La révolution technologique française est en marche : France Digitale rapproche les grands acteurs

corporate

La révolution technologique française est en marche : France Digitale rapproche les grands acteurs

L’écosystème numérique français ne se contente pas de se développer. Il acquiert rapidement la stature d’acteur majeur à l’échelle mondiale.

Le mercredi 18 septembre, 3000 personnes et 200 investisseurs ont assisté au France Digitale Day au Musée des Arts Forains de Paris. Les  « licornes1» se sont rassemblées à cet événement européen majeur pour discuter des défis, solutions et voies à concevoir pour instaurer un écosystème technologique français dynamique et attrayant. Celle qui fidélisera les trublions et les aidera à grandir. L’innovation est au cœur de la philosophie de Lombard Odier. Au travers de notre partenariat avec France Digitale, nous soutenons les entrepreneurs, start-up et inventeurs de demain.


En Marche

L’économie française connaît une expansion rapide. Plus encore que l’Allemagne voisine et près de dépasser le marché technologique britannique, les inquiétudes liées au Brexit générant toujours volatilité et pressions. La France se mue aujourd’hui en un lieu de développement technologique attrayant. Les mesures récemment adoptées par le Président Emmanuel Macron pour stimuler l’innovation et l’investissement, dont les baisses d’impôt et un visa accéléré spécial, pourraient bien attirer les entrepreneurs en herbe en France

L’écosystème français des start-up est dynamique et en pleine progression.

Frederic Sebag, d’Ernst & Young, l’a confirmé : « Les investissements dans les start-up ont progressé » en France. Et l’annonce faite en début de semaine par le Président Emmanuel Macron le confirme. Le gouvernement français a annoncé que « 5 milliards de dollars de capitaux d’investisseurs institutionnels seront investis dans les entreprises technologiques durant les trois prochaines années »2. Le gouvernement français cherche à faire émerger ses propres licornes, capables de mener la course numérique

 

Mais comment s’assurer de jouer un rôle ?

« Aujourd’hui, si vous allez à Palo Alto et demandez à voir la liste des dix principales sociétés mondiales, vous n’y trouverez pas une seule entreprise européenne », a indiqué Joe Schoendorf d’Accel Venture.

La France a-t-elle une chance de réussir ?

Pour Joe Schoendorf, il faut tout d’abord « rapatrier les CIO français de la Silicon Valley pour former les acteurs de l’écosystème français ». Ensuite, la « France doit adopter une réglementation plus souple ».

La réglementation est l’ennemie de l’innovation, explique Joe Schoendorf, d’Accel Venture.

Pour Magnus Nilsson, de iZettle : « Nous devons travailler ensemble. Unifier la réglementation. Les hommes politiques doivent être suffisamment déterminés pour construire un modèle paneuropéen [...] Même un petit acteur français peut avoir accès à un marché de 10 milliards de dollars et marquer une rupture suffisamment forte pour se faire une place ».

 

Des licornes à impact ?

Les entrepreneurs ont une responsabilité aujourd’hui. Lorsqu’ils créent une nouvelle société ou  développent un concept, ils doivent y intégrer les notions de développement durable et de rentabilité. Les défis environnementaux et sociaux actuels affectent chaque secteur. Outre intégrer les principes RSE dans leurs activités, certaines sociétés ont placé la durabilité au cœur de leur modèle d’affaires.

Les start-up françaises ouvrent la voie vers un écosystème technologique durable.

Ynsect élève des insectes pour produire des ingrédients naturels de grande qualité destinés à l’aquaculture et à l’alimentation animale. Au départ une ONG du secteur alimentaire, dont la mission était l’éducation, la société est aujourd’hui une véritable entreprise commerciale gérant tout, de la fabrication à la production. Pour Antoine Hubert, CIO d’Ynsect, « Le plus difficile n’a pas été de défendre notre impact. La gestion et le contrôle de la chaîne de valeur ont vraiment été les aspects les plus compliqués ». Ynsect a reçu un prix Tech For Good dans les catégories environnement et égalité entre les sexes.

Nous sommes à l’avant-garde d’une révolution dans le monde des affaires. Toutes les cartes seront rebattues. La vocation sociale d’une entreprise aura désormais une incidence sur la rentabilité.

Pour Le slip français, les aspects essentiels lors de la création d’une entreprise sont la transparence, la désirabilité et la durabilité. Implantée en France, la société a été l’une des premières à communiquer ouvertement sur ses sources d’approvisionnement. Pour Guillaume Gibault, son fondateur, les grandes marques devraient adopter la même approche. « N’arrêtez pas d’acheter de grandes marques, mais interrogez-les sur leurs approvisionnements. Montrez votre intérêt. Elles changeront leurs pratiques. Il faut être patient ».

Etre une marque soutenable peut aussi poser certaines difficultés. Selon Guillaume Gibault, « Nos marges sont réduites de moitié par rapport aux marques plus importantes. Mais nous sommes convaincus que les consommateurs adhéreront à cette évolution et achèteront moins mais plus local. »

Le prochain défi pour la marque consistera à trouver des investisseurs afin de réaliser des recherches d’envergure. « Nous devons désormais améliorer les matériaux utilisés. Le coton ne pousse pas en France. Nous avons besoin de capitaux et de mener des recherches pour concevoir des solutions locales. L’économie circulaire est une partie de la solution. Nous voulons étudier comment nous pouvons recycler nos propres produits 

Envisagez de réparer votre produit avant d’en créer ou d’en acheter un nouveau 

Pour qu’une entreprise soit soutenable, toute la chaîne de valeur doit être repensée et la méthode de gestion être agile. L’éducation est la clé pour susciter l’intérêt pour les solutions locales.

Chez Lombard Odier, technologie et investissement soutenables vont de pair et reflètent notre conviction :  le développement de la soutenabilité sera l’un des principaux vecteurs de croissance et de performance à long et à court termes.

 

Une France qui innove

« La France favorise depuis longtemps l’innovation et est devenue pionnière dans le développement de technologies et d’innovations révolutionnaires » a déclaré Cédric O, Ministre chargé du Numérique. Toutefois, d’après lui, l’économie française est en retard et fonctionne encore selon un système d’après-guerre : « Nous devons reconnaître notre échec, nous devons innover et nous devons soutenir ce changement par l’investissement ».

La France bâtit actuellement une économie agile, réactive et innovante. Une économie dont les entreprises technologiques veulent faire partie. Les investissements ont afflué sur le marché français – passant de 2,5 milliards d’euros en 2017 à 5 milliards en 2019. Mais, pour y parvenir, la France doit encore attirer des talents et promouvoir le changement, tandis que les entreprises doivent travailler ensemble, aux côtés des investisseurs.

Les investissements ne peuvent pas uniquement provenir du secteur public. Les investisseurs privés doivent également jouer un rôle.

Notre mission, chez Lombard Odier, est de soutenir les idées novatrices à vocation soutenables, pour faire face à l’exploitation des ressources naturelles, au changement climatique, aux inégalités et, pour relever les défis liés aux évolutions démographiques. Nous sommes convaincus que les entreprises sont le moteur de ces évolutions.

1 Une licorne est une start-up en mains privées valorisée à plus d’un milliard de dollars. L’expression a été créée en 2013 par l’investisseur de capital-risque Aileen Lee, qui a choisi l’animal mythique pour exprimer la rareté statistique de ces réussites entrepreneuriales.
2 https://www.ft.com/content/4b932bee-d960-11e9-8f9b-77216ebe1f17

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.