvelables, par exemple avec une industrie forestière bien gérée dont la chaîne de valeur est neutre pour le climat. »

La transition vers une économie CLIC™(« circular, lean, inclusive and clean » : circulaire, allégée, inclusive et propre) est une nécessité urgente pour notre modèle actuel, qui n’est pas soutenable. Des décisions telles que celle prise par IKEA illustrent comment nous devons nous transformer et privilégier la régénération.


Une Chine plus responsable

La réussite économique de la Chine lui confère une plus grande responsabilité internationale, affirme M. Odier. Selon lui, le pays pourrait prouver qu’il prend cette responsabilité au sérieux en aidant des pays en développement à vacciner leur population.

« Un pas important dans cette direction pourrait consister à participer aux campagnes de vaccination de certains pays en développement afin de soutenir leur reprise sociale et économique », explique-t-il.

Pour reconstruire en mieux, nous devons absolument repenser notre avenir en œuvrant pour un monde décarbonisé


Le mot de la fin

Bien que ce Forum de Davos soit clairement sorti de l’ordinaire, la volonté de résoudre les grands problèmes du monde est restée sur le devant de la scène cette année. Mais la pandémie n’a pas été la seule préoccupation des participants, qui se sont également intéressés aux dangers qui continuent de menacer notre planète. Pour reconstruire en mieux, nous devons absolument repenser notre avenir en œuvrant pour un monde décarbonisé.

1 https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-01-25/fauci-says-he-s-worried-about-delaying-second-covid-vaccine-dose
2 https://www.washingtonpost.com/world/2021/01/29/davos-merkel-macron-coronavirus/
3 https://www.weforum.org/agenda/2021/01/greta-thunberg-message-to-the-davos-agenda/
4 https://www.washingtonpost.com/world/2021/01/29/davos-merkel-macron-coronavirus/
5 https://www.weforum.org/agenda/2021/01/jesper-brodin-ikea-circular-economy

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.