Un guide pour le philanthrope innovant : médecine, technologie et un avenir plus vert

corporate

Un guide pour le philanthrope innovant : médecine, technologie et un avenir plus vert

Dr Maximilian Martin - Global Head of Philanthropy

Dr Maximilian Martin

Global Head of Philanthropy

La philanthropie évolue. L’essence même de l’intérêt commun est à présent remise en question et nous nous demandons comment la redéfinir. Quelle est la meilleure façon pour les philanthropes d’interagir avec les différentes couches de la société ? Quel rôle les innovations individuelles peuvent-elles jouer ?

Quelle est la meilleure façon pour les philanthropes d’interagir avec les différentes couches de la société ?

De nouvelles structures ont vu le jour pour tester de nouvelles idées avant de les intégrer au cœur du programme d’une fondation. Par exemple, les structures sous égide ou de fonds abrités assimilés permettent d’innover et de tester efficacement. Ces « espaces d’incubation » peuvent exister parallèlement à une fondation donatrice établie.

Chez Lombard Odier, nous avons développé une approche en plusieurs étapes afin de concevoir et mettre en œuvre une stratégie philanthropique sur mesure, ainsi qu’une gamme de services complète pour traduire ces aspirations en actions concrètes.


Construire la nouvelle structure d’innovation pour la philanthropie

Pour garantir un impact plus important encore sur la société, il est crucial d’apporter des preuves empiriques solides et de mettre en avant une « innovation à la portée de tous ». Dans l’optique de cette transition, il convient d’adopter des infrastructures philanthropiques plus flexibles, comme le fonds sous égide (DAF). Ce véhicule à vocation caritative s’appuie sur le statut d’organisme de bienfaisance public au niveau local afin de gérer les dons aux œuvres caritatives pour le compte d’individus, de familles ou d’organisations.

Les règles de compliance et la réglementation évoluent en permanence et constituent de nouveaux défis pour les philanthropes. Compte tenu des nouveaux impératifs, plus d’efforts doivent être consentis dès lors que les donateurs soutiennent des projets hors du giron communautaire des grandes ONG réputées. Les prestataires qui suivent de près ces évolutions réglementaires, notamment les institutions financières, peuvent se positionner sur ce créneau.

Pour garantir un impact plus important encore sur la société, il sera crucial d’apporter des preuves empiriques solides et de mettre en avant une « innovation à la portée de tous »

Les philanthropes sont bien conscients que le contexte social, politique et économique connaît une transformation radicale. Ils recherchent donc de nouvelles voies pour aborder les défis et trouver des solutions inédites. Ils ont un objectif en commun : tous souhaitent peser sur les moteurs du changement social de sorte à pouvoir véritablement faire avancer la recherche du bien commun – souvent en expérimentant de nouvelles approches.

Si l’on considère que l’innovation est à la portée de tous dans le domaine de la philanthropie au service du bien collectif, la conclusion logique est simple : à l’instar des fonds de capital-risque qui investissent dans des start-up, les philanthropes ont tout intérêt à utiliser de manière systématique les structures de fonds sous égide qui sont suffisamment agiles pour tester de nouvelles idées sans devoir les faire figurer en vitrine du programme de la fondation.

Rendre la révolution scientifique utile pour les patients : thèses d’impact sur l’oncologie

Les donations ont toujours permis de faire avancer la recherche et le traitement du cancer. Grâce aux progrès scientifiques, aux nouvelles technologies qui voient le jour et aux nouvelles perspectives pour lutter contre cette maladie, le cancer pourrait rejoindre les rangs des maladies chroniques sous contrôle. Mais des investissements considérables dans la recherche sont nécessaires.

Les avancées en génomique permettront de personnaliser les traitements du cancer. Et l’impression 3D de cellules fournira la capacité nécessaire de génération organoïde.

Dans le même temps, les répercussions de l’extension des possibilités technologiques et de la révolution du big data pour l’oncologie constituent un autre moteur important de progrès.

Les coûts des maladies non transmissibles (MNT) y compris le cancer, pour les systèmes de santé, les entreprises et les individus sont considérables et ne cessent d’augmenter ; tous les patients ne peuvent tout simplement pas prendre en charge plus de frais. Sachant que l’efficacité est faible et les coûts de traitement élevés, de nouvelles approches doivent être élaborées pour optimiser l’utilisation des ressources dans le système de santé. Il n’est donc pas surprenant que de nouvelles stratégies de financement apparaissent dans le domaine de l’oncologie. Parmi elles, des options de paiement par mensualités pour les traitements à coûts élevés ou le financement basé sur les résultats lorsque les incitations par les prix sont liées aux résultats obtenus sur le patient. Ces évolutions feront voler en éclats les modèles d’affaires des acteurs de l’industrie pharmaceutique à l’avenir.

La philanthropie peut y donner un coup d’accélérateur, et faire en sorte que tous les patients atteints d’un cancer, sans distinction de revenus, en bénéficient

La nouvelle dynamique scientifique qui règne dans le domaine de l’oncologie se constate sur différents fronts. La philanthropie peut y donner un coup d’accélérateur, et faire en sorte que tous les patients atteints d’un cancer, sans distinction de revenus, en bénéficient. Le potentiel est énorme.


Intensifier la protection des océans

Outre les politiques publiques et la philanthropie, la meilleure manière de protéger nos océans consiste à investir auprès des entreprises soucieuses du climat et de l’utilisation rationnelle des ressources. La prochaine étape logique est de mettre en place des incitations économiques et de réputation pour que les industries qui étaient traditionnellement de grands pollueurs des océans passent d’un modèle de production « take, make, dispose » (acheter, fabriquer, jeter) à un système circulaire, où l’utilisation et les déchets des ressources, les émissions et les pertes d’énergie sont réduites au minimum.

Les remèdes aux maladies dévastatrices pourraient bien se trouver sous la mer

Les remèdes aux maladies dévastatrices pourraient bien se trouver sous la mer, mais nos chances de les découvrir diminuent à chaque fois qu’une espèce disparaît. Il est maintenant temps d’inverser la tendance – grâce à une philanthropie ciblée et en adoptant une vision « pharma-écologique » sur les marchés des capitaux.


Principes d’une action philanthropique efficace en faveur du développement

Le changement social et le développement sont aussi diversifiés que les interventions pouvant le plus apporter les résultats recherchés. Une philanthropie bien mise en œuvre peut contribuer à revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable en levant les fonds nécessaires pour instaurer de nouveaux partenariats entre les gouvernements, le secteur privé et la société civile.

Cela peut encourager l’émergence de nouvelles approches et solutions dans des secteurs critiques, tels que les énergies soutenables, les infrastructures et les transports, ainsi que les technologies de l’information et de la communication.

Néanmoins, il n’existe pas de solution universelle pour les philanthropes qui œuvrent, ou veulent œuvrer en faveur du développement.

Adopter une approche systématique sans être dogmatique permet de combiner passion, stratégie et structure de telle sorte que de véritables progrès soient réalisés sur le terrain.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.