Thought leadership  

25/04/2017

Lombard Odier veut se projeter dans le futur

Corraterie.1000.jpg

Article publié dans Bilan le 27 avril 2017
Par Chantal de Senger
L’établissement genevois déménagera de son site historique de la Corraterie pour occuper un bâtiment avant-gardiste à Bellevue.

« RETHINK EVERYTHING », c’est le nouveau slogan de Lombard Odier, la plus ancienne banque privée genevoise. Fin mars, l’établissement lançait une grande campagne de pub qui marquait la volonté du groupe de « repenser en permanence tout ce que nous faisons ». Cette formule préfigure le point de départ d’une nouvelle étape dans l’histoire de Lombard Odier qui projette de s’installer d’ici à la fin 2021 dans « un nouveau bâtiment avant-gardiste » à Bellevue. La banque vient en effet d’acquérir un terrain de 26 600 m2 pour y implanter son nouveau siège mondial, qui permettra à l’ensemble des équipes basées à Genève – 1500 collaborateurs – de se retrouver sous un même toit, dans une infrastructure moderne avec vue plongeante sur le lac. « L’innovation a toujours fait partie de notre ADN, souligne Patrick Odier, associé senior de la banque privée, smartwatch au poignet. Ce projet s’inscrit dans la continuité de ce que nous avons toujours fait : être à la pointe de la nouveauté et de l’innovation grâce à la technologie, un cadre de travail motivant et un projet immobilier d’envergure. » Ce dernier fera l’objet d’un concours d’architecture international sur invitation. Juste en face de l’Hôtel La Réserve, le site se trouve à un emplacement stratégique, à la convergence de l’aéroport, de la gare toute proche, de l’autoroute et peut-être un jour du futur pont traversant la rade. « Situés entre campagne et ville, au cœur d’un nœud de transports publics et privés, ces locaux ultramodernes permettront de faire évoluer les modes de travail de nos équipes », commente le Genevois qui a dirigé l’Association suisse des banquiers (ASB) de 2009 à 2016. « Le nouvel établissement, dont le caractère respectueux de l’environnement et du développement durable sera assuré, se veut un moteur d’efficience, de créativité et d’échanges pour nos collaborateurs et nos clients. Sans compter que nous espérons qu’il devienne un fleuron architectural du canton. » Une tendance à l’écoefficience qui s’illustrait également dans le bâtiment des Acacias où Pictet, plus grande banque privée genevoise, a emménagé en 2007.

Un goût pour l’avant-garde
Fondée en 1796, Lombard Odier a démontré un goût pour l’avant-garde en matière de services financiers, mais aussi de plateforme technologique. « Cette maison possède un véritable héritage, c’est une maison à caractère familial avec des valeurs fortes. Tout au long de son histoire, elle a vécu des moments charnières où elle a dû se réinventer. Heureusement, notre capacité à repenser constamment les choses nous a apporté beaucoup de stabilité », explique Patrick Odier, qui rappelle que la banque a traversé 40 crises financières depuis ses débuts. En termes de nouveautés, c’est notamment la première banque à avoir instauré un fonds de prévoyance pour les employés de la maison, en 1910 déjà. Elle a ensuite été pionnière dans la création et la distribution de fonds d’investissement en Europe dans les années 1950. Puis, Lombard Odier a été la première banque privée suisse à s’implanter à l’étranger (ouverture d’un bureau à Montréal) en 1951. A suivi l’implantation d’un système informatique en son sein en 1957. Sans cesse en quête de nouveauté, l’établissement genevois sera le premier en Europe à acquérir un siège au New York Stock Exchange en 1979. En 2009, il innove encore en lançant E-merging, un réseau social conçu pour les professionnels de la finance, puis, en 2013, la banque lance sur cette même plateforme le premier salon financier dédié au monde entièrement virtuel (Virtual FinFair), avant de la laisser voler de ses propres ailes. A noter également que la banque privée a été la première en Suisse romande à nommer une femme associée, Anne-Marie de Weck, en 2002. En juillet prochain, c’est d’ailleurs une nouvelle femme, Annika Falkengren, patronne de la banque suédoise SEB, qui rejoindra l’établissement genevois en tant qu’associée.

