Coût du carbone : l'engagement du G7 sur les énergies fossiles ouvre la voie au « zéro émission nette »

perspectives d’investissement

Coût du carbone : l'engagement du G7 sur les énergies fossiles ouvre la voie au « zéro émission nette »

Stéphane Monier - Chief Investment Officer<br/> Lombard Odier Private Bank

Stéphane Monier

Chief Investment Officer
Lombard Odier Private Bank

Points clés

  • Le G7 s'est engagé à supprimer progressivement d'ici 2025 les subventions accordées aux énergies fossiles, ce qui permettra d’établir un prix du carbone plus juste et plus élevé
  • Le FMI a proposé de fixer un prix minimum pour le carbone et l'UE s’apprête à réformer son système d'échange de quotas d'émissions
  • Alors que l’évolution de la réglementation rend le carbone difficile à valoriser, les investisseurs doivent surveiller les plans de transition climatique des entreprises
  • Les portefeuilles refléteront de plus en plus la préférence pour les entreprises avec des stratégies de décarbonisation.

Les dirigeants des pays du Groupe des sept (G7) ont convenu de mettre fin au subventionnement des énergies fossiles d'ici quatre ans. Cette promesse, la plus ambitieuse du sommet qui s’est tenu du 11 au 13 juin, se fonde sur les engagements actuels en faveur d'une transition vers des économies à zéro émission de carbone d’ici trois décennies. Pour les investisseurs, cette décision représente des défis, mais aussi des opportunités de croissance inédites dans les nouvelles technologies et les secteurs en évolution rapide.

Depuis 1970, les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 90% environ et les énergies fossiles sont responsables de 78% de cette hausse. Désormais, ce sont plus de 100 nations qui se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, tandis que la Chine s'est fixé le même objectif d'ici 2060. L'engagement du G7, qui regroupe les États-Unis, l'Allemagne, le Japon, la France, le Royaume-Uni, le Canada et l'Italie, à supprimer progressivement les subventions accordées aux énergies fossiles sera déterminant dans la réalisation de ces objectifs et il pourrait réorienter d'importantes ressources financières vers le développement d’installations de production d’énergies renouvelables.

Un des leviers décisifs pour atteindre l’objectif zéro émission nette sera de cesser de subventionner les énergies fossiles. Cependant, de la même manière que le pain était politiquement sensible dans la Rome antique ou dans la France des Bourbons, le prix des carburants l’est aujourd'hui dans la majorité des pays du monde. Pourtant, selon le Fonds monétaire international (FMI), la suppression totale de ces subventions permettrait de réduire de plus d'un quart les émissions de carbone et de près de moitié les décès liés à la pollution de l’air. D'un point de vue économique, les dépenses en carburant n'entraînent pas une augmentation de la production économique, mais une utilisation moins efficiente de l'énergie.

L'ampleur des subventions accordées aux énergies fossiles est considérable. Les aides publiques à la production et à la consommation d’énergies fossiles ont totalisé
468 milliards USD en 2019, selon l’analyse réalisée sur 81 économies par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l'Agence internationale de l'énergie. De nombreuses subventions sont mal ciblées, profitant de manière disproportionnée aux segments les plus riches de la population qui utilisent davantage les carburants subventionnés, et encourageant une consommation excessive tout en faisant grimper les émissions et en grevant les budgets publics. Le FMI a également calculé le coût réel des énergies fossiles pour la société. En 2017, si l'on tient compte de toutes les externalités négatives liées à la détérioration du climat, à la pollution atmosphérique et aux effets secondaires des énergies fossiles, le coût mondial des subventions aux combustibles fossiles représentait 5'200 milliards de dollars, soit 6,5% du produit intérieur brut mondial.


Fixer le prix du carbone

Une suppression et une réforme des subventions inefficientes accordées aux énergies fossiles permettraient ainsi aux prix du marché de mieux refléter les coûts réels de l'énergie. Car elles faussent le prix relatif de l'énergie en faveur des combustibles fossiles, malgré la baisse spectaculaire du coût absolu des sources d'énergie renouvelables ces dernières années.

Depuis octobre 2020, le prix a plus que doublé pour atteindre un record à la mi-mai…

Parmi les efforts visant à fixer de manière plus juste le prix du carbone, on peut mentionner le principal marché carbone au monde, le Système communautaire d'échange de quotas d'émission de l'Union européenne (SEQE-UE).

Le SEQE-UE fixe des plafonds de pollution pour quelque 12'000 producteurs d'électricité, entreprises et compagnies aériennes à travers le continent. Jusqu'en 2018, le prix des permis carbone dans le cadre de ce système européen de plafonnement et d'échange ne dépassait pas 10 EUR par tonne. Depuis octobre 2020, le prix a plus que doublé pour atteindre un record à la mi-mai, à 56,65 EUR par tonne et se négocie actuellement à 52,09 EUR par tonne (voir graphique).

La demande pour ces droits d'émission et les prix qui les accompagnent a augmenté en fonction des projets visant à imposer des objectifs de pollution plus stricts. À moins d’une baisse des émissions, le négoce du carbone ne réduira pas à lui seul la pollution due aux gaz à effet de serre. Selon l'exécutif européen, même si le mécanisme semble fonctionner, le prix du carbone « devrait être beaucoup plus élevé » pour contribuer efficacement à la lutte contre la pollution à long terme. Pour atteindre l'objectif de l'accord de Paris, consistant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius, le prix devra approcher les 100 EUR par tonne durant cette décennie déjà, souligne la Banque mondiale.


