Stratégie d’investissement T4 2021: Stagflation ? Non, normalisation

perspectives d’investissement

Stratégie d’investissement T4 2021: Stagflation ? Non, normalisation

Stéphane Monier - Chief Investment Officer<br/> Lombard Odier Private Bank

Stéphane Monier

Chief Investment Officer
Lombard Odier Private Bank
Samy Chaar - Chef économiste

Samy Chaar

Chef économiste

Avec l’arrivée de l'automne, les effets favorables des réouvertures et des mesures de soutien à l’économie sont retombés. La croissance se normalise. L’économie chinoise a été confrontée à de nombreux défis au troisième trimestre.

Mais les craintes de stagflation semblent exagérées à ce stade du cycle. Cette année, la croissance devrait se situer autour de 6 % aux États-Unis et de 5 % en Europe. Elle demeurera supérieure à la tendance en 2022.

Les craintes de stagflation semblent exagérées

Par ailleurs, les pressions sur les prix devraient s’atténuer l'année prochaine et les banques centrales regarder au travers ces poussées inflationnistes transitoires.

Il s’agit donc d'une nouvelle étape de la reprise conjoncturelle. Les bénéfices des entreprises et les niveaux d’épargne des consommateurs sont élevés. Les gouvernements investissent des milliers de milliards dans une reprise verte. Les banques centrales ne réduisent leurs mesures de soutien que progressivement.

Ainsi, même si nous surveillons de près les risques liés aux ruptures d’approvisionnement, au resserrement des conditions financières et aux excès d'endettement en Chine, nous ne nous attendons pas à des risques de ralentissement majeurs.

Nous restons donc constructifs sur les perspectives des actifs risqués.

Nous privilégions les titres cycliques, notamment en Europe, ainsi que les entreprises engagées dans la transition vers une économie à zéro émission nette. Nous avons également augmenté nos expositions aux actions chinoises et japonaises.

En ce qui concerne les obligations, la dette souveraine chinoise en renminbi, les obligations des pays émergents en devise forte et certains segments du crédit à haut rendement peuvent offrir une performance supplémentaire.

Sur le marché des changes, les craintes de croissance devraient s’estomper d'ici la fin de l'année, exerçant une pression baissière sur le dollar américain.

Et bien sûr, la soutenabilité reste une considération essentielle.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA (ci-après « Lombard Odier »).
Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document de marketing.

En savoir plus.