Stratégie d'investissement  

18/05/2016

VIEILLISSEMENT DES POPULATIONS : QUELLES IMPLICATIONS POUR L’ECONOMIE ?

L'essentiel en bref

  • Sur les marchés développés, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus croît trois fois plus rapidement que celui des générations plus jeunes.
  • Les retraités actuels sont économiquement favorisés, car ils ont bénéficié de retours sur investissement intéressants sur plusieurs décennies. Nous pensons que les entreprises ciblant les « baby-boomers » et les séniors devraient enregistrer une croissance plus importante que le marché, et ceci de manière durable.
  • Nous avons identifié environ 500 entreprises dans un large éventail de secteurs qui tirent une part significative de leurs revenus du vieillissement démographique.

Dans un monde de guerre des monnaies où les politiques des banques centrales divergent, où la volatilité fait fuir les investisseurs vers les valeurs refuge, il est aisé de laisser les incertitudes à court terme dominer notre perspective du marché. Même s’il est légitime de tenir compte de la prochaine hausse de taux de la Fed (Réserve fédérale des Etats-Unis) ou de la croissance du PIB du dernier trimestre pour positionner son portefeuille, il est essentiel de prendre du recul et de considérer les évolutions structurelles qui redéfinissent subrepticement l’environnement d’investissement qui nous entoure et qui, en fin de compte, définiront les axes de croissance des économies.

Alors que les experts et les observateurs parlent depuis longtemps de la « bombe à retardement démographique » qui menace de nombreuses économies, les véritables implications du vieillissement rapide des populations pour la croissance économique restent du domaine des hypothèses. Malgré les défis que pose le vieillissement démographique, nous pensons qu’il existe de réelles opportunités pour les investisseurs et les sociétés qui ont une vision à long terme et qui sont prêts à remettre en question d’anciens préjugés sur le vieillissement.Pour examiner les répercussions du vieillissement des populations sur les marchés au cours des 5 à 15 prochaines années, nous avons invité le Professeur Wang Feng (Professeur, Université de Californie, Irvine), et Meret Gaugler (cogestionnaire de portefeuille de la stratégie Golden Age de Lombard Odier) à nous faire part de leur opinion sur le positionnement possible des investisseurs pour récolter les fruits de ce qui, pour de nombreux séniors, sera un âge d’or.

Un siècle d’explosion et d’effondrement démographiques
Alors que les innovations du vingtième siècle nous ont permis de vivre plus longtemps en meilleure santé, quelque part au cours des deux dernières décennies, l’explosion démographique qui avait caractérisé la période s’est inversée. Alors que plusieurs grands pays dans le monde vieillissent désormais à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité, nous sommes à l’aube d’une époque dont nous ne connaissons pas la fin, ni les effets sur les économies, les marchés, les groupes humains, les habitudes de consommation, etc. Toutefois, le démographe Professeur Wang est relativement convaincu de l’existence d’un lien entre le vieillissement de la population et le ralentissement de la croissance économique. Il précise ses observations : « Le taux de croissance de la population mondiale est inférieur de plus de 50% pour la seconde moitié du vingtième siècle, et selon les estimations des Nations-Unies, ce taux continue à diminuer. Dans ce contexte, l’espérance de vie moyenne des habitants de la planète a doublé au cours du siècle dernier. Jamais auparavant, aucune de ces tendances n’avait pris une telle ampleur. De toute évidence, ce biais de vieillissement se maintiendra, synonyme d’une ère totalement nouvelle pour l’humanité. »

