Investment Strategy  

30/05/2017

CIO Viewpoint: Chine : croissance, dette et ambitions mondiales

Stéphane Monier Head of Investments, Lombard Odier Private Bank

Stéphane Monier
Head of Investments, Lombard Odier Private Bank

Alors que les Etats-Unis ne dominent plus l’économie mondiale, des signes montrent que la deuxième plus grande économie de la planète pourrait monter en puissance. Le projet chinois « One Belt, One Road » traduit les grandes ambitions du Président Xi Jinping. Depuis longtemps, nous avons confiance dans la croissance chinoise et son univers d’investissement, qui motivent notre surpondération actuelle dans la dette et les actions du marché émergent. A l’approche d’un été délicat sur le plan politique en Chine, les risques géopolitiques et financiers contrastent selon nous avec une belle promesse pour les investisseurs.

Une croissance économique effrénée – et ses conséquences
Le récent essor économique de la Chine est une réussite sans précédent. Après les importantes réformes mises en œuvre en 1978, l’économie chinoise a enregistré une progression moyenne annuelle de près de 10 % jusqu’en 2014, faisant ainsi sortir 800 millions de personnes de la pauvreté, une évolution sans précédent. Aujourd’hui, le pays est la deuxième plus importante économie du monde et la plus grande en termes de parité du pouvoir d’achat. Si son économie ralentit, à cause du vieillissement de sa population et de la diminution des gains de productivité, les autorités tablent toujours sur une croissance supérieure à 6,5 % cette année , l’économie poursuivant sa transition des secteurs manufacturier et des exportations vers celui de la consommation intérieure. Cela crée de formidables opportunités pour les investisseurs habitués aux faibles rendements de la plupart des pays développés.

Bien sûr, la croissance chinoise a eu un prix : pollution et dégâts infligés à l’environnement ; inégalités des progrès entre l’Est côtier développé et l’Ouest rural ; accroissement rapide de la dette et des créances irrécouvrables dans le système bancaire ; développement insuffisant des institutions et du système judiciaire ; effervescence du marché immobilier dans les villes ; et déséquilibre net par rapport au reste de l’économie mondiale, même s’il est en faveur de la Chine.

Comme l’histoire l’a régulièrement montré, la gestion d’une croissance effrénée est toujours un difficile exercice d’équilibriste : les faux pas commis par les voisins de la Chine, à l’instar du Japon (bulle immobilière/boursière qui a éclaté en 1992) et de la Corée du Sud (qui a connu une crise de change en 1997), au cours de leur propre développement économique en sont la preuve. En réalité, le monde est toujours très inquiet de la situation en Chine. Tout récemment, fin avril-début mai, lorsque les actions ont chuté, les rendements des obligations souveraines ont atteint leur niveau le plus élevé en deux ans, et les défauts d’obligations ont pratiquement atteint des niveaux record.


Risques géopolitiques et financiers
Nous reconnaissons que les investisseurs ont de bonnes raisons de s’inquiéter de la politique menée dans la région. La Chine est située dans l’une des régions du monde les plus exposées aux risques géopolitiques, où les ambitions des trois plus grandes économies mondiales (Etats-Unis, Chine et Japon) se heurtent aux motivations obscures de la Corée du Nord et aux objectifs de plusieurs nations asiatiques en pleine ascension. Il n’existe aucun plan stratégique pour résoudre les conflits régionaux, et il est impossible de prédire les mouvements de la Corée du Nord ou de quelle manière les litiges en Mer de Chine méridionale ou orientale évolueront. Nous voulons simplement souligner qu’un nouveau gouvernement sud coréen peut annoncer à tout le moins un cadre diplomatique plus stable et que la « diplomatie du carnet de chèques » menée par la Chine peut apaiser les inquiétudes de certains de ses voisins du sud, notamment les Philippines, quant à son expansion en Mer de Chine méridionale.

