La Chine a un problème de déchets. Comment va-t-elle y répondre?

rethink sustainability

La Chine a un problème de déchets. Comment va-t-elle y répondre?

Selon le Forum économique mondial, le volume des déchets solides urbains de la Chine sera le double de celui des Etats-Unis d’ici 20301. Le pays tente de mieux gérer ses déchets depuis plus de vingt ans maintenant, mais n’y est pas encore totalement parvenu. Depuis 2018, la législation interdit l’importation de « déchets étrangers » en provenance d’autres pays cherchant à vider leurs poubelles ailleurs que chez eux2. La législation a sévèrement touché l’Union européenne, qui exportait jusqu’à 95% de ses plastiques recyclables en Chine. De même, les Etats-Unis exportaient près de 70% de leurs plastiques3. Malgré l’interdiction de ces déchets étrangers, la plupart des déchets produits en Chine finissent néanmoins dans les décharges et, selon le Forum économique mondial, certains vont jusqu’aux océans par le biais des rivières4.

La Chine a renforcé les responsabilités de surveillance et de gestion du gouvernement et lancé plusieurs initiatives liées à l’exclusion des déchets

La nouvelle version de la loi sur les déchets solides est entrée en vigueur en 2020. La Chine a renforcé les responsabilités de surveillance et de gestion du gouvernement et lancé plusieurs initiatives liées à l’exclusion des déchets. En plus d’interdire les déchets étrangers, le pays a imposé des obligations aux producteurs de déchets puis veillé à ce que les lois soient appliquées et à ce que les produits fassent l’objet d’une gestion responsable5.  Il s’est également fixé pour objectif de réutiliser 60% de ses ordures ménagères urbaines d’ici 20256.

Parallèlement, la Chine a introduit des solutions de collecte de déchets intelligentes et uniques en leur genre. En mai 2020, Pékin est devenue la dernière ville en date à appliquer un système de tri des déchets, dans la lignée d’une législation semblable en vigueur à Shanghai, à Shenzhen et dans 16 autres villes réparties dans tout le pays7. L’intelligence artificielle a également fait son apparition dans le système de gestion des déchets à Pékin. Les poubelles sont désormais équipées de techniques de reconnaissance faciale visant à encourager les résidents à plus recycler8. Le programme-pilote de « poubelle intelligente », débuté en 2019, enregistre tous les résidents participants et prend leur photo. Lorsqu’un résident jette des déchets, la poubelle scanne automatiquement son visage afin de l’identifier. Une fois que la poubelle a reconnu l’utilisateur en tant que résident, le couvercle s’ouvre et le déchet recyclé est pesé. Des sacs poubelle dotés d’un code QR veillent à ce que les déchets soient jetés dans la poubelle appropriée9. Les résidents qui recyclent le mieux se voient récompensés. Cette initiative a fait l’objet de nombreuses louanges.

Et elle n’est pas la seule solution « intelligente » à avoir été mise en œuvre pour la gestion des déchets. Dans une autre région, une société privée aide les services de collecte des déchets à gérer leurs problèmes opérationnels, comme la désuétude des équipements et l’efficacité de leur entretien, en rassemblant des données sur la collecte des déchets au moyen de l’Internet des objets et de l’analyse de données10. Pour rassembler ces données, la société a mis au point un circuit intégré que l’on attache aux poubelles afin que celles-ci puissent être localisées et informer des centres de données une fois pleines. Elle a également développé une base de données qui compare les équipements individuels et les types de dysfonctionnement, à l’aide d’outils d’intelligence artificielle, afin de diagnostiquer les pannes et de proposer des services d’assistance à l’entretien.

Certains commentateurs s’inquiètent de l’intelligence artificielle, qui pourrait nuire à la confidentialité. D’autres font remarquer que l’intelligence artificielle ne résoudra jamais le problème de déchets de la Chine tant que sa population – près de 1,4 milliard de personnes – continuera à produire les mêmes volumes. Toutefois, ces initiatives sont pour la plupart considérées comme un pas dans la bonne direction.

 

Le zéro déchet : une question de gestion des ressources

Chez Lombard Odier, nous sommes convaincus que la réduction des déchets est l’une des composantes fondamentales d’une économie circulaire et soutenable

Chez Lombard Odier, nous sommes convaincus que la réduction des déchets est l’une des composantes fondamentales d’une économie circulaire et soutenable. En Chine, comme dans le monde, il y a encore beaucoup à faire.  En 2019, on estimait que le retard pris par le pays en matière de traitement des déchets solides pouvait aller jusqu’à 70 milliards de tonnes.11 D’ici 2050, les flux de déchets annuels auront atteint 3,4 milliards de tonnes dans le monde. A l’heure actuelle, les volumes de déchets augmentent deux fois plus rapidement que la population. Seuls 9% des plastiques sont recyclés et 50% d’entre eux sont utilisés une seule fois avant d’être jetés. Et pourtant, 85% des déchets produits dans le monde pourraient aujourd’hui être récupérés et revendus sur des marchés existants.

