Retour à l'école

responsible capital

Retour à l'école



LOcom_AuthorsLO-POD.png   Patrick Odier
Senior Managing Partner

Hier soir, je suis retourné sur les bancs de l'école. J'ai assisté à une session organisée par l'Université de Chicago - où j'avais été étudiant - au cours de laquelle des questions passionnantes ont été soulevées concernant notre monde digital, notamment comment le façonner pour qu’il se développe de manière sûre et socialement inclusive et comment apprendre aux leaders de demain à s'adapter ?

La première grande question est de savoir comment définir des normes mondiales pour le monde digital. La notion de vie privée ne signifie pas la même chose aux États-Unis, par exemple, qu'en Europe. Qui possède le meilleur talent dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) et qui est le plus capable de le développer pour aller de l’avant ? Les gouvernements ou les entreprises ? Si les gouvernements ne sont pas en mesure de rivaliser dans ce secteur, comment pouvons-nous combler l’écart pour s’assurer d’un développement sans risque du nouveau paradigme digital ? L'interaction entre le secteur privé et le secteur public est centrale dans un monde digitalisé - l’un ne peut pas agir sans l'autre. C'est une problématique que les Geneva Digital Talks pourraient aider à résoudre, en réfléchissant à la manière d'éviter, non seulement les mesures répressives des États mises en place en réaction aux abus relatifs à l’utilisation des données ou au piratage, mais aussi l’intrusion des autorités publiques dans les clouds privés. Nous avons besoin d'un écosystème stable, dans lequel le secteur privé peut innover en étant socialement inclusif.

La deuxième question est de savoir ce que nous devons enseigner à la prochaine génération. Il est évident que l’éthique, par exemple, doit faire partie de cet enseignement, en parallèle des sciences de l'informatique, afin d'obtenir le type d'écosystème stable que je viens de mentionner. Le système éducatif doit également mettre l'accent sur trois autres domaines importants : l’esprit critique, qui est de la plus haute importance dans un monde où les données sont de plus en plus abondantes, ainsi que la capacité de communiquer - nous voyons déjà les effets d'un monde dominé par le courrier électronique et où les messages Twitter sont limités à 280 caractères. Enfin, le monde de l’enseignement doit inculquer à ses étudiants la vertu de l’apprentissage continu - trente pour cent des diplômés des universités américaines arrêtent de lire des livres après l'obtention de leur diplôme…

Pour que le monde digital évolue de manière socialement inclusive, les leaders de demain doivent être capables de décrypter quelles données sont importantes et comment les interpréter pour savoir ce qu’elles nous disent exactement. Ils doivent également être capable d'écrire efficacement et considérer l'éducation comme un processus continu, qui ne s’arrête pas le jour où ils obtiennent leur diplôme.

Sur ces sujets, nous devons impérativement passer à la vitesse supérieure.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.