Lombard Odier et le Fonds Mondial unissent leurs efforts pour mettre l’investissement privé au service de la santé mondiale

Lombard Odier et le Fonds Mondial unissent leurs efforts pour mettre l’investissement privé au service de la santé mondiale

Lombard Odier et le Fonds mondial ont le plaisir d’annoncer un partenariat stratégique visant à repenser les approches traditionnelles de l’investissement et de la philanthropie. Objectif : faciliter la contribution des investisseurs à la lutte contre plusieurs problèmes sanitaires majeurs. Les deux entités vont développer conjointement des solutions novatrices permettant d’aider les investisseurs à atteindre leurs objectifs financiers tout en contribuant à l’édifice social.

« Les investisseurs se retrouvent simultanément face à deux défis de taille : d’une part, ils ont besoin de faire fructifier leur capital pour atteindre leurs objectifs financiers et, d’autre part, ils sont appelés à jouer un rôle non négligeable dans la construction de l’avenir auquel nous aspirons tous », a déclaré Patrick Odier, Associé-gérant Senior du Groupe Lombard Odier. « Désormais, les investisseurs n’ont plus à choisir entre performance et bonne action. Atteindre ces deux objectifs en même temps devient possible, et ce à un moment crucial : les finances publiques étant de plus en plus sous pression, il est aussi urgent qu’indispensable de créer de nouveaux moyens permettant aux investisseurs privés de s’engager dans la lutte contre quelques-uns des problèmes sanitaires majeurs de notre monde. »

Lombard Odier et le Fonds mondial partagent une conviction : les investissements du secteur privé constituent une ressource fondamentale qui doit être utilisée à meilleur escient pour soutenir la feuille de route du développement durable, en particulier pour l’éradication du VIH, de la tuberculose et du paludisme, et la création de systèmes de santé solides et pérennes. Les besoins en capitaux sont considérables. Pour la période 2017-2019, la mise en œuvre des stratégies déjà approuvées pour lutter contre ces trois maladies dans les pays bénéficiaires des investissements du Fonds mondial nécessiterait une enveloppe supplémentaire de 20 milliards de dollars. Chaque dollar supplémentaire aidera ainsi à maximiser l’impact positif du partenariat du Fonds mondial. Des financements plus conséquents permettraient aussi de mettre en œuvre des approches innovantes, avec de meilleurs résultats sur les communautés touchées par ces maladies.

Le Fonds mondial est le fruit d’un partenariat et investit près de 4 milliards de dollars par an pour soutenir des programmes dirigés par des experts locaux dans plus de 100 pays. Il a permis de sauver 22 millions de vies depuis 2002.

Le partenariat avec Lombard Odier s’attachera à trouver des solutions facilitant la contribution du secteur privé au travail essentiel réalisé par le Fonds mondial tout en répondant aux exigences financières des investisseurs. Il s’intéressera, par exemple, à des structures permettant un partage des gains réalisés sur les investissements. L’idée est également de soutenir plus largement les Objectifs de développement durable des Nations-Unies, en particulier les cinq premiers, visant à éliminer l’extrême pauvreté et la faim, permettre à tous de vivre en bonne santé, assurer l’accès à une éducation de qualité et parvenir à l’égalité entre les sexes.

Engagé depuis toujours dans des causes sociales et humanitaires, Lombard Odier a développé de nombreux instruments financiers novateurs pour construire des ponts entre le monde de l’investissement et celui de la philanthropie.

Patrick Odier, Associé-gérant Senior, Groupe Lombard Odier a déclaré : « Pouvoir investir de manière durable et responsable sans renoncer aux performances est une aspiration croissante des investisseurs. Les gestionnaires pour compte de tiers subissent des pressions croissantes de la part de leurs clients pour investir de manière responsable, de plus en plus de preuves démontrant que cela a aussi sens du point de vue financier. à travers ce partenariat, nous espérons trouver de nouveaux moyens de démocratiser l’investissement responsable et aider le Fonds mondial à réaliser son objectif ultime : éradiquer les épidémies. »

John Simon, ambassadeur, vice-président du Fonds mondial, a déclaré : « Lombard Odier partage nos priorités : innover, obtenir des résultats tangibles et générer un impact positif sur plusieurs problèmes sanitaires majeurs. Les maladies infectieuses constituent l’un des plus grands risques auxquels l’humanité est confrontée aujourd’hui. Pour parvenir à les éliminer, nous devons mobiliser davantage de fonds. Il est pour nous impératif de trouver de nouvelles façons d’augmenter le nombre de contributeurs et de faire fructifier encore mieux ces contributions pour que chaque dollar ait un impact plus important. Tel est le but de notre partenariat. »

Information Importante

Ce communiqué de presse a été rédigé par Banque Lombard Odier & Cie SA, une banque et un négociant en valeurs mobilières agréé et soumis à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent communiqué de presse est distribué à titre purement informatif et ne saurait constituer une offre ou une recommandation d’entretenir une relation avec Lombard Odier ni de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier.
Le présent document ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© Banque Lombard Odier & Cie SA – tous droits réservés