rethink sustainability

Investir dans l’avenir de nos enfants

RE2018-W4_LandingPage_H400px-Shareholders.jpg

Stéphane Monier - Chief Investment Officer<br/> Lombard Odier Private Bank

Stéphane Monier

Chief Investment Officer
Lombard Odier Private Bank

Pouvez-vous imaginer le monde en 2100 : un monde dans lequel nos enfants et petits-enfants verront naître un nouveau siècle ? Force est de constater que les humains ont du mal à penser à long terme. Des études neurologiques ont montré que, lorsque nous nous imaginons dans le futur, notre cerveau nous perçoit comme une personne totalement différente. Un phénomène qui nous pousse à privilégier la satisfaction immédiate au détriment de récompenses futures. Bien trop souvent, cela signifie que nous ne parvenons pas à planifier pour les générations futures, les empêchant de facto d’avoir voix au chapitre sur la manière dont le monde évolue.

Force est de constater que les humains ont du mal à penser à long terme. Un phénomène qui nous pousse à privilégier la satisfaction immédiate au détriment de récompenses futures.

Cette approche court-termiste est particulièrement évidente dans le monde de la finance. Comme l’a justement observé l’investisseuse Esther Dyson, le cadre temporel de référence en politique est le mandat ; dans l’univers de la mode, c’est la saison ; pour les entreprises, c’est le trimestre. Sur les marchés financiers, ce cadre temporel se résume à quelques secondes. Si les sociétés ont du mal à planifier à long terme, c’est aussi parce que les analystes sont obnubilés par les résultats trimestriels. Quand en novembre 2018, Apple a annoncé qu’elle arrêterait de publier son volume de vente trimestriel pour les iPhone et les Mac, au motif que cet indicateur ne reflète pas la robustesse sous-jacente de ces gammes de produits, le cours de ses actions a chuté de 6,6% le jour-même. Il n’en demeure pas moins que cette « myopie » peut avoir des effets profonds et réduire l’efficacité de l’allocation des capitaux, le rendement des fonds de placement et de pension, et, à terme, la prospérité de tous.


Agir pour la prochaine génération

Comment passer à un modèle économique qui récompense les performances à long terme et la transmission efficace de patrimoine ? Chez Lombard Odier, notre modèle de gouvernance indépendant nous permet de plébisciter constamment le long terme, et ce, depuis sept générations et plus de deux siècles d’existence. Nous avons toujours eu conscience que les sociétés doivent s’adapter et repenser le monde qui les entoure.

Dès 1841, notre associé Alexandre Lombard déconseillait aux clients d’investir dans les sociétés du Sud des États-Unis tirant parti de l’esclavage. Aujourd’hui, nous sommes le premier gestionnaire de fortune mondiale à avoir obtenu la certification B Corp, l’une des plus avancées au monde dans le domaine du développement durable. La durabilité est intégrée dans tous nos processus d’investissement. La raison ? Notre conviction d’être à l’aube d’une nouvelle révolution économique. La génération qui nous succédera a besoin de notre contribution pour façonner un avenir plus durable.
 

CampaignWave4bis_Shareholders_ArticleLOcom.png

Chez Lombard Odier, notre modèle de gouvernance indépendant nous permet de plébisciter constamment le long terme, et ce, depuis sept générations et plus de deux siècles d’existence. Nous avons toujours eu conscience que les sociétés doivent s’adapter et repenser le monde qui les entoure.

La révolution de la durabilité

Chez Lombard Odier, nous pensons que la durabilité permettra d’améliorer la rentabilité des investissements. Cela sonne comme une évidence pour nous. Une société qui tient compte des conséquences de ses actes à long terme est une société qui a plus de chances de voir ses revenus progresser et de résister à l’épreuve du temps. La Smith School of Enterprise de l’Université d’Oxford l’a du reste démontré. 80% des 41 études sur la durabilité et le rendement qu’elle a passées en revue montrent que des pratiques de durabilité solides améliorent le cours des actions. La mobilisation actuelle des jeunes est un moteur de changement : en mars, des lycéens du monde entier ont manifesté pour exhorter les responsables politiques à lutter contre le réchauffement climatique. L’an dernier, des étudiants ont appelé au retrait des investissements dans les armes et les combustibles fossiles. 

La mobilisation actuelle des jeunes est un moteur de changement : en mars, des lycéens du monde entier ont manifesté pour exhorter les responsables politiques à lutter contre le réchauffement climatique. L’an dernier, des étudiants ont appelé au retrait des investissements dans les armes et les combustibles fossiles.  

