L’avenir de la mode est dans la forêt

FT Rethink

L’avenir de la mode est dans la forêt

L’industrie de la mode et la soutenabilité ne font habituellement pas très bon ménage. Le secteur de l’habillement est responsable de 5 % des émissions de gaz à effet de serre et de 20 % des rejets d’eaux usées dans le monde. Mais un changement se profile. Les fibres de nos vêtements pourraient bientôt provenir des arbres de nos forêts.

Si des marques telles que Patagonia et Stella McCartney ont ouvert la voie de la mode éthique depuis plusieurs années, le reste de l'industrie a été lent à faire face aux défis qui menacent la planète et à la façon dont le commerce doit assumer son rôle. Mais des solutions innovantes et attrayantes devraient mettre fin à cet immobilisme et les enseignes de prêt-à-porter devraient être de plus en plus nombreuses à réaliser les avantages de la soutenabilité

… un changement se profile. Les fibres de nos vêtements pourraient bientôt provenir des arbres de nos forêts

Notre dernière vidéo FT Rethink jette un coup de projecteur sur l’une de ces innovations, qui permet de transformer le bois en fibres textiles soutenables. Une nouveauté qui pourrait changer la donne, pour le secteur et pour la planète.

Lenzing, une entreprise implantée en Autriche, est l’un des fers de lance de cette transition. Les fibres textiles qu’elle fournit au secteur de la mode sont issues du bois. A l’instar d’un cotonnier, un arbre fabrique de la cellulose. En extrayant cette cellulose, en la dissolvant et en lui insufflant de l’air, il est possible de produire une très belle fibre. 

Le PDG de Lenzing, Stefan Doboczky, affirme que des pionniers tels que Stella McCartney ont permis l’avènement de la durabilité auprès des enseignes de prêt-à-porter et des marques de mode, amorçant ainsi une véritable réorientation du secteur.

« En premier, les ONG ont cherché à sensibiliser les marques [puis], les consommateurs ont ouvert les yeux. Ces derniers ont commencé à faire pression sur l'ensemble de la chaîne de valeur et sur les gouvernements qui ont ainsi pris à leur tour conscience des enjeux (par exemple en signant le Pacte vert pour l’Europe). C’est ainsi que les choses commencent à se mettre en place. Que nous le voulions ou non, l’ensemble du secteur suivra », affirme-t-il

Nous avons désespérément besoin de ce changement de cap. Car somme le souligne Marc Palahi, directeur de l’Institut forestier européen, aux émissions et aux rejets d’eaux usées vient s’ajouter l’utilisation de matériaux qui polluent les océans, tels que le polyester. Selon lui, le bois est la seule alternative pour le secteur du textile.

… le véritable atout et le véritable moteur de notre économie est la nature

« Un mouvement s’est enclenché au sein de nombreuses marques qui ont fait le même constat :  nous avons besoin de matériaux et de processus soutenables », explique-t-il.

Un autre nom commence à se faire remarquer dans le secteur : celui de Spinnova, une entreprise implantée en Finlande qui fabrique des fibres textiles à partir de bois sans utiliser aucun produit chimique. Des entreprises comme celle-ci travaillent pour faire avancer ces innovations que nous verrons bientôt plus souvent dans les magasins.

De plus, selon Stefan Doboczky, le prix entre un article de mode durable et un non-durable peut être minime, de l’ordre de 20 centimes.

Continuer d’allier technologie et nature, comme le font ces entreprises produisant des textiles à base de bois, est la clé vers un avenir prospère et durable, estime Marc Palahi. « Le secret pour les décennies à venir est de reconnaître que le véritable atout et le véritable moteur de notre économie est la nature

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.