Thought leadership  

12/04/2017

Investisseurs, il faut repenser l'agriculture

Farm.580.jpg (506164764)

Article publié dans l'Agefi le 11 avril 2017
Par Marjorie Théry
Interview de Bertrand Gacon
Le secteur agricole contribue fortement au changement climatique. Il est possible d'agir pour viser des rendements tout en réduisant les impacts environnementaux.

Ne semble-t-il pas ironique que le positionnement climato-sceptique de Donald Trump soit l'un des facteurs ayant le plus participé à sensibiliser l'opinion publique à cette question? Difficile de lire la presse, de parcourir les médias sociaux ou de regarder la télévision sans que les enjeux environnementaux ne soient tôt ou tard abordés. Si vous pensez que la plus grande menace pour notre capacité à lutter contre le changement climatique vient de la Maison-Blanche, on vous pardonnera. Sachez toutefois que les millions de vaches en pâturage sur notre planète représentent un danger beaucoup plus concret que la nouvelle administration américaine.

La menace liée aux émissions de carbone pour nos économies et nos sociétés s'est déjà traduite par d'importants changements sur les marchés financiers et dans la réglementation. L'engagement pris en 2016, par 223 pays, quant à l'adoption de l'Accord de Paris visant à limiter le réchauffement climatique mondial à moins de 2 degrés, a marqué une étape clé en vue d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il a, par ailleurs, amené à repenser globalement notre manière d'utiliser l'énergie en particulier.

L'impact se fait déjà sentir dans notre vie quotidienne: utilisation croissante de compteurs intelligents pour les services aux collectivités, sacs plastique payants au supermarché ou interdiction des récréations en extérieur quand les niveaux de pollution de l'air sont élevés.

Des effets de ricochet ont été relevés également au niveau des portefeuilles d'investissement. A souligner notamment la menace de la «mise au rebut» de certains actifs, comme les réserves de pétrole, qui figurent actuellement au bilan des sociétés et se révéleraient non exploitables en cas de ratification de l'Accord de Paris. De ce fait, la méthode d'évaluation des sociétés productrices de combustibles fossiles doit impérativement être remise en question. Certains investisseurs sont allés jusqu'à abandonner complètement les investissements dans ce secteur à forte intensité en carbone.

Cela dit, même si nous ne consommions aucune unité supplémentaire de combustibles fossiles n'importe où dans le monde, nous enfreindrions toujours les limites d'émissions fixées d'ici à 2030 par l'Accord de Paris. A qui la faute? A nos modestes vaches. 3000 litres d'eau pour un hamburger.
D'après l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le secteur de l'élevage de bétail est responsable à 18% des émissions de gaz à effet de serre - mesurées en équivalent de CO2. D'autres estimations sont nettement moins optimistes. Un rapport du Worldwatch Institute, publié en 2009, a estimé que le cycle de vie, ainsi que la chaîne d'approvisionnement de l'élevage et de ses sous-produits représentent 51% des émissions mondiales annuelles de gaz à effet de serre. La déforestation, phénomène ayant déjà contribué à faire disparaître 50% des forêts mondiales, équivaut à environ des émissions provoquées par l'homme, soit un niveau comparable aux émissions totales cumulées de tous les camions et automobiles de la planète.

L'industrie agricole est également un gros consommateur d'autres ressources vitales comme l'eau. D'après certaines estimations, 3000 litres d'eau sont nécessaires pour fabriquer un seul hamburger. Sachant qu'une personne devrait boire en moyenne environ 2 litres d'eau par jour, ce hamburger équivaut à1500 jours (soit 4,1 années) d'eau potable.

Si, comme il ressort des prévisions, la population mondiale augmente encore de 32% d'ici à 2050, le nombre de têtes de bétail et les émissions de gaz à effet de serre en émanant pourraient doubler. Au fur et à mesure que ces émissions deviennent de plus en plus réglementées et que les ressources naturelles nécessaires à l'augmentation de la production alimentaire - comme l'eau et la terre - deviennent de plus en plus rares, nous devons clairement repenser notre ap proche de l'alimentation et de l'agriculture au niveau mondial.