Remises en question
« Dans nos trois cœurs d’activité – clientèle privée, asset management, services technologiques et bancaires – nous avons toujours conservé ce que traditionnellement nous faisions de bien et remis en question ce qui pouvait changer, explique Patrick Odier. Cela a été le cas, par exemple, pour l’activité de gestion de fortune, notre seule activité durant cent cinquante ans. La banque a ensuite été pionnière dans le développement de la gestion institutionnelle dans les années 1970. Nous avons toujours repensé de manière systématique ce que nous faisions. » Des changements de stratégie ont marqué son histoire. En 2002, la fusion entre les deux établissements historiques Lombard Odier & Cie et Darier Hentsch & Cie a constitué une des plus importantes prises de risque stratégiques du groupe. Durant la première décennie 2000, alors que ses fonds privés sous gestion stagnaient sous l’effet du changement des conditions-cadres et de la concurrence des plus grands établissements, la banque a anticipé la fin du secret bancaire pour accélérer son développement dans la gestion institutionnelle, tout en renforçant sa présence en Europe. Sa banque au Luxembourg détient les succursales et filiales de la zone euro. Ayant développé sa propre infrastructure au Grand-Duché, elle peut y servir la clientèle européenne, mais aussi internationale. En 2004, la banque a restructuré ses activités de gestion institutionnelle à Londres, avant de s’y redéployer dès 2008 (elle emploie 140 personnes aujourd’hui, contre 307 personnes pour Pictet), en se positionnant sur quelques niches fortes telles que la gestion d’obligations convertibles. En 2006, la banque a décidé que ses activités de banque d’affaires (courtage institutionnel et corporate finance) devenaient incompatibles avec son profil de risque, et a vendu ce segment à Vontobel. A la suite de la crise financière de 2008, l’établissement a réduit son importante activité dans les fonds de hedge funds, qui n’avaient plus la cote auprès des investisseurs privés et institutionnels. En 2014, la banque, dont les associés étaient jusque-là indéfiniment responsables, a changé de forme juridique pour devenir une société anonyme, afin de répondre aux exigences de son temps et à ses besoins de développement international, le groupe prenant la forme de société en commandite par actions, dont les associés demeurent à la fois propriétaires et dirigeants. Il y a tout juste un an, une autre page d’histoire se tournait pour la banque : l’associé gérant Thierry Lombard (qui prenait sa retraite) et son fils Alexis ont quitté le groupe pour rejoindre la banque privée lausannoise Landolt. La famille Lombard n’est donc plus associée au sein de Lombard Odier. La banque reste organisée sous forme de partenariat. Patrick Odier en est l’associé senior depuis 2008. Traditionnellement, l’associé senior préside aux discussions du collège des associés et dispose de pouvoirs élargis de représentation.

La plateforme IT, centre de profits
Ces dernières années, la banque a également étudié de près les tendances, notamment les problématiques fiscales, à mesure qu’elle développait sa présence en Europe. Aujourd’hui, elle pratique la gestion fiscalement efficiente dans une douzaine de juridictions. Quant à la plateforme d’infrastructure bancaire initiée en 1985, elle sera bientôt autofinancée par ses propres revenus. Lombard Odier commercialise, en effet, sa technologie informatique à des institutions financières, des family offices et des banques privées en Europe et en Suisse, dont Valiant et Bordier. Proche du CICR depuis sa création en 1863, Lombard Odier est sensible au rôle responsable de la finance. « Pour moi, c’est la quintessence de ce que devraient être les métiers de la finance, souligne Patrick Odier: contribuer au bien-être collectif et industriel.» La maison a ainsi créé il y a près d’un an un « impact hub » qui regroupe toutes les compétences professionnelles liées à la gestion financière durable. « On essaie de comprendre comment la finance durable peut être utile à la société, tout en s’assurant qu’elle ne sacrifie pas la rentabilité des investissements. Sinon, il s’agirait purement de philanthropie. » Avant cela, Lombard Odier avait intégré, il y a plus de vingt ans, son propre modèle de travail analytique et financier relatif au développement environnemental et durable. « Dans notre définition de la performance, le social, l’environnemental et l’économique se rejoignent. » En 2007, l’établissement avait été parmi les premiers en Suisse à signer les principes de gestion responsable des Nations Unies. Puis, il s’est intéressé à « l’impact investing ». « Nous avons contribué à la création de BlueOrchard en 2001, société devenue un des leaders mondiaux de la microfinance. » La banque s’est ensuite focalisée sur la recherche de véhicules d’investissement responsables, comme des fonds de fonds dans le domaine de l’impact, afin d’offrir un univers de placement sur mesure pour les investisseurs. Puis, elle a développé l’axe des « green bonds », ces obligations vertes dont le concept a été créé par la Banque mondiale. Ces titres obligataires de dettes sont émis par des collectivités publiques, des gouvernements ou des entreprises qui financent des projets avec un impact positif sur l’environnement.