Une Asie vieillissante
L’Asie abrite nombre de ces populations actuellement vieillissantes. Selon la Banque mondiale, certains des pays de la région devraient perdre jusqu’à 15% de leur population en âge de travailler d’ici 2040. En particulier, le Japon, la Corée du Sud et la Chine présentent les ratios d’assistance économique aux personnes âgées les plus élevés dans le monde. Le taux de croissance des consommateurs étant toujours supérieur au taux de croissance du PIB sur le long terme, les implications pour les économies, les entreprises et les investisseurs sont de plus en plus grandes. Le Professeur Wang explique les défis que pose cette dynamique : «Le dividende démographique est une mesure essentielle, qui compare le potentiel de croissance économique pouvant être atteint lorsque la part de la population en âge de travailler est supérieure à celle de la population qui n’est plus en âge de travailler. La Chine est un exemple intéressant de l’importance potentielle de cette relation : avant l’an 2000, environ 15% de la hausse de son PIB par habitant étaient imputables à un dividende démographique favorable. Le ralentissement de l’économie chinoise amorcé il y a près de trois ans a également scellé, aux yeux des analystes, le sort du dividende démographique. Cette inversion s’est produite en très peu de temps et la fin du dividende démographique devrait coûter au pays environ un demi-point de croissance économique par an.»


Baby Boomers and seniors growth in numbers
Cliquer sur l'image pour l'agrandir. (Baby boomers et séniors – croissance en chiffres : partout dans le monde, l’espérance de vie augmente chaque année de près de 100 jours. Les personnes âgées vivent plus longtemps. Par ailleurs, les « baby-boomers », la génération née entre 1946 et 1964, la plus nombreuse de l’histoire, a commencé à grossir les rangs des retraités. Entre 2010 et 2030, chaque jour, environ 10’000 d’entre eux partent en retraite aux Etats-Unis. La planète comptera au total deux milliards de personnes de plus de 60 ans d’ici 2050. Sources : Division de la population du Département des Affaires économiques et sociales du Secrétariat des Nations Unies Division. Administration américaine de la sécurité sociale, 2012. Bureau britannique de la Statistique Nationale, (ONS), 2015.)

Les facteurs à l’origine du ralentissement de la croissance
D’après le Professeur Wang, tout ralentissement économique associé à un vieillissement rapide de la population est très probablement le fruit de trois facteurs clés de l’économie :

Main-d’œuvre : un des premiers aspects à subir les effets du vieillissement de la population est la main-d’œuvre, car moins de gens souhaitent ou peuvent travailler. Ce déclin du nombre de travailleurs disponibles forcera les entreprises à faire plus pour maintenir l’employabilité de leurs travailleurs plus âgés. Pour y parvenir, elles devront leur garantir une formation continue. Alors que ceci requiert un investissement, il sera en fin de compte, selon nous, porteur tant pour les entreprises que pour leurs salariés.

Innovation : même s’il n’existe pas de preuve tangible du lien entre le vieillissement démographique à une baisse de l’innovation, il existe une inquiétude légitime, que les pays les plus touchés par ce phénomène puissent subir une baisse de l’entrepreneuriat qui, à son tour, pèserait sur la capacité d’innovation, d’adaptation et la compétitivité de l’économie.

Dépenses et épargne : dans de nombreuses régions du globe, la dépense publique reste un défi important pour les gouvernements et, alors que leurs populations vieillissent, ils devront inévitablement consacrer une plus large part du budget aux retraits, aux soins de santé et à d’autres postes liés au soutien aux personnes âgées. Cette réorientation des dépenses publiques coïncidera avec une baisse des recettes fiscales en raison de la diminution du nombre de personnes en âge de travailler.

Face à l’aggravation des contraintes budgétaires, il existe un besoin réel et une opportunité pour le secteur privé d’intervenir et de jouer un rôle plus important dans la transition de chaque pays vers ce nouveau modèle de croissance. Tandis que certains secteurs de ces économies traverseront une période de marasme, la croissance devrait être tirée par un éventail très large de secteurs très spécifiques.