Retour sur investissement
Les transitions vers un périmètre qui garantirait une réduction suffisante des émissions dans le secteur agricole sont porteuses d'opportunités significatives pour l'investissement privé. Le Forum économique mondial estime que près de 700 milliards de dollars d'investissements supplémentaires dans le cadre de l'économie bas-carbone seront nécessaires, chaque année, pour limiter la hausse de la température mondiale à 2 degrés. A cet égard, réfréner les émissions de carbone du secteur agroalimentaire sera crucial.

Les meilleurs investissements pour s'adapter au changement climatique, ou pour en atténuer les effets, sont ceux qui conjuguent impact environnemental et facteurs économiques favorables. Des acteurs innovants se démarqueront dans ce nouveau paysage, avec une offre de produits ou de services destinés à maîtriser les risques liés au dérèglement climatique et à accroître les performances en matière de réduction des émissions de carbone. Ce nouveau type de solutions aura pour double effet une baisse des coûts opérationnels des activités et une hausse des revenus - laquelle s'accompagnera à son tour d'une augmentation du retour sur investissement et d'une modération des risques liés, par exemple, à la solvabilité. Ce facteur est tout aussi manifeste pour l'agriculture que pour l'énergie ou un autre secteur.

Prenons les obligations climatiques (climate bonds). Ces produits obligataires - dont les rendements historiques et la qualité de crédit sont similaires à ceux des obligations conventionnelles - investissent spécifiquement dans des projets respectueux de l'environnement, tels que l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables et l'agriculture durable résiliente au changement climatique.

L'émission d'obligations mondiales labélisées vertes a atteint 80 milliards de dollars américains en 2016. La demande de la Chine pour les financements «verts» est particulièrement intéressante, s'agissant du pays doté de la population la plus forte et du premier émetteur de gaz à effet de serre. Le recours aux obligations vertes pour financer des améliorations, entre autres, dans le domaine de l'irrigation et des techniques agricoles non polluantes, contribuerait à la sécurité alimentaire dans des régions où les conditions climatiques menacent déjà les cultures alors même que la population continue à croître. Investir dans les obligations climatiques exige, toutefois, une excellente maîtrise de ces instruments. Et d'autant plus si l'on souhaite dégager des rendements supérieurs à ceux des obligations «investment grade» conventionnelles pour une qualité de crédit similaire. La capacité, notamment, à agir à la fois sur le marché des obligations vertes labélisées et sur celui, plus large, des obligations climatiques non labélisées, est essentielle. La qualité de crédit de l'émetteur et la vérification en matière d'impact environnemental doivent être au coeur du processus d'investissement.
Penser autrement Pour réussir à limiter le réchauffement mondial à 2 degrés ou moins,il faudra non seulement développer les activités qui apportent des solutions au défi climatique, mais également agir sur toute l'économie traditionnelle pour la rendre moins émettrice de carbone. Cela implique de repenser en profondeur les modes opératoires de nombreux secteurs de l'économie pour garantir une meilleure durabilité. L'agriculture illustre très bien cette problématique. Compte tenu de sa grande consommation de ressources, de sa contribution aux émissions de gaz à effet de serre et de la déforestation qui découle d'une augmentation de la demande de denrées alimentaires, elle ne pourra échapper à de grandes transformations au cours des prochaines années, alimentées à la fois par la réglementation et l'innovation. Les investisseurs privés ont tout à gagner à repenser leur façon d'appréhender le secteur agricole (en même temps que le steak dans leur assiette).

