L’investissement responsable: la révolution suprême de l'économie mondiale?

perspectives d’investissement

L’investissement responsable: la révolution suprême de l'économie mondiale?

LOcom_AuthorsLO-Monier.png   Stéphane Monier
Chief Investment Officer
Lombard Odier Private Bank

 

Trois des principales banques centrales mondiales ont sonné l’alarme sur les risques que le changement climatique fait peser sur le système financier. Sur ce point, nous sommes convaincus que les investisseurs ne peuvent plus se permettre de traiter les questions environnementales et les autres préoccupations ESG1 comme un simple enjeu de niche au sein des portefeuilles.

L'investissement responsable représente déjà plus d'un dollar sur cinq géré professionnellement aux États-Unis et des études suggèrent que cette proportion pourrait atteindre près de 53% pour les actifs européens2. Alors que cette croissance est sur le point de s’accélérer, l’investissement responsable va rapidement devenir un enjeu de portefeuille dans son intégralité et nous encourageons vivement les investisseurs à le penser comme tel.

 

Une révolution tranquille

L'économie mondiale est à l’aube d’une révolution de l’investissement responsable qui aura des implications significatives pour les investisseurs. Les secteurs d’activité et les entreprises qui ne parviendront pas à répondre au besoin d'un modèle de croissance plus durable seront pénalisés par le marché.

2015 a marqué un tournant important dans cette transformation. Cette année-là, 193 pays ont convenu d'adopter les 17 Objectifs de développement durable des Nations Unies visant à mettre fin à la pauvreté, à lutter contre les inégalités et à relever le défi du changement climatique. Cette même année, l'Accord de Paris a été conclu, établissant un ensemble d'objectifs mondiaux de grande portée pour lutter contre le changement climatique au cours des prochaines décennies.

2015 a également été un moment de transition dans la manière dont les marchés de capitaux se font le reflet de cette tendance. Nos analyses montrent qu'un lien semble s’être établi au cours des deux dernières années entre les critères ESG et la valorisation boursière.

En tant qu'investisseurs à long terme, nous cherchons à faire progresser notre compréhension de l'impact de l’investissement responsable sur la performance des portefeuilles en leur entier, en nous concentrant sur leur relation de plus en plus approfondie avec le risque.

 

Régulation, réputation et risque

Les défaillances liées aux critères ESG peuvent avoir des conséquences financières dévastatrices pour les entreprises et les investisseurs. Nous avons également la conviction que de tels échecs peuvent être un indicateur précoce de court-termisme dans la stratégie d'une entreprise, d'inefficacité opérationnelle, de lacunes dans son leadership, etc.

Nous avons mis en place un «radar de controverses» qui nous permet de cartographier les rendements des entreprises présentes dans notre base de données ESG en fonction de critères éthiques et de durabilité clés. En sept ans, nous avons constaté que chaque fois qu'une action passait d'une catégorie basse sur le radar à la catégorie la plus sévère - correspondant à quatre ou cinq controverses -, elle perdait en moyenne 3% en un mois (soit deux semaines avant et deux semaines après sa notation la plus extrême). De plus, au cours des trois dernières années, cette perte moyenne a bondi à un niveau étonnant de 15%.

Sur la base de cette corrélation, il nous semble clair que l'investissement responsable consiste fondamentalement à identifier des sociétés bien gérées, qui sont positionnées pour prospérer dans une économie mondiale qui ne peut tout simplement plus se permettre de croître comme elle l'a fait jusqu'ici.

 

Le monde actuel ne nous suffit-il pas ?