Néanmoins, dans un monde d’informations incomplètes et de communication biaisée, est-il possible de trouver les entreprises qui agissent concrètement ? Entre investir de manière responsable et mettre en place une stratégie vraiment durable, le fossé est immense. Une entreprise énergétique a beau être très engagée en faveur de l’égalité entre les sexes et verser des salaires décents : si son modèle d’affaires entraîne de fortes émissions de gaz à effet de serre, elle n’est pas durable. Bien trop souvent, les sociétés de ce type sont très bien notées selon les indicateurs ESG traditionnels. En effet, les données sur l’organisation de l’entreprise et les opérations sont nombreuses, tandis que celles sur son impact environnemental sont lacunaires. 
 

LOMBARD_ODIER_LO.com Article 765 x 400_French.jpg


Une approche à trois piliers

Voilà pourquoi, chez Lombard Odier, nous utilisons une analyse propriétaire qui va bien au-delà de l’analyse ESG standard. Nous suivons une approche à trois piliers pour ancrer la durabilité dans toutes nos décisions de placement. Selon nous, les sociétés conjuguant des modèles financiers durables, des pratiques de gestion durables et des modèles d’affaires durables surclasseront les autres sur le long terme.

Notre premier pilier examine la viabilité financière traditionnelle, par le biais d’indicateurs comme la rentabilité du capital et la génération de cash flow. Le deuxième vise à dépasser les belles paroles et la communication creuse pour identifier les sociétés qui sont réellement durables. Nous utilisons des indicateurs prévisionnels pour vérifier si les sociétés ont pris des mesures concrètes pour améliorer leurs pratiques et obtenu des résultats quantifiables. Nous examinons également l’exposition d’une société aux controverses, ainsi que sa consommation d’eau et ses émissions.

Notre troisième pilier adopte une vision à long terme, par le biais de cinq tendances de fond qui façonnent l’avenir de l’économie : le réchauffement climatique, la démographie, les ressources naturelles, la révolution digitale et l’égalité. Il nous permet d’identifier des thématiques et des opportunités de placement. Pour le réchauffement climatique, elles comprennent notamment les énergies renouvelables, le stockage énergétique et les véhicules électriques. Nous utilisons les 17 Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU pour analyser les performances des sociétés à l’aune de ces tendances. Selon nous, les sociétés qui respectent nos trois critères assureront un avenir durable pour la génération de demain.

Nous suivons une approche à trois piliers pour ancrer la durabilité dans toutes nos décisions de placement. Selon nous, les sociétés conjuguant des modèles financiers durables, des pratiques de gestion durables et des modèles d’affaires durables surclasseront les autres sur le long terme.

L’avenir de la prospérité à long terme

Bien trop souvent, les investisseurs concentrent toute leur énergie sur l’instant présent, sans prendre le temps d’imaginer le futur. Un écueil que les jeunes arrivent mieux à éviter étant donné que c’est leur avenir qui est en jeu. Selon une enquête récente, 70% des jeunes de la génération Y privilégieraient des sociétés et fonds durables pour investir, contre 21% pour la génération du baby-boom1.

C’est pourquoi nous proposons à notre clientèle privée des solutions sur mesure en matière d’investissement durable. Nous pouvons créer des portefeuilles articulés autour de ce qui leur tient à cœur : un portefeuille composé uniquement d’obligations écologiques, ou privilégiant la diversité par exemple. Quant aux jeunes, ils font également partie de l’équation. Récemment, la fille d’une cliente m’a appelé pour me demander si le portefeuille de sa mère était durable. Sa détermination m’a impressionné. Grâce à notre plateforme technologique, j’ai pu lui transmettre une analyse très détaillée, comprenant l’évaluation de chaque élément du portefeuille par rapport à nos trois piliers, aux tendances de fond et aux ODD, ainsi que l’évolution des notations au fil du temps.

Bien trop souvent, les investisseurs concentrent toute leur énergie sur l’instant présent, sans prendre le temps d’imaginer le futur. Un écueil que les jeunes arrivent mieux à éviter étant donné que c’est leur avenir qui est en jeu.

Chez Lombard Odier, nous sommes convaincus que l’avenir de la prospérité à long terme repose sur une capacité de voir les choses différemment. S’attaquer à la résolution des graves problèmes de notre monde non durable est loin d’être simple. Il n’empêche que ce chantier ouvre des possibilités à l’échelle mondiale, et représente peut-être la plus grande opportunité d’investissement de l’histoire moderne. Pour nos enfants et leurs enfants, c’est un impératif absolu.

Source : enquête mondiale sur les placements 2018 de Legg Mason, publiée le 11 février 2019

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »).

En savoir plus.