Entreprises familiales  

06/08/2015

Entreprises familiales : opération à cœur ouvert

L’Université de Saint-Gall et le Family Business Network ont invité des entreprises de la région germanophone à participer au congrès « FiD - Familienunternehmen im Dialog » consacré au thème du renouvellement (« ErNEUerung »). Nous nous sommes entretenus avec l’instigateur de la conférence, Thomas Zellweger, directeur du Center for Familiy Business de l’Université de Saint-Gall.

Monsieur Zellweger, vous êtes le directeur du Center for Familiy Business de l’Université de Saint-Gall. Pouvez-vous nous donner un aperçu des domaines d’activité et de recherche de votre institut ?

Nous travaillons dans trois domaines. Le premier est l’enseignement à l’Université de Saint-Gall. Nous instruisons les étudiants dans les domaines de l’entrepreneuriat, de la gestion des entreprises familiales et de la succession de l’entreprise – ce sont nos trois matières principales. Un deuxième domaine porte sur la formation continue et les prestations de transfert pour les représentants des entreprises familiales. Il comporte en particulier des séminaires et des cercles d’échange. Le troisième domaine est la recherche, qui s’articule autour de quatre thèmes: la gestion stratégique dans les entreprises familiales, la succession à la tête d’une entreprise, l’entrepreneuriat ainsi que l’innovation et la gouvernance au sein des entreprises familiales.

Nous sommes ici au congrès « FiD – Familienunternehmen im Dialog » consacré au thème « ErNEUerung! ». Pourquoi avoir choisi le thème du renouvellement ?

Pour deux raisons : d’une part, nous vivons dans un monde très dynamique qui ne cesse d’évoluer sous l’influence de la numérisation et de la globalisation. Les entreprises familiales doivent décider quelles stratégies elles veulent adopter face à ces changements. Cela nous amène à la deuxième raison. Les entreprises familiales ont des capacités particulières en matière de gestion du changement, mais elles doivent aussi relever des défis très spécifiques, ce qui fait toute l’actualité de ce thème.

Qu’est-ce qui vous a incité à organiser cette conférence ?

En tant qu’université, nous voulons rester en prise avec la pratique et ne pas nous isoler dans notre tour d’ivoire. Nous cherchons donc à échanger activement avec les entreprises qui constituent le sujet de nos recherches. Nous voulons créer un lien entre théorie et pratique non seulement pour partager nos enseignements, mais aussi pour comprendre quels thèmes sont importants dans la pratique.

Quel but souhaitez-vous atteindre avec cette conférence ?

Nous voulons proposer aux entreprises familiales une plateforme leur permettant d’échanger sur des thèmes spécifiques aux familles qu’elles ne peuvent pas aborder ailleurs. Cette conférence offre aux propriétaires d’entreprises une occasion unique d’échanger avec leurs pairs. Naturellement, l’objectif est aussi d’apprendre les uns des autres et de discuter des contenus avec les représentants de l’université.

Quel rôle jouent les entreprises familiales pour l’économie suisse ?

Pour parler chiffres, 88% des entreprises suisses sont en mains familiales. Nombre d’entre elles sont des petites et moyennes entreprises, mais certaines grandes sociétés sont également contrôlées par des familles. Ces entreprises sont donc la colonne vertébrale de l’économie suisse, mais elles reflètent aussi le côté humain de notre économie.

La pérennité des entreprises familiales dépend de leur capacité à se renouveler et à se développer sans cesse. A quels défis sont-elles aujourd’hui confrontées ?

Le renouvellement porte sur plusieurs niveaux. Au niveau de l’entreprise, la principale difficulté consiste à gérer la rapidité du changement. Les propriétaires de ces entreprises ont souvent une approche très traditionnelle de la direction d’entreprise. Ils entretiennent un lien émotionnel avec leur entreprise, mais aussi avec leurs collaborateurs. Ils doivent donc être disposés à reconnaître que le dynamisme de la concurrence exige constamment des adaptations, et avoir le courage d’initier le changement.

Au niveau de la famille, ce sont les questions de la propriété, de la structure de direction familiale et son évolution au fil des générations qui doivent être abordées. Il faut alors faire appel à la capacité d’adaptation et à des solutions dans le domaine de la gouvernance, c’est-à-dire de la participation de la famille à l’entreprise. Les relations de propriété, les mandats du conseil d’administration ou la participation des membres de la famille au sein de l’entreprise doivent être clairement définis. Souvent, la survie d’une entreprise familiale dépend de la bonne gestion du changement dans ce domaine.