Selon Jean-Claude Junker, le président de la Commission européenne, il nous faudrait environ quatre planètes Terre pour maintenir notre mode de vie actuel. Les phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat ont coûté 300 Md USD à l’échelle de l'économie mondiale en 2017 ; au cours des 40 dernières années, le monde a perdu un tiers de ses terres cultivables ; et, dans 40 ans, 25% de la population mondiale aura atteint l’âge de la retraite. Au cours de cette période, des billions de dollars de richesse mondiale seront transférés aux consommateurs de la génération du millénaire, pour qui les critères ESG sont une priorité d'investissement3. De la même manière que cette génération va faire bouger les marchés, elle va également pousser les États à adopter une réglementation ESG plus stricte. Le Plan d'action de la Commission européenne sur le Financement du développement durable et la ratification de l'Accord de Paris sont deux exemples de réglementations de grande portée, qui auront un impact sur les entreprises, les secteurs d’activité, les économies et, au final, les portefeuilles.

Mais au revers de chaque risque figure une opportunité. Lors de notre Symposium sur le capital responsable tenu en mars, l'ancien vice-président américain Al Gore a décrit la révolution en matière d’investissement responsable comme la plus grande opportunité d'investissement de l'histoire.

En tant que gestionnaires actifs, nous analysons le marché afin d'identifier les gagnants potentiels dans chaque secteur et de comprendre quelles activités et quelles économies s'adaptent et innovent afin de relever les défis qui se trouvent devant nous. Forts de cette information, nous l'intégrons ensuite aux priorités de chacun de nos clients afin de constituer des portefeuilles solidement positionnés sur le long terme.

 

Une approche de portefeuille holistique

Puisque tous les secteurs de l'économie mondiale - de l'agriculture et de l'industrie aux automobiles et aux technologies - sont susceptibles d'être touchés par la transformation majeure affectant la réglementation, la disponibilité des ressources et l'état d'esprit général, nous considérons que les critères ESG sont un enjeu multisectoriel, multi-actifs et multijuridictionnel. Cela dit, concilier cette problématique avec les différentes classes d'actifs et les divers styles d'investissement est loin d’être une tâche aisée.

Par conséquent, nous nous appuyons sur une gamme d'approches que nous avons développées au cours de 20 années d'investissement responsable.

Notre expérience nous permet d'intégrer de manière fluide des considérations extra-financières dans les processus d'investissement traditionnels, et d'offrir une solution robuste à nos clients souhaitant investir de façon responsable sans changer leurs stratégies d'investissement de base.

Quelles mesures prenons-nous pour que votre portefeuille soit davantage orienté vers l’investissement responsable?

  • Connaître ce que vous possédez : nous calculons les caractéristiques ESG de votre portefeuille.
  • Définir les objectifs d’investissement responsable les plus importants pour vous.
  • Mettre en place des opportunités ESG et d'investissement social en harmonie avec vos valeurs et vos objectifs.
  • Gestion : en tant qu'actionnaires actifs, nous utilisons le dialogue, l'engagement et les droits de vote pour pousser les entreprises à avoir de meilleures pratiques.

Enfin, nous ne partons pas du principe que tous les investisseurs possèdent des valeurs identiques ni que tous les clients souhaitent mettre en œuvre des opportunités ESG de la même manière dans leurs portefeuilles. Notre approche d'investissement responsable commence par la compréhension des objectifs, des principes et des valeurs de chacun de nos clients. C’est sur cette base que nous intégrons les thèmes qui vous importent le plus dans un portefeuille conçu pour générer les rendements financiers, environnementaux et sociaux que vous recherchez.

 

Critères environnementaux, sociaux et de gouvernance
2 Les données pour le secteur américain proviennent du « Rapport 2016 sur les tendances américaines en matière d'investissement durable, responsable et à impact social » du Forum US SIF. Les données pour le secteur européen proviennent de la « Revue mondiale d'investissement durable 2016 » de Global Sustainable Investment Alliance.
3 Un sondage du Forum économique mondial réalisé en 2013 auprès de 5 000 membres de la génération du millénaire dans 18 pays différents a conclu qu’ils estimaient que la priorité absolue pour toute entreprise devrait être « d'améliorer la société ».

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

En savoir plus.