Selon nous, le principal problème pour les investisseurs qui souhaitent investir en Chine dans les 3 à 5 prochaines années est le risque financier, puisque le pays accuse un rapide accroissement de la dette. En 2016, cette dette contractée majoritairement par les entreprises et les ménages a dépassé 250 % du produit intérieur brut (PIB). Ces dernières années, les autorités se sont efforcées de gérer les créances douteuses et le risque systémique dans le secteur bancaire, et elles continuent de soutenir un grand nombre d’entreprises en déclin, appelées « sociétés zombie », notamment de grandes entreprises détenues par l’Etat. Toutes ces créances ne pourront pas être honorées à moyen terme. Cela laisse les décideurs politiques face à un choix épineux : accepter une inflation nettement plus élevée, qui ferait l’effet d’un impôt sur des ménages qui épargnent déjà 40 % de leurs revenus ; ou accepter la défaillance d’une grande part des créances, une décision délicate et politiquement risquée.

Les opportunités au cours de l’année du coq et au-delà
Mais pour l’heure, nous ne redoutons aucun atterrissage brutal de l’économie chinoise. La volatilité enregistrée à la fin du mois d’avril et en mai reposait en effet largement sur les efforts déployés par Pékin pour atténuer une partie de l’effet de levier des marchés financiers. La majeure partie du crédit bancaire est financé par les dépôts et les dettes hypothécaires restent faibles en terme de pourcentage du PIB. Nous pensons qu’il existe de nombreuses raisons d’admirer les récents efforts de planification et d’élaboration de la politique économique de la Chine, et les autorités ont toujours la main sur d’importants leviers fiscaux et monétaires, grâce auxquels ils peuvent continuer à soutenir l’économie, dont 3 billions de dollars américains (USD) de réserves en devises .

Cette année plus que toute autre, ils ont raison de maintenir le cap, puisque le congrès national quinquennal du Parti communiste se tiendra en novembre. Compte tenu de leur vieillissement, un nombre significatif des plus hauts dirigeants pourraient alors être remplacés, et le Président Jinping tentera de mettre en place de nouveaux alliés, de renforcer la discipline et de marquer durablement de son empreinte la philosophie du parti. A un moment si décisif sur le plan politique, les autorités seront plus que jamais disposées à éviter une chute brutale des cours boursiers, des fluctuations de change ou un resserrement trop agressif du marché immobilier.  

Parallèlement, le protectionnisme commercial revendiqué par le Président américain Donald Trump ne s’est en grande partie traduit par aucune mesure concrète, et alors que les Etats-Unis se retirent du partenariat trans-pacifique, la Chine semble prête à s’engouffrer dans la brèche. La Chine a récemment intensifié ses efforts pour conclure un Partenariat économique régional global (Regional Comprehensive Economic Partnership ou RCEP) en Asie, qui, malgré une portée plus limitée que le partenariat trans-pacifique, offrirait un cadre de libre échange à la région. Dans le même temps, la campagne « One Belt, One Road » du Président Jinping le positionne comme l’un des plus ambitieux dirigeants chinois contemporains. Les divers projets d’infrastructures prévus constitueraient un réseau sans précédent d’échanges commerciaux et d’investissements, reliant la Chine à l’Europe par voie terrestre, à travers l’Asie centrale et la Russie, et par voie maritime à travers l’Afrique et la Méditerranée (voir le graphique ci-dessous). Si les détails sont encore flous pour l’heure, et si de nombreux projets peuvent ne jamais se réaliser, cette manœuvre politique semble pour le moins avisée, car elle inspire confiance dans la région et constitue une promesse de gains pour les voisins de la Chine et d’une extension du réseau commercial.  

A plus long terme, bien sûr, la Chine conserve sa position de force, en tant que créancier net du monde, affichant d’importants excédents commerciaux et de la balance des opérations courantes. Elle peut également se targuer d’avoir des entreprises impressionnantes qui ouvrent la voie dans les secteurs de la « nouvelle économie », tels que le commerce en ligne, les énergies renouvelables et les voitures électriques. Nous pensons que l’infrastructure physique et technologique chinoise continuera à soutenir son économie, la croissance étant appelée à ralentir progressivement pour atteindre un taux plus sage de 3 à 4 % dans les 10 à 20 prochaines années, ce qui offre pléthore d’opportunités à long terme pour les investisseurs avisés.

