Un monde de contradictions

LOcom_AuthorsLO-POD.png   Patrick Odier
Associé-gérant Senior


J’étais bien plus jeune lorsque j’ai commencé à participer au Forum économique mondial de Davos ; un petit village qui se transforme en centre international pour une courte période chaque année. Beaucoup de choses ont changé au cours de ces 30 dernières années. Ce qui me frappe le plus, c’est à quel point le contexte mondial a changé. Nous nous trouvons aujourd’hui dans une « nouvelle normalité » caractérisée par des fractures géopolitiques, sociales, économiques et financières.

Toutefois, lorsque je lis les journaux, je me demande : « Quel est le degré de ‘normalité’ de ce nouvel ordre mondial ? » La valeur des Big Tech n’a jamais été aussi élevée ; l’économie de l’UE est en position de force ; le chômage est inférieur à 4% en Suisse ; et même si certaines entreprises s’apprêtent à payer des milliards de dollars d’impôts, le cours de leurs actions continue d’augmenter.

Tous les feux sont au vert, mais jusqu’à quand ? Je suis probablement trop sceptique et les risques politiques, sociaux et économiques qui semblent prévaloir aujourd’hui ont, en réalité, toujours existé.

Dans quelle mesure les menaces géopolitiques sont-elles réelles ? De quelle façon la politique de l’administration américaine affecte-t’elle vraiment les flux d’investissement ? Les changements de régime au Moyen-Orient sont-ils temporaires ? Vont-ils créer des perturbations ? Quel rôle jouera la Chine au sein des économies de marché développées ? Comment la Suisse peut-elle aider la Chine à déployer ses ressources ? Le Brexit montre-t’il des signes de résolution sans troubles majeurs ?
 

Il existe de nombreuses contradictions dans le monde d’aujourd’hui. Notre époque abonde de nouveautés matérielles et scientifiques, mais en parallèle, une importante portion de la population mondiale est privée de ses libertés fondamentales et des droits de l’homme.


La disparité entre les meilleures et les pires conditions de vie s’accentue à mesure que le nombre de laissés pour compte augmente. Comment se fait-il que près de 7'500 femmes continuent d’être infectées par le VIH chaque semaine ?

Comment mobiliser l’énorme concentration de ressources privées pour s’attaquer aux problèmes fondamentaux auxquels tant de personnes sont confrontées ?

Ces fractures, de plus en plus visibles aujourd’hui, feront l’objet de sérieuses discussions à Davos.

Il est encourageant de voir que la liste des délégués est si dense et diversifiée cette année.
 

Je me sens réconforté par l’apparente prise de conscience que le monde risque de se fracturer davantage si nous ne parvenons pas à nous unir dans un esprit de collaboration et d’innovation.


Une crise n’éclatera peut-être pas si nous sommes tous à la hauteur de cette attente. 

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.