Faire de la Suisse le berceau de la soutenabilité

corporate

Faire de la Suisse le berceau de la soutenabilité

La Suisse doit être reconnue internationalement comme une destination incontournable de la finance soutenable. Ses excellentes infrastructures et son niveau de vie élevé attirent un nombre croissant de multinationales.

Des grandes personnalités de la finance suisse ont, lors de l’événement "Gemeinsam für Zürich" du Finanz und Wirtschaft Forum, vanté les nombreux atouts dont la Suisse s’est dotée ces dernières années. Patrick Odier, Co-Associé senior de Lombard Odier, déclare que, de même que Paris s’est positionnée en tant que pôle climatique, la Suisse doit être reconnue comme celui de la finance soutenable.

« La finance soutenable doit devenir une marque. Il faut intensifier les échanges entre tous les intervenants », ajoute-t-il. 

…de même que Paris s’est positionnée en tant que pôle climatique, la Suisse doit être reconnue comme celui de la finance soutenable

En constante amélioration

Selon Markus Gross, professeur du département d’informatique de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, la Suisse n’a cessé de se réinventer au cours des trente dernières années. Les excellentes infrastructures et le fait que les employés suisses sont habitués à travailler à distance ont facilité les contacts avec les entreprises internationales. Et le succès des entreprises technologiques a énormément contribué à stimuler l’esprit d’entreprise chez les jeunes. 

La prochaine génération doit apprendre à maîtriser les nouvelles technologies. De fait, il faut veiller à ce que les start-ups ne partent pas à l’étranger, recommande Martina Hirayama, secrétaire d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation. « L’innovation et la promotion des talents sont cruciales pour renforcer notre présence et positionner la Suisse et Zurich sur la route du succès », ajoute-t-elle.

La question de l’évolutivité est toutefois un problème qui inquiète la Suisse, déclare M. Gross, car le pays est petit et limité. Il arrive souvent que les start-ups soient rachetées par de plus grandes entreprises à un stade prématuré de leur développement, ce qui ne profite pas à la région dans laquelle elles sont implantées.

L’une des solutions consiste à étudier comment les autres pays évoluent et à savoir s’adapter, explique Regine Sauter, directrice de la Chambre de commerce de Zurich. Une autre solution consiste à utiliser des réseaux situés en dehors de Suisse, tels que Swissnetz, où il est possible de créer des plateformes permettant de parler d’innovation.

…la Suisse n’a cessé de se réinventer au cours des trente dernières années. Les excellentes infrastructures et le fait que les employés suisses sont habitués à travailler à distance ont facilité les contacts avec les entreprises internationales

Retenir nos talents

Lombard Odier recrute deux tiers de ses collaborateurs en Suisse – une très bonne proportion, selon M. Odier. Il faut retenir ces talents en mettant en place dans les entreprises des projets qui leur permettent de s’immerger dans une culture entrepreneuriale et d’acquérir de nouvelles compétences.

Toutefois, la constitution de réseaux internationaux est compromise par l’incertitude qui entoure les relations entre la Suisse et les autres pays européens, déclare Mme Sauter. Pour Mme Hirayama, la Suisse doit elle-même renforcer ses réseaux, en tissant des liens avec les organismes nationaux.

 

Investir davantage

Pour maintenir et développer le potentiel de la Suisse, il faut investir dans le pôle économique de Zurich, explique le professeur Jan-Egbert Sturm, directeur du Centre de recherches conjoncturelles à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. La stabilité politique et la flexibilité de son économie sont les secrets de sa réussit, ajoute-t-il.

« Nous possédons d’excellentes infrastructures, un niveau de vie élevé et des universités de renommée internationale. Nous sommes habitués à travailler à distance et disposons des outils pour le faire. La pandémie a favorisé ce concept fondamental de la collaboration. Le télétravail renforce notre présence, ce qui nous permet d’être plus facilement connectés au niveau mondial », conclut M. Gross.

Selon un autre chef de file du secteur, la collaboration entre les universités et les entreprises est un autre élément clé de la réussite du pays.

…la revendication du statut de marque de la finance soutenable représente une formidable opportunité, qui n’a toutefois pas encore été exploitée

Un avenir soutenable

De nombreux autres acteurs de premier plan partagent la conviction de Lombard Odier que la soutenabilité est un élément clé de l’avenir de la Suisse. Selon les spécialistes en la matière, la revendication du statut de marque de la finance soutenable représente une formidable opportunité, qui n’a toutefois pas encore été exploitée. Ils estiment que la soutenabilité doit être prise en compte à tous les niveaux de la chaîne de valeur. 

Pour promouvoir la soutenabilité, M. Odier juge qu’il est nécessaire de mieux transmettre le message aux clients.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.