INFORMATION IMPORTANTE –MARKETING GENERAL
Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés

News

La vigueur de l’euro devrait encore durer

Thought leadership

16/08/2017

Well-designed wealth – Life insurance

Thought leadership

31/07/2017

Emerging Markets - China spreading its influence

Quarterly Investment Strategy

20/07/2017

Japan - As good as it gets

Quarterly Investment Strategy

19/07/2017

Rethinking family governance

Thought leadership

18/07/2017

Europe - Euroscepticism losing ground

Quarterly Investment Strategy

17/07/2017

France Embraces Digital Revolution

Thought leadership

13/07/2017

United States - Neither inflation, nor recession

Quarterly Investment Strategy

12/07/2017

Mid-year review: so far, so good

Quarterly Investment Strategy

10/07/2017

Q3 2017 Investment Outlook

Q3 2017 Investment Outlook

Investment Strategy Podcast

06/07/2017

RETHINK EVERYTHING

Thought leadership

28/06/2017

Les philanthropes, la finance et la cité

Thought leadership

20/06/2017

RETHINKING EDUCATION

Thought leadership

15/06/2017

RETHINKING HEALTHCARE

Thought leadership

31/05/2017

Rethink Fixed Income with Climate Bonds

Thought leadership

29/05/2017

Rethinking “Next-Gen” Philanthropy

Thought leadership

24/05/2017

Gestion des fondations en transformation

Thought leadership

23/05/2017

The 100% Impact Investor

Thought leadership

19/05/2017

Asset Allocation – Keep looking on the bright side

Quarterly Investment Strategy

18/05/2017

China to take control of Asian trade

Investment Strategy

11/05/2017

French Elections Investment Strategy

French Elections Investment Strategy

Investment Strategy Podcast

10/05/2017

French presidential elections

Investment Strategy

08/05/2017

Hedge funds and rising interest rates

Investment Strategy

01/05/2017

French Elections

French Elections

Investment Strategy Podcast

25/04/2017

French Presidential Elections

Investment Strategy

24/04/2017

Japan: The longevity issue

Quarterly Investment Strategy

24/04/2017

Europe: Towards the end of negative rates?

Quarterly Investment Strategy

21/04/2017

Le Pen, Frexit and the future of the EU

Investment Strategy

10/04/2017

Q2 2017 Investment Outlook

Q2 2017 Investment Outlook

Investment Strategy Podcast

03/04/2017

Le franc, refuge des élections en Europe

Thought leadership

16/03/2017

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit: Surviving outside the single market?

Investment Strategy

19/01/2017

Japan: an accidental winner?

Quarterly Investment Strategy

29/12/2016

Emerging markets: Recovery still in its early innings

Quarterly Investment Strategy

28/12/2016

Europe: Still much political risk on the horizon

Quarterly Investment Strategy

23/12/2016

United States: a tired economy about to get a vitamin boost

Quarterly Investment Strategy

22/12/2016

Investment outlook 2017

Investment outlook 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabetes : a game-changing technology

Numeric health

18/11/2016

Post-US election investment outlook update

Post-US election investment outlook update

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

US election update

US election update

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Q4 2016 Investment Outlook

Q4 2016 Investment Outlook

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

United States: Will policy support prolong the expansion?

Quarterly Investment Strategy

21/10/2016

Japan: Alone at the forefront

Quarterly Investment Strategy

19/10/2016

US presidential election: potential market impacts

Investment strategy bulletin

12/10/2016

A politically heated final quarter

Quarterly Investment Strategy

07/10/2016

The metamorphosis of philanthropy

Philanthropy

20/09/2016

US elections 2016: more status quo than system reboot

Investment strategy bulletin

16/09/2016

ASIAN PERSPECTIVES ON ENTREPRENEURSHIP

Entrepreneurship

25/08/2016

RETURN OF THE ‘NOTORIOUS BoJ’

Investment strategy Asia

09/08/2016

CAN GOLD REALLY ACT AS A HEDGE?

Investment Strategy Bulletin

22/07/2016

WHERE ART AND INSPIRATION MEET

Partnership

19/07/2016

POLITICAL RISKS AND ECONOMIC COUNTERFORCES

Quarterly Investment Strategy

14/07/2016

Q3 2016 INVESTMENT OUTLOOK

Q3 2016 INVESTMENT OUTLOOK

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

POSITIONING FOR BREXIT: WHAT NEXT FOR THE BANKS?

Sector update - Brexit

04/07/2016

BREXIT: MAJOR CENTRAL BANKS EXPECTED TO ACT

Investment Strategy

24/06/2016

COULD MONEY FLY?

