Intégrer l’investissement durable est crucial pour comprendre la croissance de demain

rethink sustainability

Intégrer l’investissement durable est crucial pour comprendre la croissance de demain

A l’exception de quelques investisseurs prêts à accepter de prendre en compte les problématiques sociales et environnementales tout en recevant des rendements moins élevés, les entreprises et les investisseurs considéraient autrefois l’investissement responsable comme une contrainte incompatible avec la performance financière.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) constituent des éléments pouvant fortement influencer la performance des entreprises et le rendement des investisseurs.


Les tendances clés qui sous-tendent la notion de durabilité

Les « méga-tendances » telles que le changement climatique, les évolutions démographiques, la raréfaction des ressources, l’essor de la numérisation et l’inégalité croissante représentent de véritables défis à long terme, que les entreprises doivent comprendre si elles souhaitent prospérer.

Le problème est que ces évolutions se produisent rapidement, parfois même avant que nous puissions les comprendre – ou que les gouvernements sachent les réglementer. La rapide croissance de géants technologiques comme Facebook, Google et Amazon a révélé des problématiques à la société et aux entreprises elles-mêmes. Certains exemples récents illustrent l’ampleur de ces problèmes. Facebook a difficilement géré l’impact de l’effondrement de Cambridge Analytica. Des collaborateurs de Google ont présenté leur démission suite à l’information que l’armée américaine utilisait la technologie d’intelligence artificielle de la société pour développer des drones autonomes. De nombreuses entreprises, dont Amazon, rencontrent des problèmes de confidentialité dus à l’utilisation croissante d’assistants numériques comme Alexa.

De plus, avec les réseaux sociaux et la quantité croissante de données disponibles, l’activité des entreprises, de leurs fournisseurs et de leurs clients à grande échelle est beaucoup plus exposée au grand jour qu’auparavant, comme l’a montré le déclin rapide de la Weinstein Corporation suite aux plaintes déposées contre son cofondateur Harvey Weinstein.


Comment les facteurs ESG affectent les entreprises

Les consommateurs et les citoyens, notamment ceux de la génération du Millénaire dont le pouvoir d’achat augmente, sont plus conscients et plus soucieux de l’origine des produits qu’ils achètent, des conditions de travail et de la politique de développement durable des entreprises concernées. Ils n’hésitent pas à exprimer leur opinion aux entreprises, à leurs amis ou à leurs représentants politiques.

La pression croissante exercée sur les entreprises vient non seulement des clients, mais aussi des responsables politiques et des autorités de réglementation, qui mettent en œuvre de nouvelles politiques pour répondre aux exigences des électeurs pour plus de responsabilité sociale. Soulignons à cet égard la prolifération de règles relatives au changement climatique, que ce soit au niveau régional ou national. Le Grantham Research Institute on Climate Change and the Environment indique que « chacun des 197 pays qui ont signé ou ratifié l’Accord de Paris ont au moins une loi ou une mesure relative au changement climatique »1.

La pression croissante exercée sur les entreprises vient non seulement des clients, mais aussi des responsables politiques et des autorités de réglementation, qui mettent en œuvre de nouvelles politiques pour répondre aux exigences des électeurs pour plus de responsabilité sociale.

Intérêt croissant pour les critères ESG parmi les gérants et investisseurs

A mesure qu’ils prennent conscience du risque lié à l’investissement durable, les gérants et les investisseurs consacrent une part croissante de leurs financements aux entreprises plus durables.

La capacité d’une entreprise à gérer les problématiques d’ordre environnemental, social ou de gouvernance atteste du leadership et de la bonne gouvernance qui sont indispensables à une croissance durable. 

Au début de l’année, Larry Fink, CEO du grand gestionnaire d’actifs Blackrock, a écrit aux CEO de toutes les entreprises dans lesquelles Blackrock investit : « Les attentes du public à l’égard de votre entreprise sont plus élevées que jamais. La société s’attend à ce que les entreprises publiques et privées jouent un rôle social. Pour réussir à long terme, une entreprise doit générer une performance financière, mais également apporter une contribution positive à la société. »2

Blackrock n’est pas la seule à se concentrer de plus en plus sur ces thèmes. Un récent sondage de Morgan Stanley Institute for Sustainable Investing et Morgan Stanley Investment Management conclut que 84% des détenteurs d’actifs investissent ou envisagent d’investir dans le respect des facteurs ESG 3.

