fr

    perspectives d’investissement

    Les enjeux de la course à la Maison Blanche

    Les enjeux de la course à la Maison Blanche
    Stéphane Monier - Chief Investment Officer<br/> Lombard Odier Private Bank

    Stéphane Monier

    Chief Investment Officer
    Lombard Odier Private Bank

    Points clés

    • Joe Biden est devenu la semaine dernière le favori dans la course à l’investiture démocrate
    • Les démocrates doivent choisir entre un retour à une politique plus traditionnelle, incarnée par M. Biden, ou une voie réformiste plus radicale, avec Bernie Sanders.
    • La Réserve fédérale et d'autres banques centrales vont vraisemblablement prendre de nouvelles mesures pour contrer l’impact du coronavirus; les gouvernements devraient faire de même.
    • Nous maintenons notre surpondération en bons du Trésor américain et recommandons aux investisseurs de conserver des instruments financiers adéquats afin de pouvoir parer aux risques de baisse.

    La course à l’investiture démocrate suscite désormais moins de suspense. Joe Biden, qui a été le vice-président de Barack Obama pendant huit ans, a effectué un véritable retour en force la semaine dernière en remportant dix des quatorze primaires d'États qui se sont déroulées lors du « Super Tuesday ».

    Donald Trump, Joe Biden, Bernie Sanders. Les trois candidats qui vont tenter de convaincre les électeurs américains dans les prochains mois ont rarement été aussi divergents politiquement, bien qu’ils aient tous un point en commun, celui d’être des hommes blancs de plus de 70 ans.

    Il y a un mois à peine, M. Biden, qui avait mené sa première campagne présidentielle en 1987, s'était classé cinquième à la primaire du New Hampshire, le 12 février 2020, se retrouvant de fait marginalisé parmi les prétendants à l’investiture démocrate. La semaine dernière, il a non seulement remporté les primaires dans six États de façon plus confortable que prévu, mais aussi dans des États comme le Texas et le Massachusetts où les sondages prévoyaient la victoire de ses rivaux. À ce jour 1 [1], M. Biden dispose de 664 délégués d’État sur les 1 991 nécessaires pour obtenir l'investiture démocrate, contre 573 pour M. Sanders. Et les résultats des primaires du 10 mars 2020 dans six autres États vont permettre d’attribuer 352 délégués supplémentaires.

    Les trois candidats qui vont tenter de convaincre les électeurs américains dans les prochains mois ont rarement été aussi divergents politiquement, bien qu’ils aient tous un point en commun, celui d’être des hommes blancs de plus de 70 ans.

    Jusqu'au « Super Tuesday », dénommé ainsi parce qu’un tiers des délégués votant l’investiture démocrate sont octroyés ce jour-là par les électeurs, le sénateur Bernie Sanders faisait la course en tête. Lors de cette journée de vote, M. Sanders a remporté la Californie, le Colorado et l'Utah, ainsi que son État d'origine, le Vermont. La taille de la Californie, avec 415 délégués attribués dont plus de la moitié ont été remportés par M. Sanders, laisse fortement supposer que ce dernier se battra jusqu’au bout pour obtenir l'investiture, soit jusqu'à la convention démocrate qui se tiendra en juillet et désignera le candidat final du parti.

    La liste des prétendants démocrates s’est réduite la semaine dernière alors que quatre candidats se sont retirés de la course : Mike Bloomberg, Pete Buttigieg, Amy Klobuchar et Elizabeth Warren. Les trois premiers se sont depuis déclarés en faveur de M. Biden.

    Les ressources dont dispose M. Bloomberg et son engagement réaffirmé de vouloir chasser M. Trump du pouvoir seront certainement très utiles à M. Biden, qui n'a pas dépensé un seul centime pour faire campagne dans les cinq États qu'il a gagnés la semaine dernière. Elizabeth Warren, qui a terminé troisième dans son État d'origine, le Massachusetts, n’a à ce jour déclaré aucune préférence vis-à-vis des deux candidats encore en lice.

    Cliquez ici pour en savoir plus

    1Chiffres au 9 février 2020

    Information Importante

    Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA (ci-après « Lombard Odier »).
    Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document de marketing.

    En savoir plus.

    parlons-nous.
    partager.
    newsletter.