Les défis ont-ils évolué ces dernières années ?

Les défis sont connus depuis longtemps : gérer le changement au niveau de l’entreprise et à celui de la gouvernance. Ce qui, en revanche, a changé ces dernières années, c’est la vitesse. Ces questions deviennent de plus en plus pressantes, et seules les entreprises familiales parvenant à gérer efficacement ces questions et à créer des structures claires ont une chance de survivre.

La planification successorale constitue certainement un thème central pour les entreprises familiales. Quelle importance accordez-vous à cette question dans vos recherches ?

La planification de la succession est pour nous un thème central. Il est d’ailleurs très intéressant, car il se compose de différentes strates. On peut l’envisager sous plusieurs angles : la stratégie d’entreprise, le cadre juridique, les aspects fiscaux et la gouvernance. En tenant compte de ces paramètres, nous essayons de structurer le processus de planification de la succession, de définir les facteurs de réussite afin d’établir des instructions méthodologiques concrètes, applicables dans la pratique.

Le facteur émotionnel joue souvent un rôle important dans les entreprises familiales. Comment le prenez-vous en compte dans vos recherches ?

L’aspect émotionnel est l’un des facteurs les plus passionnants de nos études. Ce sont en quelque sorte deux cœurs qui battent dans chaque entreprise familiale. D’un côté, un cœur rationnel et économique, qui sait ce qui est indispensable à la pérennité de l’entreprise. De l’autre, un cœur dominé par des facteurs mous, comme la volonté de protéger l’identité et la réputation de l’entreprise, l’importance des relations personnelles avec les collaborateurs ou encore la volonté de la famille de conserver le contrôle de l’entreprise – autant d’objectifs non financiers importants qui exercent une grande influence sur le comportement stratégique de l’entreprise.

Quel soutien pouvez-vous proposer dans la pratique avec le Center for Family Business aux entreprises familiales ?

Nous avons différents outils à notre disposition : d’une part, les résultats de nos recherches que nous adaptons en vue de leur utilisation dans la pratique ; d’autre part, notre offre de formation continue destinée aux familles d’entrepreneurs et, enfin, des prestations de coaching sélectif pour certaines entreprises.

Qu’est-ce qui, à vos yeux, fait tout l’intérêt du thème des entreprises familiales ?

Ce domaine dépasse largement le cadre des questions techniques. Il englobe des personnes, leurs souhaits, leurs objectifs, leurs craintes et leurs espoirs. Nous entretenons cette proximité avec le facteur humain et ne nous concentrons pas simplement sur des plans d’activité aussi abstraits que techniques. Il s’agit toujours de trouver un lien et un équilibre entre deux mondes, celui de l’économie d’entreprise et celui des émotions.

Thomas Zellweger est directeur du Center for Family Business à l’Université de Saint-Gall, où il exerce en tant que professeur spécialisé dans les entreprises familiales et l’entrepreneuriat. Il a étudié à l’Université de Saint-Gall et à l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Après deux années dans l’Investment Banking, il obtient son doctorat à l’Université de Saint-Gall en 2006. Il a été Research Fellow au Babson College de Boston et professeur invité à la University of British Columbia à Vancouver, Canada. Il est professeur invité permanent de l’Université Witter / Herdecke. Ses travaux de recherche, qui ont reçu de nombreuses distinctions internationales, ont été publiés dans des revues spécialisées de premier plan. Thomas Zellweger est membre de trois conseils d’administration de moyennes entreprises familiales. Il conseille les entreprises familiales dans leur gouvernance et leur stratégie de propriété. Il est marié et père de deux enfants en école primaire.

Actualités

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit : survivre en dehors du marché unique ?

Stratégie d'investissement

19/01/2017

Japon : un gagnant « accidentel » ?

