Les entrepreneurs optimistes sur les perspectives au Royaume-Uni après le Covid-19 et le Brexit – Rapport de recherche de Lombard Odier

communiqués de presse

Les entrepreneurs optimistes sur les perspectives au Royaume-Uni après le Covid-19 et le Brexit – Rapport de recherche de Lombard Odier

Selon un rapport publié aujourd’hui par la banque privée suisse Lombard Odier, plus des trois quarts des entrepreneurs britanniques sont optimistes quant aux perspectives du pays comme centre d’affaires et de la finance mondiale.

Le rapport « Entrepreneurs’ Views 2021 : Business Lessons, Wealth and the UK Outlook » explore également ce que le Royaume-Uni devrait mettre en place pour rester compétitif, les changements opérés par les entrepreneurs en termes de stratégie commerciale, de patrimoine et de localisation après le Covid-19 et le Brexit, les leçons tirées de la vente d’une entreprise, ce que les entrepreneurs attendent de leurs conseillers et leurs attitudes à l’égard de l’investissement soutenable. L’enquête a été menée auprès de 250 entrepreneurs basés au Royaume-Uni, dont les actifs investissables s’élèvent à au moins 3 millions de livres sterling.

Malgré les défis posés par le Covid-19 et le Brexit, 83% des entrepreneurs pensent que le pays est actuellement bien positionné comme centre d’affaires

Confiance dans l’avenir du Royaume-Uni

Malgré les défis posés par le Covid-19 et le Brexit, 83% des entrepreneurs pensent que le pays est actuellement bien positionné comme centre d’affaires et d’activités entrepreneuriales, et 76% sont convaincus qu’il le restera au cours des cinq prochaines années. Une proportion similaire pense également que le Royaume-Uni est bien positionné en tant que centre financier mondial, aussi bien aujourd’hui (80%) que dans cinq ans (76%).

 

Les actifs resteront en grande partie au Royaume-Uni

Cet optimisme se reflète dans la détention d’actifs. Les entrepreneurs britanniques détiennent actuellement la majorité de leur patrimoine personnel (80%) au Royaume-Uni et prévoient d’y conserver une proportion similaire (78%) dans les trois à cinq prochaines années.

Les entrepreneurs britanniques résidents non domiciliés (RND) diversifient davantage la détention de leurs actifs (65% au Royaume-Uni actuellement, mais seulement 58% anticipé pour  les trois à cinq prochaines années). De même, les jeunes entrepreneurs semblent légèrement moins enclins à détenir leurs actifs au Royaume-Uni, que ce soit maintenant (76% pour les Millennials) ou dans trois à cinq ans (74%).

Les entrepreneurs britanniques détiennent actuellement la majorité de leur patrimoine personnel (80%) au Royaume-Uni et prévoient d’y conserver une proportion similaire (78%) dans les trois à cinq prochaines années

La législation est essentielle ; inquiétudes concernant les impôts

Le rapport met également en évidence les atouts que le Royaume-Uni devra conserver s’il veut rester attractif auprès de cette population. Un environnement réglementaire favorable aux entreprises et des incitations fiscales pour les start-ups figurent respectivement au premier et au deuxième rang des facteurs les plus importants. Plus d’un tiers (35%) des personnes interrogées pensent également qu’une politique industrielle nationale axée sur les entrepreneurs et les start-ups est essentielle.

Près des trois quarts des entrepreneurs interrogés s’inquiètent d’éventuelles augmentations des taux d’imposition des particuliers

Près des trois quarts (72%) des entrepreneurs interrogés s’inquiètent d’éventuelles augmentations des taux d’imposition des particuliers, alors que le Royaume-Uni lutte contre les répercussions de la pandémie. 68% craignent l’introduction d’un impôt sur la fortune, et 58% sont préoccupés par une augmentation des droits de succession.

 

Le Covid-19 et le Brexit entraînent des changements dans la marche des affaires, le patrimoine et la localisation.

De nombreux entrepreneurs ont apporté des changements significatifs à leur entreprise à la suite du Covid-19 et du Brexit. La moitié des personnes interrogées déclarent avoir modifié leur stratégie commerciale, et un nombre similaire (46%) ont procédé ou procèdent actuellement à une réorganisation ou une restructuration interne de leur entreprise, ou à une restructuration de leur chaîne d’approvisionnement (42%).

Environ un tiers des entrepreneurs (37%) ont modifié la manière de gérer leur patrimoine, en accélérant les projets de transmission du patrimoine à leurs enfants (32%) ou les projets de départ du Royaume-Uni (30%).