« Le modèle d’affaires sera crucial »
La banque conservera, par ailleurs, son site historique de la Corraterie où elle est établie depuis le milieu du XIXe siècle pour le transformer et accueillir des événements destinés à la clientèle. Les cinq autres immeubles répartis dans le canton seront soit mis en vente, soit conservés. Et puis l’établissement entend surtout continuer à évoluer dans ses domaines de spécialisation. Dans une industrie en mutation – 65 établissements bancaires ont disparu en Suisse ces dix dernières années – Lombard Odier continue à se développer à l’international. « Le modèle d’affaires des banques sera crucial pour l’avenir. Il faut des résultats – en termes de performance et de valeurs – et le maintien d’une prestation à forte composante humaine », souligne Patrick Odier. La Suisse est reconnue pour être à la pointe dans le secteur de la finance, mais le conseil restera, selon lui, primordial.

Historique
C’est en 1796 qu’Henri Hentsch crée la Banque Hy Hentsch & Cie. Deux ans plus tard, Henri Hentsch et Jean Gédéon Lombard s’associent pour créer la Banque Henry Hentsch & Lombard. En 2002, Lombard Odier & Cie fusionne avec Darier Hentsch & Cie. L’établissement est présent dans 19 pays avec 26 bureaux. Il gère 233 milliards de francs pour la clientèle (contre 472 milliards pour Pictet, 336 milliards pour Julius Baer, 33 milliards pour Mirabaud). Le groupe, qui emploie 1500 collaborateurs à Genève, a engagé 115 personnes en 2016, dont 85 ingénieurs pour renforcer l’activité technologique. «22% de la fortune mondiale est gérée en Suisse. Nous avons un terreau privilégié pour développer la technologie », conclut Patrick Odier.

INFORMATION IMPORTANTE –MARKETING GENERAL
Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés

Actualités

Marchés émergents - La Chine étend son hégémonie

Quarterly Investment Strategy

20/07/2017

Japan - Difficile de faire mieux

Quarterly Investment Strategy

19/07/2017

La gouvernance familiale repensée

Thought leadership

18/07/2017

Europe - L’euroscepticisme a moins la cote

Quarterly Investment Strategy

17/07/2017

Etats-Unis - Ni inflation, ni récession

Quarterly Investment Strategy

12/07/2017

Bilan à mi-année : jusqu’ici tout va bien

Quarterly Investment Strategy

10/07/2017

Perspectives d'investissement - 3e trimestre 2017

Perspectives d'investissement - 3e trimestre 2017

Investment Strategy Podcast

06/07/2017

RETHINK EVERYTHING

Thought leadership

28/06/2017

Les philanthropes, la finance et la cité

Thought leadership

20/06/2017

RETHINKING EDUCATION

Thought leadership

15/06/2017

RETHINKING HEALTHCARE

Thought leadership

31/05/2017

Rethinking “Next-Gen” Philanthropy

Thought leadership

24/05/2017

Gestion des fondations en transformation

Thought leadership

23/05/2017

L’investisseur « 100% impact »

Thought leadership

19/05/2017

Asset Allocation – Maintenir un biais positif

Quarterly Investment Strategy

18/05/2017

Elections françaises - stratégie d'investissement

Elections françaises - stratégie d'investissement

Investment Strategy Podcast

10/05/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

08/05/2017

Hedge funds and rising interest rates

Investment Strategy

01/05/2017

Elections françaises

Elections françaises

Investment Strategy Podcast

25/04/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

24/04/2017

Japon: La question de la longévité

Quarterly Investment Strategy

24/04/2017

Europe: Vers la fin des taux négatifs ?

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2017

Le Pen, Frexit and the future of the EU

Investment Strategy

10/04/2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Investment Strategy Podcast

03/04/2017

Obligations climatiques: il faut rester vigilant

Nos experts dans la presse

01/04/2017

Le franc, refuge des élections en Europe

Nos experts dans la presse

16/03/2017

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit : survivre en dehors du marché unique ?

Stratégie d'investissement

19/01/2017

Japon : un gagnant « accidentel » ?