Fixer un plancher

Le 18 juin, le FMI a présenté une proposition visant à fixer trois prix minimum du carbone pour les États-Unis, l'UE, la Chine, l'Inde, le Canada et le Royaume-Uni d'ici 2030, à savoir 75, 50 ou 25 USD par tonne, c’est-à-dire des prix différenciés pour les pays à différents niveaux de développement économique. Cela permettrait de fixer un prix plancher international et de maintenir, pour cette décennie, les émissions en dessous de l'objectif de deux degrés Celsius fixé par l'accord de Paris sur le climat. Selon le FMI, quatre cinquièmes des émissions à l'échelle mondiale « n’ont pas encore de prix établi », avec un prix moyen de 3 USD par tonne.

Le 14 juillet, la Commission européenne devrait publier une nouvelle série de mesures qui réviseront et éventuellement élargiront le marché SEQE-UE conformément à l'objectif de l’UE de réduire de moitié les émissions de carbone d'ici 2030. Nous nous attendons à ce que ces nouvelles mesures accélèrent la réduction annuelle de 2,2% du nombre d'émissions offertes, élargissent le nombre de pollueurs qui doivent payer, suppriment progressivement les quotas gratuits et introduisent une taxe carbone aux frontières. Toutes ces mesures seraient un soutien structurel additionnel à une hausse du prix du carbone.

Mais la hausse du prix du carbone ne déploiera vraiment ses effets que lorsqu’elle sera appliquée à tous les secteurs et à tous les pays…

Mais la hausse du prix du carbone ne déploiera vraiment ses effets que lorsqu’elle sera appliquée à tous les secteurs et à tous les pays, motivant ainsi les industries à franchir le pas et à réduire leurs émissions, et encourageant la recherche et l'investissement dans des énergies alternatives innovantes. À mesure que le marché de l'énergie évoluera, la demande de métaux et de minéraux indispensables à la production d’énergies renouvelables ne pourra que croître.

Car les sources d'énergie alternatives recourent à des technologies qui dépendent de nombreux métaux et éléments. Les panneaux solaires ont besoin d'arsenic, de gallium, de germanium, d'indium et de tellure, tandis que les éoliennes reposent sur l'aluminium et autres éléments rares. Quant au stockage de l'énergie dans les batteries, il dépend du cobalt, du graphite, du lithium et du manganèse, tandis que toutes les machines nécessitent du cuivre, dont la demande devrait augmenter de 60 % au cours des deux prochaines décennies.

Le G7 a également convenu d’augmenter les investissements dans les technologies et les infrastructures nécessaires à la décarbonisation. Dans le sillage de la pandémie, les États-Unis, l’UE et le Japon se sont tous engagés à mettre en œuvre des projets d'infrastructure de grande envergure qui soutiendront la reprise et favoriseront la transition vers une économie zéro carbone.


Positionnement des portefeuilles

L'exposition du marché du carbone à l’évolution de la réglementation en matière d’approvisionnement rend cet actif difficile à évaluer et sujet à une volatilité à court terme. Cela dit, à long terme, la hausse des prix est plus que probable. Selon de nombreuses études, les cours se situeront dans une fourchette comprise entre 150 et 300 USD par tonne d’ici 2040. Alors que les investisseurs prennent en compte l'ampleur de la transition vers une économie zéro émission nette et consacrent une attention toujours plus grande aux plans d'action climatique des entreprises, on pourrait assister à un changement rapide du sentiment du marché.

…les investisseurs devraient privilégier les entreprises qui sont les plus avancées sur la voie du « zéro émission nette » et appliquer une approche thématique

En matière de consommation, les tendances évoluent vite, entraînant une différenciation au sein des secteurs. Pour un nombre croissant d’entre eux, à commencer par les fournisseurs d'énergie, les services publics et les matériaux, les valorisations commenceront à refléter l’augmentation du prix du carbone. Cela signifie que les investisseurs devraient privilégier les entreprises qui sont les plus avancées sur la voie du « zéro émission nette » et appliquer une approche thématique.

A long terme, il y aura clairement des gagnants et des perdants dans le secteur des énergies alternatives et des infrastructures, selon la source d'énergie qui s'imposera comme carburant dominant pour atteindre la neutralité carbone. Les stratégies d'investissement doivent refléter cette transition vers de nouveaux modèles d’affaires et identifier les opportunités présentes dans les industries à fortes émissions de dioxyde de carbone où il existe des solutions pour réduire ces émissions avec la plus grande incidence sur le climat.

Nous appelons ces entreprises des « glaçons » car elles ont le potentiel de « refroidir » le climat pendant qu’elles travaillent à atteindre les objectifs de l'accord de Paris. D'autres, qui ne parviennent pas à opérer une transition vers le net zéro, sont plutôt classées dans la catégorie des « bûches en feu » et risquent de se retrouver avec des actifs qui risquent des pertes de valeur conséquentes tandis qu'elles se battent pour fonctionner dans un monde net zéro réglementé.

Les investisseurs auront besoin d’une exposition diversifiée aux énergies durables. Compte tenu de la volatilité potentielle de ces dernières, ils tireront profit d'une gestion active.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA (ci-après « Lombard Odier »).
Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document de marketing.

En savoir plus.