Planification patrimoniale  

03/10/2016

Prévoyance : quel mode de gestion privilégier ?

Prevoyance.pngLa fortune détenue par les fonds de prévoyance est confiée généralement à un conseil de fondation. Ce dernier délègue ensuite sa gestion à des gérants de fortune. Ainsi, il est rare qu’un cotisant ou un assuré s’intéresse à la manière dont cet argent est géré alors même qu’il est destiné à financer sa retraite. A tort, car la fortune confiée aux caisses de pension représente clairement la « face cachée de l’iceberg », soit une part importante de son patrimoine, explique Knut Giersch gérant de clientèle et membre du conseil de fondation de la caisse complémentaire de Lombard Odier. 

“Article paru dans Bilan - Septembre 2016”

Ce désintérêt des cotisants pousse souvent à considérer également leur patrimoine en trois silos bien distincts qui sont la fortune privée, la fortune liée à la prévoyance et la fortune immobilière. Ce choix implique qu’aucune décision ne soit prise en tenant pas compte de la fortune globale. Pourtant, une approche regroupant ces trois silos créerait de la valeur. Dans ce contexte, à quoi le cotisant doit-il être attentif dans le cadre de la gestion de sa prévoyance ?

Dans la prévoyance de base, on distingue généralement la gestion « active » et « passive ». La gestion « active » estime être en mesure de créer de la valeur ajoutée, ce que les financiers dénomment « l’alpha ». La gestion « passive » repose sur la réplication d’indices de référence (l’indice regroupant les principales capitalisations de la Bourse suisse, par exemple). Pour appréhender la volatilité - aujourd’hui omniprésente sur les marchés - , une approche alternative est souvent retenue. Il s’agit d’une approche de gestion basée sur le risque. Son objectif est de ne pas mettre en péril toute la fortune de la caisse de pension en cas de choc, comme on a pu le vivre en 2008 ou 2011. Cette approche dite « risk based » a fait ses preuves ces dernières années. Elle a atteint ses objectifs de performance tout en limitant de manière conséquente le risque. Indépendamment des approches considérées, le cotisant n’a toutefois pas directement « droit au chapitre » dans le cadre de la prévoyance de base.

Les choses sont bien différentes pour la prévoyance complémentaire ou surobligatoire (Bel Etage). Cette poche offre plus de flexibilité au cotisant notamment sur le choix de sa stratégie de placement. Désormais, il a la possibilité également de lier les silos comprenant la fortune privée et de la fortune liée à la prévoyance dans son approche. Souvent méconnue, cette création de valeur repose sur l’utilisation des outils de prévoyance et l’allocation de l’ensemble des avoirs - composés par la fortune privée et la fortune liée à la prévoyance surobligatoire - via les différents modes de gestion décrits précédemment. On se situe alors dans le domaine de l’optimisation destinée à créer sur la durée une valeur ajoutée estimée entre 0,5% et 1,5% par an pour un portefeuille consolidé.

En complément de la prévoyance de base et de la prévoyance complémentaire, la prévoyance du 3e pilier B est une autre proche où le « cotisant investisseur »  dispose d’une certaine liberté d’action au niveau des choix de stratégies de gestion. Il s’agit d’un outil particulièrement méconnu qui permet assurément une optimisation intéressante (« alpha tax ») pour des investisseurs qui ne consomment pas le rendement que leur portefeuille génère.

Ainsi, une gestion basée sur le risque dans le cadre de la prévoyance de base répondra à la volatilité ambiante. Une gestion active avec l’utilisation d’instrument passifs voire une sélection d’indices « smart beta1» entre les silos « privés » et « prévoyance » créera de la diversification tout en protégeant le capital lié à la prévoyance surobligatoire. Enfin, le choix d’un 3e pilier B  permettra de compléter une approche réellement globale de son patrimoine. Si la réflexion semble fastidieuse, elle est juste essentielle à la construction de sa retraite.

1 « Smart beta » désigne un style de placement dans lequel le gérant de portefeuille suit passivement un indice conçu pour tirer parti des inefficiences du marché et procède à des ajustements en fonction des conditions existantes. 



 

INFORMATION IMPORTANTE –MARKETING GENERAL
Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés

Actualités

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit : survivre en dehors du marché unique ?

Stratégie d'investissement

19/01/2017

Japon : un gagnant « accidentel » ?

