fr

    rethink sustainability

    Les Chroniques CLIC® : Patagonia, une marque de vêtements outdoor dotée d’une mission. Découvrez notre entretien exclusif ici

    Les Chroniques CLIC® : Patagonia, une marque de vêtements outdoor dotée d’une mission. Découvrez notre entretien exclusif ici

    Interview avec Vanessa Rueber, responsable de l’environnement et de la coordination marketing en Suisse, Patagonia.


    Parlez-nous de Patagonia...

    Nous sommes une marque de vêtements outdoor spécialisée dans les « silent sports » comme la varappe, le surf ou le ski. Notre entreprise existe pour sauver notre planète. Nos valeurs sont conformes à celles de nos fondateurs, des alpinistes et des surfeurs, et au style minimaliste auquel ils adhèrent. En matière de conception des produits, notre approche est axée sur la simplicité et l’utilité.

    Patagonia a affiché une croissance exponentielle depuis son lancement en 1973 et multiplié son chiffre d’affaires par quatre au cours de la dernière décennie. En Suisse, nous avons doublé nos ventes au cours des cinq dernières années

    Notre dernier entretien remonte à deux ans. Que s’est-il passé depuis ?

    Patagonia a affiché une croissance exponentielle depuis son lancement en 1973 et multiplié son chiffre d’affaires par quatre au cours de la dernière décennie. En Suisse, nous avons doublé nos ventes au cours des cinq dernières années.

    Bien entendu, comme nos concurrents, nous avons subi des délais causés par la pandémie de Covid-19. Cela étant, nous collaborons avec nos partenaires de la chaîne d’approvisionnement pour livrer le plus grand nombre de produits et satisfaire notre clientèle.

    Nous limitons maintenant le volume des produits fabriqués. Nous sommes passés d’une production dérivée de la demande à une production qui influence la demande. Notre principal défi est d’expliquer à nos partenaires qu’ils ne peuvent plus acheter ce qu’ils souhaitent. Pour rester responsables, en tant qu’entreprise, nous contrôlons et choisissons les produits que nous commercialisons et leur mode de fabrication.


    Quels sont les objectifs de Patagonia par rapport au « net zero » et quelles mesures concrètes avez-vous prises à cet égard ?

    L’industrie du vêtement n’est pas soutenable, mais nous nous efforçons de réduire notre empreinte environnementale tous les ans. Nous visons la neutralité carbone dans toutes nos activités, chaîne d’approvisionnement incluse, d’ici 2025. Etant donné que 97% de nos émissions de carbone viennent de notre chaîne d’approvisionnement, nous avons pris des décisions importantes à cet égard et d’autres sont à l’étude. Par exemple, nous avons fait passer nos magasins, nos bureaux régionaux et mondiaux et notre siège social à l’énergie renouvelable en 2020, comme nous nous l’étions promis. D’ici 2025, nous voulons garantir que tous nos produits sont fabriqués avec des matériaux renouvelables ou recyclés.

    Nous nous engageons à en faire plus, à nous approcher d’un taux de 100% de matières premières renouvelables et recyclées d’ici 2025 et à augmenter le nombre de produits cousus certifiés « commerce équitable » au sein de notre gamme.

    Nous nous engageons à en faire plus, à nous approcher d’un taux de 100% de matières premières renouvelables et recyclées d’ici 2025 et à augmenter le nombre de produits cousus certifiés « commerce équitable » au sein de notre gamme

    L’engagement de Patagonia est holistique et vous ne vous contentez pas de repenser votre empreinte, en tant que marque de vêtements. Vous militez aussi contre la crise climatique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

    Notre énoncé de mission affirme que notre entreprise existe pour sauver notre planète. Nous voulons utiliser les ressources dont nous disposons, à savoir notre influence, notre activité et notre communauté, pour lutter contre la crise climatique.

    Nous soutenons les politiques et projets qui visent à résoudre la crise climatique progressivement. Il s’agit par exemple de développer l’énergie éolienne et solaire ou d’encourager les pratiques agricoles responsables, comme les pâturages et l’agriculture biologique régénérateurs. Nous voulons protéger et restaurer les sols et les eaux, car les forêts et les océans constituent d’importants puits de carbone.