L’importance croissante de ces critères ouvre un monde d’opportunités aux entreprises prêtes à relever le défi.

Selon le Forum économique mondial4, la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, par exemple, devrait créer USD 23’000 milliards d’opportunités d’investissement d’ici à 2030. La transition nécessaire vers une économie à faible émission de carbone se traduit par une formidable croissance des secteurs clés dans ce domaine, notamment l’électricité renouvelable, les véhicules électriques et l’efficacité énergétique. Cette évolution engendre une transformation rapide des secteurs de l’énergie, des services publics et de l’automobile.

Sustainablility-Revolution_ArticleLOcom_new.jpg

Les objectifs de développement durable des Nations unies, que 193 pays ont signés en 2015 (l’année de l’Accord de Paris), créeront de nouvelles opportunités sur le marché de l’investissement durable. Ces 17 « objectifs globaux » s’attaquent aux principaux problèmes mondiaux de développement durable. Selon la Commission du développement durable des Nations Unies, ils « offrent une stratégie de croissance attrayante aux entreprises, aux marchés locaux et à l’économie mondiale ». La Commission précise que la réalisation des « objectifs globaux » pourrait engendrer jusqu’à USD 12’000 milliards d’opportunités dans des secteurs tels que l’alimentation et l’agriculture, les transports, l’énergie, la gestion des ressources naturelles et la santé.5

Quelles sont les conséquences pour les investisseurs ? Avant tout, ils doivent être capables d’identifier les entreprises bien positionnées pour profiter de l’essor de l’investissement durable — mais aussi celles qui sont à risque. Cela devient de plus en plus facile grâce à la quantité croissante de données disponibles combinées aux outils d’analyse et d’interprétation de celles-ci.


Caractéristiques d’une entreprise durable

Dans cette optique de durabilité, les entreprises qui souhaitent prospérer doivent adhérer à trois principes : un modèle financier durable, une gouvernance durable et un modèle d’affaires durable.

Les entreprises qui adoptent des pratiques de gestion durable tiennent compte des besoins de nombreuses parties prenantes et pas seulement de ceux des actionnaires. Elles se soucient donc des autorités de réglementation, des collaborateurs, des clients et des fournisseurs, ainsi que de l’impact de leurs pratiques de gestion sur la communauté locale et l’environnement.

Les entreprises dotées d’une stratégie d’investissement durable adoptent un plan d’action concret pour résoudre les défis posés par les « méga-tendances » telles que le changement climatique, la raréfaction des ressources, les évolutions démographiques, l’essor de la numérisation et l’inégalité croissante. Les entreprises souhaitant participer à la résolution des problèmes liés au changement climatique et à la raréfaction des ressources peuvent investir dans l’énergie non polluante, les services de réseaux intelligents, les véhicules électriques ou le stockage d’énergies renouvelables. A l’inverse, les entreprises à haute intensité carbone finiront par perdre leur attrait auprès des investisseurs.

Un modèle financier durable implique que les entreprises utilisent leurs capitaux efficacement et génèrent des flux de trésorerie, sans dépendre excessivement des marchés financiers. Ce modèle doit aussi permettre d’évaluer la solvabilité globale de l’entreprise, y compris sa qualité de crédit et sa capacité à rembourser ou à refinancer sa dette.

Intégrer l’investissement durable sera crucial pour appréhender la croissance de demain. Si les clients choisissent les produits et les services selon des critères de durabilité, les entreprises n’auront d’autre choix que d’adapter rapidement leurs modèles d’affaires pour rester compétitives – et les investisseurs suivront. Pour comprendre la croissance future, il est crucial d’identifier et de cibler les entreprises qui intègrent déjà les critères ESG dans leurs stratégies.

1 http://www.lse.ac.uk/GranthamInstitute/publication/global-trends-in-climate-changelegislation-and-litigation-2018-snapshot/
2 https://www.blackrock.com/corporate/investor-relations/larry-fink-ceo-letter
3 https://www.morganstanley.com/ideas/asset-owners-embrace-sustainable-investing
4 https://www.weforum.org/agenda/2017/01/unlocking-23-trillion-of-climateinvestment-opportunities-is-mission-possible/
5 https://www.un.org/pga/71/wp-content/uploads/sites/40/2017/02/Better-Business-Better-World-Executive-Summary.pdf


Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »).

En savoir plus.