1Objectif officiel du gouvernement chinois
2Chiffres officiels pour avril 2017

INFORMATION IMPORTANTE –MARKETING GENERAL
Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés

Actualités

Marchés émergents - La Chine étend son hégémonie

Quarterly Investment Strategy

20/07/2017

Japan - Difficile de faire mieux

Quarterly Investment Strategy

19/07/2017

La gouvernance familiale repensée

Thought leadership

18/07/2017

Europe - L’euroscepticisme a moins la cote

Quarterly Investment Strategy

17/07/2017

Etats-Unis - Ni inflation, ni récession

Quarterly Investment Strategy

12/07/2017

Bilan à mi-année : jusqu’ici tout va bien

Quarterly Investment Strategy

10/07/2017

Perspectives d'investissement - 3e trimestre 2017

Perspectives d'investissement - 3e trimestre 2017

Investment Strategy Podcast

06/07/2017

RETHINK EVERYTHING

Thought leadership

28/06/2017

Les philanthropes, la finance et la cité

Thought leadership

20/06/2017

RETHINKING EDUCATION

Thought leadership

15/06/2017

RETHINKING HEALTHCARE

Thought leadership

31/05/2017

Rethinking “Next-Gen” Philanthropy

Thought leadership

24/05/2017

Gestion des fondations en transformation

Thought leadership

23/05/2017

L’investisseur « 100% impact »

Thought leadership

19/05/2017

Asset Allocation – Maintenir un biais positif

Quarterly Investment Strategy

18/05/2017

Elections françaises - stratégie d'investissement

Elections françaises - stratégie d'investissement

Investment Strategy Podcast

10/05/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

08/05/2017

Hedge funds and rising interest rates

Investment Strategy

01/05/2017

Elections françaises

Elections françaises

Investment Strategy Podcast

25/04/2017

Elections présidentielles françaises

Investment Strategy

24/04/2017

Japon: La question de la longévité

Quarterly Investment Strategy

24/04/2017

Europe: Vers la fin des taux négatifs ?

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2017

Le Pen, Frexit and the future of the EU

Investment Strategy

10/04/2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Perspectives d'investissement du 2ème trimestre 2017

Investment Strategy Podcast

03/04/2017

Obligations climatiques: il faut rester vigilant

Nos experts dans la presse

01/04/2017

Le franc, refuge des élections en Europe

Nos experts dans la presse

16/03/2017

Rethinking sustainable cities with Monocle

Rethink everything

24/02/2017

Brexit : survivre en dehors du marché unique ?

Stratégie d'investissement

19/01/2017

Japon : un gagnant « accidentel » ?

Stratégie de placement trimestrielle

29/12/2016

Marchés émergents : La reprise ne fait que commencer

Stratégie de placement trimestrielle

28/12/2016

Europe: encore d’importants risques politiques à l’horizon

Stratégie de placement trimestrielle

23/12/2016

États-Unis : une cure de vitamines pour une économie fatiguée

Stratégie de placement trimestrielle

22/12/2016

Perspectives d’investissement 2017

Perspectives d’investissement 2017

Investment Strategy Podcast

19/12/2016

OPEC rises from the ashes

OPEC rises from the ashes

Investment Strategy Podcast

04/12/2016

Diabète : une technologie révolutionnaire

Révolution thérapeutique

18/11/2016

Élections américaines : perspectives d'investissement

Élections américaines : perspectives d'investissement

Investment strategy podcast

16/11/2016

Positioning portfolios for President Trump

Positioning portfolios for President Trump

Investment strategy podcast

10/11/2016

Donald Trump elected President

Investment Strategy

09/11/2016

Perspectives élections américaines

Perspectives élections américaines

Investment Strategy Podcast

24/10/2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Perspectives d'investissement du 4e trimestre 2016

Investment Strategy Podcast

21/10/2016

Japon : Seul en première ligne

Stratégie de placement trimestrielle

19/10/2016

Un dernier trimestre placé sous le signe de la politique

Stratégie de placement trimestrielle

07/10/2016

Philanthropie : l'indispensable mue

Philanthropie

20/09/2016

SOUTIEN FISCAL : LE GRAND RETOUR ?