    Lire aussi : Les Chroniques CLICTM : Pionniers de la circularité – l’avènement de l’économie du partage pour les objets du quotidien


    Que doivent faire les sociétés pour rendre le secteur de la mode plus circulaire, efficient, inclusif et propre (CLICTM Circular, Lean, Inclusive and Clean) ?

    Notre secteur contribue à environ 10% des émissions mondiales, et il est grand temps d’admettre que des mesures sont requises d’urgence face à cette crise. L’heure est à la révolution, et non plus à l’évolution.

    Le fondateur et propriétaire de Patagonia, Yvon Chouinard, suit une philosophie en cinq points : vivre une vie examinée ; améliorer sa propre attitude ; faire pénitence ; soutenir la démocratie civile ; et influencer les autres entreprises. Chacun peut interpréter ces directives à sa guise, mais il n’est plus question d’attendre.

    Notre secteur contribue à environ 10% des émissions mondiales, et il est grand temps d’admettre que des mesures sont requises d’urgence face à cette crise. L’heure est à la révolution, et non plus à l’évolution

    Lire aussi : Les Chroniques CLICTM : 10 solutions pour construire une économie circulaire et les entreprises qui montrent la voie

    Vous dites que cette saison, 68% de vos tissus sont fabriqués à partir de matériaux recyclés. Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

    En fait, ce chiffre de 68% sera bientôt dépassé parce que pour la saison d’automne 2022, des matériaux recyclés seront utilisés dans plus de 99% de notre gamme. Nous ne nous contenterons toutefois pas d’atteindre 100% de matières recyclées. Le plastique n’en est pas moins du plastique, et un sous-produit du secteur des combustibles fossiles qui explique largement la crise à laquelle nous sommes confrontés. Nous continuerons à concevoir des tissus et des processus, en plus du recyclage, et utiliserons d’autres matériaux susceptibles de restaurer et de régénérer notre planète, mais sans compromettre la performance.


    Quels matériaux envisagez-vous et en quel sens est-ce innovant ?

    Patagonia a commencé à utiliser du polyester recyclé en 1994 pour sa célèbre polaire Synchilla. En fait, ce tissu était loin d’être parfait. Il était rugueux et pas assez durable, et nous ne pouvions le fabriquer qu’en vert pâle parce qu’il venait directement de plastique recyclé à partir de biens de consommation. De nos jours, des plastiques similaires sont intégrés à notre gamme entière, des sous-vêtements aux coupe-vents imperméables les plus résistants. Nous sommes transparents sur les matériaux que nous utilisons et sur la manière dont nos produits sont fabriqués : toutes ces informations sont disponibles sur notre site Internet.

    Pour Yvon Chouinard, « la meilleure façon de ne pas nuire inutilement, c’est de fabriquer des produits durables, fonctionnels, beaux, simples et d’excellente qualité. »

    Nous nous efforçons d’utiliser des matériaux et des processus respectueux de notre planète sans pour autant réduire la qualité des produits. En d’autres termes, nos activités et nos méthodes de travail doivent nuire aussi peu que possible à l’environnement. Nous réfléchissons aux matières premières, investissons dans des technologies innovantes et gérons strictement les déchets.

    la meilleure façon de ne pas nuire inutilement, c’est de fabriquer des produits durables, fonctionnels, beaux, simples et d’excellente qualité

    Dans le secteur de la mode, comment peut-on conjuguer design et esthétique avec qualité, responsabilité et soutenabilité ?

    Chez Patagonia, nous appliquons la philosophie de simplicité de la conception des produits mise en place par Yvon Chouinard. Chaque modèle doit être multifonctionnel, durable et adapté à l’utilisateur final, mais aussi facile à réparer et à entretenir. Nous vérifions aussi que sa production ne nuit pas inutilement à l’humanité et à notre planète. Si ces critères ne sont pas respectés, nous retournons à la planche à dessin.

    La transparence et la responsabilisation sous-tendent cette philosophie de conception des produits. Si un client veut savoir dans quelle usine un produit a été fabriqué et quelle était la rémunération des ouvriers, nous pouvons le lui dire. Si son article Patagonia est abîmé ou lui déplaît, nous enregistrons son feedback et réparons le produit, quel que soit le motif. Nous n’envoyons pas de produits à la décharge : si vous ne voulez plus de vos produits Patagonia, nous les reprenons et attendons de pouvoir les recycler.