L’objectif est de parvenir à ce que les déchets ne soient plus du tout envoyés vers les décharges, les incinérateurs ou les océans. Nous pourrons l’atteindre en nous y attaquant sur des fronts multiples, notamment au moyen de la prévention des déchets, d’une nouvelle conception des produits, de la réutilisation et du recyclage. L’extension de la durée de vie des produits pourrait être une solution, tout comme l’approvisionnement soutenable en intrants au sein des processus de production, ainsi que les technologies évolutives telles que la fabrication additive. Une autre solution serait d’adopter une approche axée sur l’efficacité des ressources, qui permettrait aux entreprises de faire des économies et réduirait la production de déchets. Le défi consiste à faire preuve de la plus grande efficacité possible dans la composition d’un produit. Aujourd’hui, les habitants de la planète consomment chacun environ 13 tonnes de matériaux par an, mais la plupart de ces matériaux sont perdus en cours de production. Les fabricants et les consommateurs doivent adopter des ingrédients renouvelables et non plus des ressources limitées. Des techniques de production informatisées et intelligentes, des solutions d’impression 3D et des matériaux innovants auront tous un rôle à jouer en la matière et créeront des opportunités de croissance spécifiques.

Sachant qu’un nombre toujours croissant de secteurs économiques – notamment ceux des biens de consommation, de l’industrie et des services aux collectivités – donnent la priorité au zéro déchet, en Asie comme dans le reste du monde, de nouvelles initiatives verront le jour

Sachant qu’un nombre toujours croissant de secteurs économiques – notamment ceux des biens de consommation, de l’industrie et des services aux collectivités – donnent la priorité au zéro déchet, en Asie comme dans le reste du monde, de nouvelles initiatives verront le jour. La Chine s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Cet objectif ambitieux est également un vaste enjeu qui, si elle parvient à le réaliser, pourrait marquer un tournant pour les marchés des combustibles fossiles et pour la transition énergétique dans le monde, d’après certains commentateurs12. L’Innovative Green Development Program, un groupe de réflexion sur la politique climatique basé à Pékin, estime que, si la réglementation sur les déchets était mise en œuvre dans tout le pays, les émissions de gaz à effet de serre diminueraient de 80,82 millions de tonnes de CO2 entre 2020 et 2030. Cela correspond aux émissions de 17,46 millions de véhicules de tourisme sillonnant les routes pendant un an13.

Pour que la Chine atteigne ses objectifs, la mise en œuvre des politiques sera clé. Ces politiques incluront-elles des poubelles intelligentes à l’échelle nationale ? Cela reste à voir.

 

1 https://www.weforum.org/agenda/2018/12/no-chopsticks-with-my-takeaway-how-china-is-tackling-food-waste-with-digital-innovation/
2 https://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2020/11/29/china-doesnt-want-the-worlds-trash-anymore-including-recyclable-goods/?sh=5a35ac617290
3 https://fortune.com/2019/11/29/china-trash-waste-plastic-recycling-ban-tech/
4 https://www.weforum.org/agenda/2018/12/no-chopsticks-with-my-takeaway-how-china-is-tackling-food-waste-with-digital-innovation/
5 https://www.letsrecycle.com/news/latest-news/china-promulgates-amendment-solid-waste-law/
6 https://www.circularonline.co.uk/news/china-targets-60-reuse-of-household-waste-by-2025/
7 https://www.thatsmags.com/china/post/31079/garbage-sorting-is-now-mandatory-in-beijing#:~:text=The%20citywide%20household%20garbage%20sorting,other%20cities%20around%20the%20country.
8 https://globalshakers.com/china-is-using-facial-recognition-trash-bins-to-ensure-people-recycle/
9 https://www.thatsmags.com/china/post/31079/garbage-sorting-is-now-mandatory-in-beijing#:~:text=The%20citywide%20household%20garbage%20sorting,other%20cities%20around%20the%20country.
9 https://globalshakers.com/china-is-using-facial-recognition-trash-bins-to-ensure-people-recycle/
10 https://asia.nikkei.com/Business/Startups/Digital-technology-moves-into-China-garbage-collection
11 https://www.circularonline.co.uk/news/china-targets-60-reuse-of-household-waste-by-2025/
12 https://www.spglobal.com/platts/en/market-insights/blogs/energy-transition/121020-china-zero-carbon-target-2060-emissions-fossil-fuels
13 https://news.cgtn.com/news/2020-08-25/It-s-time-to-improve-waste-management-in-China-TeO2Tlj0aY/index.html

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.