Les femmes aux commandes de la finance

corporate

Les femmes aux commandes de la finance

Delphine Barbaud - Banquière senior, Banque Lombard Odier & Cie SA

Delphine Barbaud

Banquière senior, Banque Lombard Odier & Cie SA

Pourquoi une approche financière sur mesure pour les femmes ?

Certaines personnes me demandent parfois pourquoi le LO Women’s Club a été créé. A une époque où hommes et femmes sont considérés comme égaux, adopter une approche genrée n’est-il pas finalement un peu à contrecourant ? Je ne suis pas de cet avis. L’augmentation du nombre et de l’importance de clubs de femmes dans les affaires, qu’elles soient actives dans l’entrepreneuriat ou le management, tend même plutôt à démontrer le contraire.

D’où la pertinence de la démarche du LO Women’s Club pour la gestion de fortune. La finance ne peut pas effacer du jour au lendemain un état d’esprit historiquement masculin : ses décideurs et investisseurs ont toujours été en large majorité représentés par des hommes. Mais le monde est très différent désormais : plus de 30% de la richesse mondiale est aujourd’hui détenue par des femmes, et cette part devrait encore augmenter.

Plus de 30% de la richesse mondiale est aujourd’hui détenue par des femmes, et cette part devrait encore augmenter.

Dans les discussions avec nos clientes, et suite à un workshop interne en 2016, nous nous sommes rendues compte de la nécessité d’aborder la gestion de fortune différemment avec les femmes. C’est ainsi qu’est né le LO Women’s Club, tout d’abord à Londres, avec l’organisation de plusieurs événements dédiés aux femmes, toujours en petit comité pour faciliter les échanges, le networking et l’acquisition de connaissances.

Nous avons décidé de décliner le concept à Genève, tout comme d’autres collègues qui ont fait de même à Zurich, Lausanne, Paris et Bruxelles. La philosophie reste commune, mais nous nous adaptons aux spécificités locales. Certaines villes concentrent beaucoup plus de femmes entrepreneures par exemple, il faut donc veiller à être proche de leurs préoccupations et aborder des thèmes qui les concernent.

 

Libérer la parole et donner des éclairages pertinents

Même si l’aspect social et le networking sont clairement appréciés, les femmes viennent surtout à nos événements pour notre expertise économique et financière, et les personnalités que nous invitons. Elles apprécient le format car elles peuvent parler librement. Elles ne souhaitent pas seulement qu’on leur dise d’investir dans telle ou telle classe d’actifs. Elles veulent un éclairage pertinent sur le monde, ce pourquoi nous mettons à chaque fois en parallèle des phénomènes de société et leurs implications sur l’investissement.

Nous avons par exemple reçu l’une des femmes les plus influentes en Europe dans le digital et avons débattu de ce thème avec nos analystes internes du secteur technologique, pour en évaluer les opportunités et les risques. Cette année, nous avons reçu un spécialiste de l’EPF Lausanne sur le thème « comment vieillir en bonne santé », qui a pu dialoguer avec nos spécialistes de l’investissement dans des entreprises liées à cette tranche de vie, appelée le « Golden Age ». Plus récemment, un architecte et nos stratégistes ont présenté des pistes concrètes pour intégrer davantage la soutenabilité, à la fois dans nos villes et dans nos portefeuilles.

D’ailleurs, sur ce dernier point, l’intérêt des femmes pour la soutenabilité est plutôt supérieur à la moyenne des clients. Elles veulent comprendre ce phénomène et ses implications. Cette différence tend toutefois à s’effacer avec les nouvelles générations. Les jeunes entrepreneurs par exemple, que ce soit des hommes ou des femmes, veulent toujours plus prendre en compte la soutenabilité dans leurs placements. Ils s’informent davantage sur ce sujet et savent qu’aujourd’hui cet aspect n’est plus un frein à la performance. 

L’intérêt des femmes pour la soutenabilité est plutôt supérieur à la moyenne des clients. Elles veulent comprendre ce phénomène et ses implications. Cette différence tend toutefois à s’effacer avec les nouvelles générations.

Profil de risque similaire aux hommes

Si l’on peut relever quelques différences sur le thème de la soutenabilité, je n’en constate pas en revanche sur le profil de risque, bien que certains pensent que les femmes sont naturellement plus « prudentes » ou ont plus d’aversion au risque. Cela ne se vérifie pas dans leurs investissements aujourd’hui en tous cas. J’ai parmi mes clients des cadres dirigeantes ou de jeunes entrepreneures qui savent ce qu’elles veulent et n’hésitent pas à prendre des risques. 

Au-delà de la gestion pure, le plus important pour elles est probablement l’accompagnement global et personnalisé, en fonction de leurs situations propres. Qu’il s’agisse de protection du patrimoine, de gestion de liquidités, ou de trouver des partenaires externes selon leurs besoins, comme des avocats et fiscalistes. Elles apprécient aussi que banquiers et banquières travaillent de plus en plus en binôme, et dialoguent davantage avec les spécialistes de l’investissement : le private banking n’est plus dans le « one man » ou « one women » show.

J’ai parmi mes clients des cadres dirigeantes ou de jeunes entrepreneures qui savent ce qu’elles veulent et n’hésitent pas à prendre des risques. 

Enfin, nos clientes attachent beaucoup d’importance à la qualité de l’expertise et à la clarté des explications. Nous sommes de plus en plus challengées sur ce point et c’est passionnant ! Nous partageons avec elles nos analyses et les aidons à voir à long terme, à prendre du recul par rapport au « bruit » ambiant des médias et des marchés financiers. C’est aussi notre devoir d’expliquer de manière claire les risques et opportunités d’investissement, dans un monde de plus en plus complexe.

 

Le monde des affaires se féminise

En plus des initiatives développées à l’interne, Lombard Odier a également noué des partenariats avec des associations et clubs féminins dans le monde des affaires. A Genève, à la faveur d’un partenariat avec Féminin Pluriel (FP), deux événements ont été organisés avec la présence de certains de nos experts financiers comme orateur. En juin 2019, nous avons également soutenu l’organisation du Congrès annuel du réseau Féminin Pluriel, qui a rassemblé plusieurs centaines de femmes des 13 pays où le réseau est implanté. Notre ancienne Associée Anne-Marie de Weck a participé à un débat sur le thème « Women in business ». Dans la région de Genève, nous apportons également notre soutien au Career Women Forum.

Du côté de notre bureau de Zurich, nos équipes locales ont mis en place des évènements dédiés aux femmes qui rencontrent un franc succès, comme la série de rencontres « Investieren von Frau zu Frau ». Lombard Odier soutient également le Women's Circle à Zurich, qui organise régulièrement des conférences sur des sujets d'actualité. Enfin, nous sommes aussi un sponsor de longue date du Ladies’ Lunch, un événement qui a lieu deux fois par an à Zurich et réunit plus de 200 femmes.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.