    Concernant un produit, la beauté et l’esthétique sont des notions subjectives. Un produit n’est pas « beau » s’il est complexe et peu pratique et n’a été créé que pour répondre à la demande dans une optique de prix, sans tenir compte de l’impact sur l’humanité ou la planète.

    Chaque modèle doit être multifonctionnel, durable et adapté à l’utilisateur final, mais aussi facile à réparer et à entretenir

    Patagonia était l’une des premières entreprises à être certifiées comme « B Corp » en 2011. Que faites-vous d’autre pour avoir un impact positif sur l’humanité et la planète ?

    Nous utilisons des certifications tierces comme celle de l’Association du commerce équitable pour que nos ouvriers reçoivent une rémunération équitable. Nous encourageons la réforme de nos systèmes agricoles en intégrant à nos produits des matières à base de chanvre ou de coton biologique régénérateur. Nous recherchons des solutions aux problèmes que notre secteur engendre, par exemple en collaborant avec Samsung sur les microplastiques ou en innovant avec « Infinited Fibre » pour que nos produits en fibre naturelle soient véritablement circulaires.

    Nous consacrons une partie de notre chiffre d’affaires à des initiatives locales, comme l’Association suisse pour la protection du climat, qui s’engage pour un avenir sans énergie fossile et un approvisionnement en énergie qui soit à la fois social, démocratique et écologique, ou encore Agriculture du futur, qui vise à transformer notre système alimentaire et agricole. Ces associations ont un véritable impact. Les produits et les programmes de Patagonia sont donc à l’avant-garde de la durabilité.

    Lire aussi : Les Chroniques CLICTM : SEP, une marque de mode de luxe éthique qui fait découvrir les talents de broderie des femmes réfugiées à la Fashion Week


    Parlez-nous un peu de votre programme Worn Wear.

    La plateforme Worn Wear® de Patagonia nous permet de récupérer nos produits et de les revendre. Notre ambition est de prolonger la durée de vie de nos vêtements en rachetant et réparant des produits de deuxième main pour maximiser leur usage. Les clients qui rapportent leurs vêtements reçoivent un bon d’achat, et Patagonia améliore leur qualité sur sa plateforme avant de le revendre avec une marge.

    C’est une solution importante à l’énorme problème de CO2 et de déchets du secteur mondial de la confection. La fondation Ellen MacArthur estime que les vêtements pourraient représenter un quart du budget de carbone mondial annuel d’ici 2050. Le secteur contribue aussi largement aux déchets matériels. Rien qu’en 2017, 11,2 millions de tonnes de textiles ont été envoyées dans des décharges.

    Notre ambition est de prolonger la durée de vie de nos vêtements en rachetant et réparant des produits de deuxième main pour maximiser leur usage

    Envisagez-vous de produire d’autres types de vêtements ou d’élargir votre gamme de produits ?

    Nous avons plutôt tendance à réduire notre gamme. Notre objectif est d’accroître l’ampleur du programme Worn Wear, du recyclage et de la réutilisation, voire de la location de vêtements. En revanche, nous pourrions élargir la division « Provisions » du groupe, qui vend des aliments et des boissons d’origine soutenable et responsable.


    Etes-vous optimistes pour l’avenir ?

    De nombreuses entreprises s’efforcent d’avoir un impact positif, si bien que les attitudes commencent à évoluer dans le bon sens, notamment parmi les consommateurs. En achetant auprès d’entreprises responsables, on consomme de manière positive. Patagonia est une entreprise responsable qui peut accroître son impact en encourageant d’autres sociétés à suivre cette voie.


    Que faites-vous personnellement au quotidien en termes de soutenabilité ?

    J’ai des panneaux solaires sur mon toit. Je prends le train pour me rendre vers des destinations éloignées. Je mange des aliments locaux, je suis fidèle à la philosophie « recycler, réutiliser et réparer » et j’exerce mon droit de vote. J’aide plusieurs ONG à lancer leurs campagnes ou leurs initiatives. J’informe mes enfants sur la crise climatique et des sujets comme la biodiversité, les espaces naturels, l’énergie et la consommation. Enfin, je fais tout mon possible pour que les gens soient sensibles au fait que nous n’avons qu’une seule planète et que nous devons en prendre soin pour continuer à l’apprécier.

    Information Importante

    Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

    En savoir plus.

    parlons-nous.
    partager.
    newsletter.