Stratégie d'Investissement

01/09/2016

LE RETOUR DE LA « CÉLÈBRE BoJ »

Stratégie d'investissement Asie

09/08/2016

L’OR EST-IL RÉELLEMENT UNE BONNE COUVERTURE ?

Bulletin de stratégie d'investissement

22/07/2016

DES RISQUES POLITIQUES ET DES LEVIERS ÉCONOMIQUES

Stratégie de placement trimestrielle

14/07/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 3e TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

13/07/2016

FAÇONNER L'AVENIR DE L'IMPACT INVESTING

Impact Investing

07/07/2016

BREXIT : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES BANQUES ?

Point de vue des marchés

04/07/2016

L’ARGENT POURRAIT-IL TOMBER DU CIEL ?

Bulletin de stratégie d'investissement

01/06/2016

MARCHÉS ÉMERGENTS : STABILISATION DU PÉTROLE ET DU DOLLAR BIENVENUE

Stratégie de placement trimestrielle

04/05/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Investment Strategy Podcast

29/04/2016

JAPON : LES CERISIERS FLEURISSENT, LES SALAIRES NATIONAUX FLÉTRISSENT

Stratégie de placement trimestrielle

28/04/2016

EUROPE : LA REPRISE DEVRAIT MAINTENIR SA CADENCE

Stratégie de placement trimestrielle

25/04/2016

ÉTATS-UNIS : l'ECONOMIE RESTE SOLIDE

Stratégie de placement trimestrielle

21/04/2016

LE CYCLE DE CREDIT TOUCHE A SA FIN

Perspectives d'investissement

19/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE II)

Investment Strategy Bulletin

18/04/2016

L'ECONOMIE MONDIALE A ENCORE DES RESSOURCES

Stratégie de placement trimestrielle

15/04/2016

LES CRAINTES D’UN BREXIT SONT LÉGITIMES (PARTIE I)

Bulletin de stratégie d'investissement Avril 2016

13/04/2016

ALLOCATION D'ACTIFS

Stratégie de placement trimestrielle

12/04/2016

UNE CRISE DE CONFIANCE MONDIALE ?

Philanthropie

05/04/2016

SWISS FINTECH INNOVATION

Association

31/03/2016

AMERIQUE LATINE - QUELLES OPPORTUNITES ?

Investment strategy

23/03/2016

VERS DES TAUX NEGATIFS

Investment strategy

24/02/2016

L'ART DE MESURER L'IMPACT

Stratégie de placement

28/01/2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 1er TRIMESTRE 2016

Investment Strategy Podcast

19/01/2016

LE PIRE EST-IL PASSÉ POUR LA RUSSIE ?

Strategy Bulletin

03/11/2015

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT DU 4ÈME TRIMESTRE 2015

Investment Strategy Podcast

14/10/2015

INVESTIR SUR L’« ÂGE D’OR »

Strategy Bulletin

28/09/2015

Coup de projecteur sur la Fed

Strategy Bulletin

30/07/2015

Grèce : après le référendum

Strategy Bulletin

06/07/2015

La hausse du pétrole est plafonnée

Strategy Bulletin

28/05/2015

Opportunities and risks in global markets

Opportunities and risks in global markets

Investment Strategy Podcast

19/05/2015

Notre foire aux questions sur la Grèce

Bulletin d'investissement

17/02/2015

Economic outlook 2015

Bullletin de stratégie

17/12/2014

BAISSE DU PÉTROLE: BONNE OU MAUVAISE NOUVELLE ?

Bulletin de stratégie

01/12/2014

DES TEMPS DIFFICILES POUR L'AMÉRIQUE DU SUD

Bulletin de stratégie

03/11/2014

LA BNS DOIT-ELLE EMBOÎTER LE PAS À LA BCE ?

Bulletin de stratégie

20/06/2014

LA STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT DE LA CHINE

Bulletin de stratégie

24/04/2014

ABÉNOMIE : LE PLUS DUR RESTE À VENIR

Bulletin de stratégie

18/03/2014

QUELLES SONT LES OPTIONS DE LA BCE

Bulletin de stratégie

13/02/2014

BAISSE DE LA CROISSANCE CHINOISE ET OPPORTUNITÉS

Bulletin de stratégie

21/01/2014