Stratégie de placement trimestrielle

29/12/2016

Marchés émergents : La reprise ne fait que commencer

Stratégie de placement trimestrielle

28/12/2016

Europe: encore d’importants risques politiques à l’horizon

Stratégie de placement trimestrielle

23/12/2016

États-Unis : une cure de vitamines pour une économie fatiguée

Stratégie de placement trimestrielle

22/12/2016

Perspectives d’investissement 2017

Perspectives d’investissement 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabète : une technologie révolutionnaire

Révolution thérapeutique

18/11/2016

Élections américaines : perspectives d'investissement

Élections américaines : perspectives d'investissement

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

Perspectives élections américaines

Perspectives élections américaines

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

Japon : Seul en première ligne

Stratégie de placement trimestrielle

19/10/2016

Un dernier trimestre placé sous le signe de la politique

Stratégie de placement trimestrielle

07/10/2016

Philanthropie : l'indispensable mue

Philanthropie

20/09/2016

SOUTIEN FISCAL : LE GRAND RETOUR ?

Stratégie d'Investissement

01/09/2016

LE RETOUR DE LA « CÉLÈBRE BoJ »

Stratégie d'investissement Asie

09/08/2016

L’OR EST-IL RÉELLEMENT UNE BONNE COUVERTURE ?

Bulletin de stratégie d'investissement

22/07/2016

DES RISQUES POLITIQUES ET DES LEVIERS ÉCONOMIQUES

Stratégie de placement trimestrielle

14/07/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

FAÇONNER L'AVENIR DE L'IMPACT INVESTING

Impact Investing

07/07/2016

BREXIT : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES BANQUES ?

Point de vue des marchés

04/07/2016

L’ARGENT POURRAIT-IL TOMBER DU CIEL ?

Bulletin de stratégie d'investissement

01/06/2016

MARCHÉS ÉMERGENTS : STABILISATION DU PÉTROLE ET DU DOLLAR BIENVENUE

Stratégie de placement trimestrielle

04/05/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPON : LES CERISIERS FLEURISSENT, LES SALAIRES NATIONAUX FLÉTRISSENT

Stratégie de placement trimestrielle

28/04/2016

EUROPE : LA REPRISE DEVRAIT MAINTENIR SA CADENCE

Stratégie de placement trimestrielle

25/04/2016

ÉTATS-UNIS : l'ECONOMIE RESTE SOLIDE

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2016

LE CYCLE DE CREDIT TOUCHE A SA FIN

Perspectives d'investissement

19/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE II)

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

L'ECONOMIE MONDIALE A ENCORE DES RESSOURCES

Stratégie de placement trimestrielle

15/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE I)

Bulletin de stratégie d'investissement Avril 2016

13/04/2016

ALLOCATION D'ACTIFS

Stratégie de placement trimestrielle

12/04/2016

UNE CRISE DE CONFIANCE MONDIALE ?

Philanthropie

05/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

AMERIQUE LATINE - QUELLES OPPORTUNITES ?

Investment strategy

23/03/2016

VERS DES TAUX NEGATIFS

Investment strategy

24/02/2016

L'ART DE MESURER L'IMPACT

Stratégie de placement

28/01/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

LE PIRE EST-IL PASSÉ POUR LA RUSSIE ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 4ÈME TRIMESTRE 2015

Investment Strategy Podcast

14/10/2015

INVESTIR SUR L’« ÂGE D’OR »

Strategy Bulletin

28/09/2015

Coup de projecteur sur la Fed

Strategy Bulletin

30/07/2015

Grèce : après le référendum

Strategy Bulletin

06/07/2015

La hausse du pétrole est plafonnée

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Notre foire aux questions sur la Grèce

Bulletin d'investissement

17/02/2015

Economic outlook 2015

Bullletin de stratégie

17/12/2014

BAISSE DU PÉTROLE: BONNE OU MAUVAISE NOUVELLE ?

Bulletin de stratégie

01/12/2014

DES TEMPS DIFFICILES POUR L'AMÉRIQUE DU SUD

Bulletin de stratégie

03/11/2014

LA BNS DOIT-ELLE EMBOÎTER LE PAS À LA BCE ?

Bulletin de stratégie

20/06/2014

LA STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT DE LA CHINE

Bulletin de stratégie

24/04/2014

ABÉNOMIE : LE PLUS DUR RESTE À VENIR

Bulletin de stratégie

18/03/2014

QUELLES SONT LES OPTIONS DE LA BCE

Bulletin de stratégie

13/02/2014

BAISSE DE LA CROISSANCE CHINOISE ET OPPORTUNITÉS

Bulletin de stratégie

21/01/2014