Plus d’un quart des répondants prévoyant de vendre leur entreprise d’ici 2026

L’enquête révèle également une hausse potentielle des ventes d’entreprises, plus d’un quart des répondants prévoyant de vendre leur entreprise d’ici 2026. Pas moins de 90% des entrepreneurs résidents non domiciliés prévoient de changer, ou ont déjà changé, de résidence ou de domicile après la vente de leur entreprise.

Duncan MacIntyre, CEO de Lombard Odier au Royaume-Uni, commente : « La communauté des  entrepreneurs est connue pour sa résilience et sa flexibilité, et notre rapport  le confirme. Les entrepreneurs britanniques ont adapté leurs entreprises, leurs structures patrimoniales et même leur localisation face aux défis actuels. Les résultats indiquent également une tendance à se concentrer davantage sur la planification des besoins et des objectifs futurs – notamment en consacrant plus de temps aux questions de succession et en multipliant les échanges avec les membres de la famille – ce que nous avons constaté chez nos propres clients tout au long de la pandémie. Notre rapport souligne également la nécessité de prendre en compte les aspects pratiques et émotionnels liés à la réalisation d’un patrimoine d’entreprise. »

 

Principaux enseignements tirés de la vente d’une entreprise

Les entrepreneurs interrogés dans le cadre de notre enquête, et en particulier la cohorte la plus jeune (génération Y, âgée de 25 à 40 ans), considèrent que l’attachement émotionnel est le principal défi à relever lors de la vente d’une entreprise. Pour se préparer à la vente, plusieurs personnes interrogées ont souligné l’importance de gérer la dimension émotionnelle de la transaction. Malgré les défis émotionnels qui accompagnent une cession, 75% des entrepreneurs se disent plus heureux après la vente de leur entreprise et son impact patrimonial.

Malgré les défis émotionnels qui accompagnent une cession, 75% des entrepreneurs se disent plus heureux après la vente de leur entreprise et son impact patrimonial

Plus de la moitié (56%) des sondés signalent que les facteurs relatifs au style de vie sont la principale raison de la vente d’une entreprise. Le fait de pouvoir assurer les besoins de sa famille est considéré comme le principal bénéfice d’une vente, devant l’amélioration du propre style de vie de l’entrepreneur.

Les trois quarts des répondants discutent des questions relatives à leur patrimoine avec leurs partenaires. Les conseillers professionnels constituent le deuxième groupe de référence le plus important, suivi par les entrepreneurs de leur entourage, mentionnés par un tiers des répondants (32%) et par 50% des entrepreneurs Millennials.

 

Il est essentiel de démystifier la soutenabilité

40% des entrepreneurs affirment que leur intérêt pour l’investissement soutenable a augmenté au cours de l’année écoulée

40% des entrepreneurs affirment que leur intérêt pour l’investissement soutenable a augmenté au cours de l’année écoulée. Près des trois quarts (72%) pensent que les investisseurs doivent jouer leur rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique et 73% se disent prêts à prendre en compte des facteurs de soutenabilité dans leurs investissements futurs. Toutefois, seuls 55% d’entre eux tiennent compte de la soutenabilité dans leurs décisions d’investissement actuelles, et seulement 25% des portefeuilles sont alloués à des investissements soutenables.

Ce déséquilibre peut être dû à des mésinterprétations. Un tiers (33%) des entrepreneurs interrogés dans le cadre de notre enquête pensent que l’investissement durable implique de sacrifier des rendements. Il est intéressant de noter que cette opinion est plus répandue chez les jeunes entrepreneurs (49% des répondants de la génération Y).

« Ce rapport renforce l’idée qu’il peut y avoir un décalage de plusieurs années entre la prise de conscience des investisseurs et la décision1. Nous pensons que notre devoir est d’investir le patrimoine de nos clients de manière soutenable, afin de leur offrir les meilleurs rendements, à mesure que notre économie mondiale évolue vers un modèle économique plus soutenable », a déclaré Christopher Kaminker, Head of Sustainable Investment Research and Strategy chez Lombard Odier.

Pour lire dans son intégralité le rapport « Opinions d’entrepreneurs 2021 : enseignements, patrimoine et perspectives pour le Royaume-Uni », cliquez ici.

 

1Consumer Decision-Making in Retail Investment Services: A Behavioural Economics Perspective, rapport publié par la Commission européenne, novembre 2010

Information Importante

Ce communiqué de presse a été rédigé par Banque Lombard Odier & Cie SA, une banque et un négociant en valeurs mobilières agréé et soumis à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent communiqué de presse est distribué à titre purement informatif et ne saurait constituer une offre ou une recommandation d’entretenir une relation avec Lombard Odier ni de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier.
Le présent document ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© Banque Lombard Odier & Cie SA – tous droits réservés