Investir dans l’âge d’or des « baby-boomers »
Pour les sociétés et ceux qui y investissent, il est essentiel de comprendre le nouveau modèle de croissance de chaque économie afin de s’assurer qu’elles ont toutes les cartes en main pour en profiter. Meret Gaugler de Lombard Odier Asset Management précise que parmi les défis indiqués ci-avant, il existe des opportunités pour les investisseurs dont l’approche de long terme est préventive : « Aux Etats-Unis, 10’000 « baby-boomers » partent chaque jour à la retraite. Cette tendance en place depuis cinq ans à des niveaux variés devrait se poursuivre dans les 20 prochaines années. Donc, la première bonne nouvelle pour les investisseurs est que ce phénomène de long terme, ce changement structurel bénéficiera aux sociétés qui travaillent à renforcer leur présence sur ce marché. Les sociétés exposées aux générations plus âgées sont susceptibles de voir le nombre de personnes qui consomment leurs produits et services croître durablement. Toutefois, comme le savent pertinemment ceux qui ont des parents âgés, ce n’est pas une génération facile à contenter. Ils sont particulièrement avertis, et sont en droit de l’être, et les sociétés devront redoubler d’efforts pour tirer leur épingle du jeu dans ce marché très porteur.» En Europe, aux Etats-Unis et au Japon, les « baby-boomers » et les séniors accaparent la majeure partie des richesses. Meret Glauger de poursuivre : « Au Japon, les « baby-boomers » et les séniors détiennent actuellement les deux tiers des avoirs financiers. Un chiffre impressionnant qui mérite d’être pris en compte par les entreprises visant à se développer à long terme. En Europe et dans d’autres pays, les chiffres sont similaires. Aux Etats-Unis, 70% du revenu disponible est contrôlé par la tranche des plus de 50 ans. Au niveau mondial, cette proportion dépasse 50%. Dans l’ensemble, les plus de 60 ans disposeront d’ici 2020 d’un pouvoir d’achat de USD 12’000 milliards. C’est pourquoi nous pensons que les entreprises ciblant les « baby-boomers » et les séniors devraient enregistrer une croissance plus importante que le marché sur le long terme, et ceci de manière durable.»

Chez Lombard Odier, nous estimons que ce glissement offre des opportunités attrayantes pour les investisseurs dans un large éventail de secteurs et de régions. Il donne la possibilité aux gestionnaires de patrimoine de sélectionner des titres qui devraient progresser plus rapidement que le marché. Meret Glauger en donne quelques exemples : « Trois fois plus d’ordonnances sont prescrites, en moyenne, à une personne de plus de 60 ans qu’à une personne plus jeune. Elle consomme plus de compléments alimentaires et de vitamines et se soumet à plus d’analyses médicales qu’une personne plus jeune. Les classes d’âge les plus âgées consomment également de plus en plus de biens de consommation cyclique : une femme de 50 à 60 ans dépense trois fois plus en produits de beauté qu’une femme de 20 à 30 ans. L’an dernier, aux Etats-Unis, l’âge moyen des conducteurs de Mercedes Classe S était de 62 ans. » Toutefois, non seulement l’équilibre des générations des consommateurs mondiaux change, mais au sein des classes d’âge les plus élevées, les habitudes de consommation évoluent également. « Nous nous intéressons tout particulièrement aux sociétés qui proposent des innovations qui répondent aux aspirations des séniors, comme l’art, les loisirs et l’enseignement supérieur. Nous apprécions également les maisons de vente aux enchères, les compagnies de croisières, les sociétés qui proposent du Botox, celles qui mettent au point des technologies de réduction d’intervention humaine, comme la voiture sans conducteur.»


Baby boomers and seniors - numerous... and well off
Cliquer l'image pour l'agrandir. (Baby boomers et séniors : nombreux… et nantis : dans certains pays développés, les baby-boomers et les séniors accaparent jusqu’aux trois quarts des richesses produites. Au Japon, les 25% des plus de 65 ans détiennent 66% du patrimoine des ménages. La richesse nette de la zone euro est détenue à 56% par les plus de 55 ans. Les baby-boomers et les séniors détiennent également une part disproportionnée du revenu disponible mondial : aux Etats-Unis, 70% du revenu disponible est contrôlé par les plus de 50 ans - au niveau mondial, le chiffre est de plus de la moitié. Sources : Stocks linked to Elderty Rise on Growing Senior Spending, édition du soir du 29 août 2012. Financial Times, Active seniors’ boost demand in Japan, 3 septembre 2012. BCE, Statistics Paper Series No 2, avril 2013. Matthew Boyle, « Ageing Boomers Befuddle Marketers Aching for $15 Trillion Prize », Bloomberg, septembre 2013.)

