L’accès aux services financiers : un droit fondamental

corporate

L’accès aux services financiers : un droit fondamental

Créer une entreprise, gérer les risques financiers et climatiques, investir dans l’éducation de ses enfants, faire face à des dépenses de santé imprévues : l’inclusion financière joue un rôle considérable dans le développement économique, en permettant la création de projets de plus long terme. Selon la Banque Mondiale, l’inclusion financière contribue à 7 des 17 Objectifs de Développement Durables des Nations Unies, et constitue un élément-clé de la lutte contre l’extrême pauvreté. Elle constitue également un formidable potentiel de développement économique : Selon un rapport du McKinsey Institute, la seule finance digitale pourrait accroitre de 6% le PIB des pays en développement d’ici à 2025, par rapport à un scénario sans émergence de ce secteur.

D’immenses progrès ont déjà été faits : depuis 2014, année de lancement du fonds Lombard Odier Gateway – Development Finance Fund, 515 millions de personnes dans le monde ont obtenu un compte bancaire. Dans les pays en développement, la proportion d’adultes ayant un compte via une institution financière ou une application de paiement par mobile est passée de 54% à 63% sur cette période.

Pourtant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir : 45% des adultes et environ 200 millions de petites et moyennes entreprises dans le monde émergent, n’ont pas, ou insuffisamment, accès à des services financiers, comme le crédit, ce qui limite leur croissance.

…Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir : 45% des adultes et environ 200 millions de petites et moyennes entreprises dans le monde émergent, n’ont pas, ou insuffisamment, accès à des services financiers, comme le crédit, ce qui limite leur croissance. 

Les nouvelles technologies de finance digitale, ou fintech, combinées à l’adoption massive de solutions de paiement par mobile dans les pays en développement, augmentent considérablement l’efficience des transactions et de l’évaluation des risques, et ouvrent ainsi un potentiel immense de bancarisation auprès de populations et d’entreprises qu’il était auparavant difficile d’atteindre.

L’Afrique Sub-Saharienne compte la proportion la plus élevée au monde, 41%, d’habitants en situation d’extrême pauvreté, et 61% d’adultes exclus des services financiers. C’est aussi dans ce continent que l’on observe un saut technologique majeur vers le paiement par mobile. Aujourd’hui, plus de 40% du PIB Kenyan transite par ce mode de paiement ! En Chine, la proportion de la population utilisant le paiement par mobile a plus que doublé sur les trois dernières années.

Dans le monde, 1,7 milliards d’adultes n’ont pas accès à des services financiers, dont un milliard possède un téléphone mobile. Ce quasi paradoxe rend possible une transition très rapide vers l’accès universel à des comptes bancaires, clé du développement économique dans le monde émergent, grâce à la digitalisation de l’économie. Les dernières données récoltées par Findex, la plus grande base de données mondiale sur l’inclusion financière, permettent ainsi d’entrevoir un accès universel aux services financiers à horizon 2020, objectif fixé par la Banque Mondiale.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.