La Fed ramène son taux directeur à zéro, annonce un programme d’assouplissement quantitatif et injecte des liquidités sur les marchés monétaires

perspectives d’investissement

La Fed ramène son taux directeur à zéro, annonce un programme d’assouplissement quantitatif et injecte des liquidités sur les marchés monétaires

Bill Papadakis - Stratège macro

Bill Papadakis

Stratège macro

Points clés

  • La Réserve fédérale vient de tenir sa seconde session extraordinaire de ce mois et a annoncé une série de mesures en réponse à l’épidémie de coronavirus. Celles-ci comprennent la réduction du taux directeur à 0%, la reprise des rachats d’actifs pour au moins 700 milliards de dollars et la diminution du coût du financement bancaire via son taux d’escompte et le financement en dollars au moyen de lignes de swap.
  • C’est la plus récente – mais possiblement pas la dernière – mesure de la Fed dans son effort d’assouplissement des conditions financières au moment où les marchés font face à de fortes perturbations. Elle démontre que les autorités monétaires prennent les dispositions nécessaires et s’efforcent de créer des conditions favorables à un redressement économique lorsque l’épidémie de coronavirus sera endiguée.
  • Si cette annonce offre un large éventail de mesures visant à soutenir l’économie, ce dernier ne sera pas à lui seul suffisant étant donné l’ampleur des défis auxquels l’économie est confrontée en ce moment. Des mesures fiscales ciblées offrant un soutien immédiat aux secteurs les plus touchés constituent une partie essentielle de la réponse que nous attendons ; plus déterminant encore, nous souhaitons une politique de santé publique qui permette de contenir la propagation du virus et de gagner du temps afin d’éviter une multiplication des infections qui submergeraient les services hospitaliers.

La Réserve fédérale (Fed) vient de tenir sa seconde session extraordinaire de ce mois et a annoncé une série de mesures en réponse à la pandémie de coronavirus. Plus spécifiquement, elle a décrété :

  • la baisse de son taux directeur de 100 points de base (pb), essentiellement le réduisant à 0% ;
  • le retour de l’assouplissement quantitatif via le rachat de 700 milliards de dollars d’obligations par le biais de titres du Trésor et d’obligations adossées à des crédits hypothécaires (mortgage backed securities – MBS) ;
  • la réduction du coût du financement en dollars via des lignes de swap en coordination avec les autres grandes banques centrales ;
  • la baisse du taux d’escompte de 150 bps et un allongement de l’échéance des prêts.

Enfin, la banque centrale américaine a éliminé les exigences de réserves tout en encourageant les banques à recourir à leur capital et à leurs coussins de liquidités pour soutenir l’économie. Avançant sa réunion initialement prévue pour plus tard dans la semaine, la Fed a décidé de procéder à cette nouvelle série d’annonces avant l’ouverture des marchés. Au vu des récents développements, une décision agressive était largement attendue tandis que le maintien de taux supérieurs à zéro ne faisait plus guère de sens, spécialement dans un contexte d’achats d’actifs renouvelés. En réduisant la fourchette cible pour les taux directeurs à 0 – 0,25%, la Fed a pratiquement atteint sa limite inférieure, puisqu’elle semble réticente à envisager des taux négatifs.

Nous souhaitons une politique de santé publique qui permette de contenir la propagation du virus et de gagner du temps afin d’éviter une multiplication des infections qui submergeraient les services hospitaliers.

La Fed va racheter au moins 500 milliards de dollars de titres du Trésor et 200 milliards de dollars d’obligations adossées à des crédits hypothécaires, avec effet immédiat (les rachats commencent aujourd’hui 16 mars 2020). Son Président Jerome Powell a souligné que les problèmes de liquidités sur les marchés des titres du Trésor et MBS ont constitué un sujet de préoccupation, étant donné leur rôle primordial dans le fonctionnement des marchés financiers et dans les flux de crédit vers l’économie réelle.

En agissant de concert avec les autres grandes banques centrales des économies développées (Banque Centrale Européenne, Banque d’Angleterre, Banque du Japon, Banque Nationale Suisse, Banque du Canada), la Fed a également proposé un accès meilleur marché au dollar US par le biais de lignes de swap, une mesure qui s’était avérée cruciale pendant la crise financière mondiale de 2008-2009. L’action concertée a réduit les coûts à 25 pb au-dessus du taux de swap au jour le jour et allongé leur durée de disponibilité d’une semaine à quatre mois.

Le système bancaire a reconstitué de substantielles réserves durant la période d’après-crise, et les autorités ont souligné que leur objectif était précisément de prêter aux ménages et aux entreprises dans les périodes de besoin – exactement comme celle que nous traversons en ce moment.

De surcroît, la Fed va ramener le taux d’escompte de 150 bps à 0,25% et allonger les échéances des emprunts jusqu’à 90 jours. En encourageant le recours au guichet d’escompte, la Fed cherche à garantir que les besoins de financement des banques soient comblés, et que la sanction et le stigmate associé à l’accès au guichet d’escompte soient pratiquement éliminés.

Enfin, la Fed incite les banques à exploiter leurs facilités de crédit intrajournalier et à utiliser leurs fonds propres et leurs réserves de liquidités afin de soutenir les emprunteurs affectés. En effet, le système bancaire a reconstitué de substantielles réserves durant la période d’après-crise, et les autorités ont souligné que leur objectif était précisément de prêter aux ménages et aux entreprises dans les périodes de besoin – exactement comme celle que nous traversons en ce moment.

Au vu des récents développements, une décision agressive était largement attendue tandis que le maintien de taux supérieurs à zéro ne faisait plus guère de sens, spécialement dans un contexte d’achats d’actifs renouvelés.

Il s’agit de la plus récente – mais certainement pas la dernière – mesure de la Fed dans son effort d’assouplissement des conditions financières au moment où les marchés font face à de fortes perturbations. Elle démontre que les autorités monétaires prennent les dispositions nécessaires et s’efforcent de créer des conditions favorables à un redressement économique lorsque l’épidémie de coronavirus sera enrayée.

Si cette annonce offre un large éventail de mesures, ce dernier ne sera pas à lui seul suffisant étant donné l’ampleur des défis auxquels l’économie est confrontée en ce moment. Des mesures fiscales ciblées offrant un soutien immédiat aux secteurs les plus touchés constituent une partie essentielle de la réponse que nous attendons ; plus déterminant encore, nous souhaitons une politique de santé publique qui permette de contenir la propagation du virus et de gagner du temps afin d’éviter une multiplication des infections qui submergeraient les services hospitaliers.

Si cette annonce offre un large éventail de mesures, ce dernier ne sera pas à lui seul suffisant étant donné l’ampleur des défis auxquels l’économie est confrontée en ce moment.

Et tandis que les mauvaises nouvelles se succèdent – ce qui va se poursuivre pendant les jours à venir vu la rapidité de la contagion tout autour du globe – contribuant à créer un environnement difficile, nous observons des signes que le déploiement des mesures de soutien va dans la bonne direction. Nous allons continuer à surveiller étroitement les développements aussi bien sur le front de l’épidémie que sur celui des mesures de soutien à l’économie.

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA (ci-après « Lombard Odier »).
Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document de marketing.

En savoir plus.