Santé : une nouvelle approche de l’évidence
Même si le thème de l’investissement Golden Age va bien au-delà de la santé, le lien évident entre bien-être et vieillissement fait de la santé l’un des bénéficiaires directs de ce bouleversement démographique. Ceci étant, la santé est probablement, à l’heure actuelle, l’un des secteurs dans lesquels les entreprises qui affichent une croissance très supérieure au marché sont rares. La raison en est que les Etats ont tendance à supporter la hausse des coûts de nombreux médicaments essentiels. Aux Etats-Unis, en particulier, la pression à la baisse sur les coûts des médicaments s’accroît. Meret Glauger décrit l’approche de Lombard Odier pour profiter des meilleures opportunités qui existent dans ce segment difficile du marché : « Au sein du secteur de la santé, nous nous intéressons à deux choses. Premièrement, les médicaments et les traitements qui ne sont pas payés par l’Etat et deuxièmement, les solutions de santé véritablement innovantes. Nous sommes convaincus qu’aucun autre secteur ne présente un tel potentiel d’innovation. Et selon nous, c’est cette innovation qui fera baisser les coûts. Il peut s’agir d’une molécule qui évite d’avoir à prendre trois autres médicaments ou d’une intervention chirurgicale moins invasive, ou encore d’un médicament générique fabriqué à un coût largement inférieur à son équivalent de marque. Les médicaments génériques sont un segment auquel nous prêtons une grande attention, car ils constituent l’un des meilleurs moyens pour maîtriser les coûts du système de santé. »

Un nombre croissant de sociétés commençant à cibler le consommateur sénior, des opportunités d’investissement se font jour dans diverses niches du marché. Toutefois, la personne âgée est également un consommateur avisé, et seules les sociétés disposant d’une offre intéressante sortiront leur épingle du jeu. » Et Meret Glauger d’ajouter : « Nous avons identifié environ 500 entreprises dans un large éventail de secteurs qui tirent une part significative de leurs revenus du vieillissement démographique. L’avenir s’annonce radieux pour ce thème. « C’est grâce aux générations précédentes et aux innovateurs du siècle dernier que nous pouvons espérer vivre plus longtemps et en meilleure santé. Cette tendance favorable devrait perdurer et même s’étendre à l’avenir. En tant qu’investisseurs, notre travail consiste à rester en phase avec les innovations, à nous assurer que les portefeuilles que nous construisons sont aussi dynamiques, agiles et résistants que les générations d’hommes et de femmes. »

 

INFORMATION IMPORTANTE –MARKETING GENERAL
Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés

Actualités

Rethinking “Next-Gen” Philanthropy

Thought leadership

24/05/2017

Gestion des fondations en transformation

Thought leadership

23/05/2017

L’investisseur « 100% impact »

Thought leadership

19/05/2017

Asset Allocation – Maintenir un biais positif

Quarterly Investment Strategy

18/05/2017

Elections françaises - stratégie d'investissement

Elections françaises - stratégie d'investissement

Investment Strategy Podcast

10/05/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

08/05/2017

Hedge funds and rising interest rates

Investment Strategy

01/05/2017

Elections françaises

Elections françaises

Investment Strategy Podcast

25/04/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

24/04/2017

Japon: La question de la longévité

Quarterly Investment Strategy

24/04/2017

Europe: Vers la fin des taux négatifs ?

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2017

Le Pen, Frexit and the future of the EU

Investment Strategy

10/04/2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Investment Strategy Podcast

03/04/2017

Obligations climatiques: il faut rester vigilant

Nos experts dans la presse

01/04/2017

Le franc, refuge des élections en Europe

Nos experts dans la presse

16/03/2017

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit : survivre en dehors du marché unique ?

Stratégie d'investissement

19/01/2017

Japon : un gagnant « accidentel » ?