Stratégie de placement trimestrielle

29/12/2016

Marchés émergents : La reprise ne fait que commencer

Stratégie de placement trimestrielle

28/12/2016

Europe: encore d’importants risques politiques à l’horizon

Stratégie de placement trimestrielle

23/12/2016

États-Unis : une cure de vitamines pour une économie fatiguée

Stratégie de placement trimestrielle

22/12/2016

Perspectives d’investissement 2017

Perspectives d’investissement 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabète : une technologie révolutionnaire

Révolution thérapeutique

18/11/2016

Élections américaines : perspectives d'investissement

Élections américaines : perspectives d'investissement

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

Perspectives élections américaines

Perspectives élections américaines

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

Japon : Seul en première ligne

Stratégie de placement trimestrielle

19/10/2016

Un dernier trimestre placé sous le signe de la politique

Stratégie de placement trimestrielle

07/10/2016

Prévoyance : quel mode de gestion privilégier ?

Planification patrimoniale

03/10/2016

Philanthropie : l'indispensable mue

Philanthropie

20/09/2016

SOUTIEN FISCAL : LE GRAND RETOUR ?

Stratégie d'Investissement

01/09/2016

LE RETOUR DE LA « CÉLÈBRE BoJ »

Stratégie d'investissement Asie

09/08/2016

L’OR EST-IL RÉELLEMENT UNE BONNE COUVERTURE ?

Bulletin de stratégie d'investissement

22/07/2016

DES RISQUES POLITIQUES ET DES LEVIERS ÉCONOMIQUES

Stratégie de placement trimestrielle

14/07/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

FAÇONNER L'AVENIR DE L'IMPACT INVESTING

Impact Investing

07/07/2016

BREXIT : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES BANQUES ?

Point de vue des marchés

04/07/2016

L’ARGENT POURRAIT-IL TOMBER DU CIEL ?

Bulletin de stratégie d'investissement

01/06/2016

MARCHÉS ÉMERGENTS : STABILISATION DU PÉTROLE ET DU DOLLAR BIENVENUE

Stratégie de placement trimestrielle

04/05/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPON : LES CERISIERS FLEURISSENT, LES SALAIRES NATIONAUX FLÉTRISSENT

Stratégie de placement trimestrielle

28/04/2016

EUROPE : LA REPRISE DEVRAIT MAINTENIR SA CADENCE

Stratégie de placement trimestrielle

25/04/2016

ÉTATS-UNIS : l'ECONOMIE RESTE SOLIDE

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2016

LE CYCLE DE CREDIT TOUCHE A SA FIN

Perspectives d'investissement

19/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE II)

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

L'ECONOMIE MONDIALE A ENCORE DES RESSOURCES

Stratégie de placement trimestrielle

15/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE I)

Bulletin de stratégie d'investissement Avril 2016

13/04/2016

ALLOCATION D'ACTIFS

Stratégie de placement trimestrielle

12/04/2016

UNE CRISE DE CONFIANCE MONDIALE ?

Philanthropie

05/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

AMERIQUE LATINE - QUELLES OPPORTUNITES ?

Investment strategy

23/03/2016

VERS DES TAUX NEGATIFS

Investment strategy

24/02/2016

L'ART DE MESURER L'IMPACT

Stratégie de placement

28/01/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

LE PIRE EST-IL PASSÉ POUR LA RUSSIE ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 4ÈME TRIMESTRE 2015

Investment Strategy Podcast

14/10/2015

INVESTIR SUR L’« ÂGE D’OR »

Strategy Bulletin

28/09/2015

Coup de projecteur sur la Fed

Strategy Bulletin

30/07/2015

Grèce : après le référendum

Strategy Bulletin

06/07/2015

La hausse du pétrole est plafonnée

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Notre foire aux questions sur la Grèce

Bulletin d'investissement

17/02/2015

Economic outlook 2015

Bullletin de stratégie

17/12/2014

BAISSE DU PÉTROLE: BONNE OU MAUVAISE NOUVELLE ?

Bulletin de stratégie

01/12/2014

DES TEMPS DIFFICILES POUR L'AMÉRIQUE DU SUD

Bulletin de stratégie

03/11/2014

LA BNS DOIT-ELLE EMBOÎTER LE PAS À LA BCE ?

Bulletin de stratégie

20/06/2014

LA STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT DE LA CHINE

Bulletin de stratégie

24/04/2014

ABÉNOMIE : LE PLUS DUR RESTE À VENIR

Bulletin de stratégie

18/03/2014

QUELLES SONT LES OPTIONS DE LA BCE

Bulletin de stratégie

13/02/2014

BAISSE DE LA CROISSANCE CHINOISE ET OPPORTUNITÉS

Bulletin de stratégie

21/01/2014