Stratégie de placement trimestrielle

29/12/2016

Marchés émergents : La reprise ne fait que commencer

Stratégie de placement trimestrielle

28/12/2016

Europe: encore d’importants risques politiques à l’horizon

Stratégie de placement trimestrielle

23/12/2016

États-Unis : une cure de vitamines pour une économie fatiguée

Stratégie de placement trimestrielle

22/12/2016

Perspectives d’investissement 2017

Perspectives d’investissement 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabète : une technologie révolutionnaire

Révolution thérapeutique

18/11/2016

Élections américaines : perspectives d'investissement

Élections américaines : perspectives d'investissement

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

Perspectives élections américaines

Perspectives élections américaines

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

Japon : Seul en première ligne

Stratégie de placement trimestrielle

19/10/2016

Un dernier trimestre placé sous le signe de la politique

Stratégie de placement trimestrielle

07/10/2016

Prévoyance : quel mode de gestion privilégier ?

Planification patrimoniale

03/10/2016

Philanthropie : l'indispensable mue

Philanthropie

20/09/2016

SOUTIEN FISCAL : LE GRAND RETOUR ?

Stratégie d'Investissement

01/09/2016

LE RETOUR DE LA « CÉLÈBRE BoJ »

Stratégie d'investissement Asie

09/08/2016

L’OR EST-IL RÉELLEMENT UNE BONNE COUVERTURE ?

Bulletin de stratégie d'investissement

22/07/2016

DES RISQUES POLITIQUES ET DES LEVIERS ÉCONOMIQUES

Stratégie de placement trimestrielle

14/07/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

FAÇONNER L'AVENIR DE L'IMPACT INVESTING

Impact Investing

07/07/2016

BREXIT : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES BANQUES ?

Point de vue des marchés

04/07/2016

L’ARGENT POURRAIT-IL TOMBER DU CIEL ?

Bulletin de stratégie d'investissement

01/06/2016

MARCHÉS ÉMERGENTS : STABILISATION DU PÉTROLE ET DU DOLLAR BIENVENUE

Stratégie de placement trimestrielle

04/05/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPON : LES CERISIERS FLEURISSENT, LES SALAIRES NATIONAUX FLÉTRISSENT

Stratégie de placement trimestrielle

28/04/2016

EUROPE : LA REPRISE DEVRAIT MAINTENIR SA CADENCE

Stratégie de placement trimestrielle

25/04/2016

ÉTATS-UNIS : l'ECONOMIE RESTE SOLIDE

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2016

LE CYCLE DE CREDIT TOUCHE A SA FIN

Perspectives d'investissement

19/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE II)

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

L'ECONOMIE MONDIALE A ENCORE DES RESSOURCES

Stratégie de placement trimestrielle

15/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE I)

Bulletin de stratégie d'investissement Avril 2016

13/04/2016

ALLOCATION D'ACTIFS

Stratégie de placement trimestrielle

12/04/2016

UNE CRISE DE CONFIANCE MONDIALE ?

Philanthropie

05/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

AMERIQUE LATINE - QUELLES OPPORTUNITES ?

Investment strategy

23/03/2016

VERS DES TAUX NEGATIFS

Investment strategy

24/02/2016

L'ART DE MESURER L'IMPACT

Stratégie de placement

28/01/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

LE PIRE EST-IL PASSÉ POUR LA RUSSIE ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 4ÈME TRIMESTRE 2015

Investment Strategy Podcast

14/10/2015

INVESTIR SUR L’« ÂGE D’OR »

Strategy Bulletin

28/09/2015

Coup de projecteur sur la Fed

Strategy Bulletin

30/07/2015

Grèce : après le référendum

Strategy Bulletin

06/07/2015

La hausse du pétrole est plafonnée

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Notre foire aux questions sur la Grèce

Bulletin d'investissement

17/02/2015

Economic outlook 2015

Bullletin de stratégie

17/12/2014

BAISSE DU PÉTROLE: BONNE OU MAUVAISE NOUVELLE ?

Bulletin de stratégie

01/12/2014

DES TEMPS DIFFICILES POUR L'AMÉRIQUE DU SUD

Bulletin de stratégie

03/11/2014

LA BNS DOIT-ELLE EMBOÎTER LE PAS À LA BCE ?

Bulletin de stratégie

20/06/2014

LA STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT DE LA CHINE

Bulletin de stratégie

24/04/2014

ABÉNOMIE : LE PLUS DUR RESTE À VENIR

Bulletin de stratégie

18/03/2014

QUELLES SONT LES OPTIONS DE LA BCE

Bulletin de stratégie

13/02/2014

BAISSE DE LA CROISSANCE CHINOISE ET OPPORTUNITÉS

Bulletin de stratégie

21/01/2014