Stratégie de placement trimestrielle

29/12/2016

Marchés émergents : La reprise ne fait que commencer

Stratégie de placement trimestrielle

28/12/2016

Europe: encore d’importants risques politiques à l’horizon

Stratégie de placement trimestrielle

23/12/2016

États-Unis : une cure de vitamines pour une économie fatiguée

Stratégie de placement trimestrielle

22/12/2016

Perspectives d’investissement 2017

Perspectives d’investissement 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabète : une technologie révolutionnaire

Révolution thérapeutique

18/11/2016

Élections américaines : perspectives d'investissement

Élections américaines : perspectives d'investissement

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

Perspectives élections américaines

Perspectives élections américaines

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

Japon : Seul en première ligne

Stratégie de placement trimestrielle

19/10/2016

Un dernier trimestre placé sous le signe de la politique

Stratégie de placement trimestrielle

07/10/2016

Philanthropie : l'indispensable mue

Philanthropie

20/09/2016

SOUTIEN FISCAL : LE GRAND RETOUR ?

Stratégie d'Investissement

01/09/2016

LE RETOUR DE LA « CÉLÈBRE BoJ »

Stratégie d'investissement Asie

09/08/2016

L’OR EST-IL RÉELLEMENT UNE BONNE COUVERTURE ?

Bulletin de stratégie d'investissement

22/07/2016

DES RISQUES POLITIQUES ET DES LEVIERS ÉCONOMIQUES

Stratégie de placement trimestrielle

14/07/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

FAÇONNER L'AVENIR DE L'IMPACT INVESTING

Impact Investing

07/07/2016

BREXIT : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES BANQUES ?

Point de vue des marchés

04/07/2016

L’ARGENT POURRAIT-IL TOMBER DU CIEL ?

Bulletin de stratégie d'investissement

01/06/2016

MARCHÉS ÉMERGENTS : STABILISATION DU PÉTROLE ET DU DOLLAR BIENVENUE

Stratégie de placement trimestrielle

04/05/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPON : LES CERISIERS FLEURISSENT, LES SALAIRES NATIONAUX FLÉTRISSENT

Stratégie de placement trimestrielle

28/04/2016

EUROPE : LA REPRISE DEVRAIT MAINTENIR SA CADENCE

Stratégie de placement trimestrielle

25/04/2016

ÉTATS-UNIS : l'ECONOMIE RESTE SOLIDE

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2016

LE CYCLE DE CREDIT TOUCHE A SA FIN

Perspectives d'investissement

19/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE II)

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

L'ECONOMIE MONDIALE A ENCORE DES RESSOURCES

Stratégie de placement trimestrielle

15/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE I)

Bulletin de stratégie d'investissement Avril 2016

13/04/2016

ALLOCATION D'ACTIFS

Stratégie de placement trimestrielle

12/04/2016

UNE CRISE DE CONFIANCE MONDIALE ?

Philanthropie

05/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

AMERIQUE LATINE - QUELLES OPPORTUNITES ?

Investment strategy

23/03/2016

VERS DES TAUX NEGATIFS

Investment strategy

24/02/2016

L'ART DE MESURER L'IMPACT

Stratégie de placement

28/01/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

LE PIRE EST-IL PASSÉ POUR LA RUSSIE ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 4ÈME TRIMESTRE 2015

Investment Strategy Podcast

14/10/2015

INVESTIR SUR L’« ÂGE D’OR »

Strategy Bulletin

28/09/2015

Coup de projecteur sur la Fed

Strategy Bulletin

30/07/2015

Grèce : après le référendum

Strategy Bulletin

06/07/2015

La hausse du pétrole est plafonnée

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Notre foire aux questions sur la Grèce

Bulletin d'investissement

17/02/2015

Economic outlook 2015

Bullletin de stratégie

17/12/2014

BAISSE DU PÉTROLE: BONNE OU MAUVAISE NOUVELLE ?

Bulletin de stratégie

01/12/2014

DES TEMPS DIFFICILES POUR L'AMÉRIQUE DU SUD

Bulletin de stratégie

03/11/2014

LA BNS DOIT-ELLE EMBOÎTER LE PAS À LA BCE ?

Bulletin de stratégie

20/06/2014

LA STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT DE LA CHINE

Bulletin de stratégie

24/04/2014

ABÉNOMIE : LE PLUS DUR RESTE À VENIR

Bulletin de stratégie

18/03/2014

QUELLES SONT LES OPTIONS DE LA BCE

Bulletin de stratégie

13/02/2014

BAISSE DE LA CROISSANCE CHINOISE ET OPPORTUNITÉS

Bulletin de stratégie

21/01/2014