Investment Strategy Bulletin

01/06/2016

HAPPY ANNIVERSARY UAE

Corporate

09/05/2016

EMERGING MARKETS: AN UNEXPECTED PERIOD OF PEACE

Quarterly Investment Strategy

04/05/2016

INVESTMENT OUTLOOK

INVESTMENT OUTLOOK

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPAN: IN SEARCH OF A VIRTUOUS CYCLE

Quarterly Investment Strategy

28/04/2016

EUROPE: NO SIGN OF A CREDIT BINGE

Quarterly Investment Strategy

25/04/2016

THE US ECONOMY (READ: CONSUMER) STILL HAS STAMINA

Quarterly Investment Strategy

21/04/2016

THE END OF THE CREDIT CYCLE

Fixed income monthly

19/04/2016

A SWISS PERSPECTIVE ON BREXIT: PART II

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

MARKET OUTLOOK: LOW, SLOW AND STABLE

Quarterly Investment Strategy

15/04/2016

A SWISS PERSPECTIVE ON BREXIT

Investment Strategy Bulletin

13/04/2016

ASSET ALLOCATION: INVESTING BEYOND THE PANIC

Quarterly Investment Strategy

12/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

UNTAPPING LATAM’S POTENTIAL

Investment strategy

23/03/2016

EN ROUTE TO NEGATIVE RATES

Investment strategy

24/02/2016

COMMITTED TO INDEPENDENT ASSET MANAGEMENT

Strategy bulletin

23/02/2016

THE ART OF MEASURING IMPACT

Investment strategy

28/01/2016

Q1 2016 INVESTMENT OUTLOOK

Q1 2016 INVESTMENT OUTLOOK

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

QUARTERLY INVESTMENT STRATEGY: JAPAN OUTLOOK

Investment strategy

21/12/2015

QUARTERLY INVESTMENT STRATEGY: US OUTLOOK

Investment strategy

18/12/2015

HAS RUSSIA SEEN THE WORST ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

HOW WORRIED SHOULD WE BE ABOUT BRAZIL?

Strategy Bulletin

12/10/2015

ADAPTING TO LOWER-FOR-LONGER OIL PRICES

Strategy Bulletin

06/10/2015

INVESTING FOR A "GOLDEN AGE"

Strategy Bulletin

28/09/2015

Expert view: The Fed holds its fire, again

Expert view: The Fed holds its fire, again

Investment Strategy Podcast

18/09/2015

FED IN FOCUS

Strategy Bulletin

30/07/2015

Q3 Investment Outlook from our European bank

Q3 Investment Outlook from our European bank

Investment Strategy Podcast

15/07/2015

GREECE: AFTER THE REFERENDUM

Strategy Bulletin

06/07/2015

TIME TO RE-VISIT EMERGING MARKETS?

Strategy Bulletin

03/07/2015

Expert view: What should you do with your cash holdings?

Expert view: What should you do with your cash holdings?

Investment Strategy Podcast

26/06/2015

OIL UPSIDE IS CAPPED

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Our Q&A on Greece

Strategy Bulletin

17/02/2015

Economic outlook 2015

Strategy Bulletin

17/12/2014

LOWER OIL PRICES:GOOD NEWS, OR BAD?

Strategy Bulletin

01/12/2014

ROUGH TIMES FOR SOUTH AMERICA

Strategy Bulletin

03/11/2014

WHY COMMODITIES ARE BACK IN FOCUS

Strategy Bulletin

05/08/2014

WILL THE SNB HAVE TO FOLLOW THE ECB?

Strategy Bulletin

20/06/2014

EMERGING MARKETS: TIME TO DIFFERENTIATE

Strategy Bulletin

16/05/2014

CHINA’S DELEVERAGING STRATEGY

Strategy Bulletin

24/04/2014

ABENOMICS. THE EASY PART IS OVER

Strategy Bulletin

18/03/2014

WHAT ARE THE ECB’S OPTIONS?

Strategy Bulletin

13/02/2014

LOWER CHINESE GROWTH AND OPPORTUNITIES

Strategy Bulletin

21/01/2014