fr

    rethink sustainability

    Les Chroniques CLIC® : Rencontrez Néolithe, la start-up qui met un terme à l’enfouissement des déchets

    Les Chroniques CLIC® : Rencontrez Néolithe, la start-up qui met un terme à l’enfouissement des déchets
    Nicolas Cruaud - Co-fondateur et Président de Néolithe

    Nicolas Cruaud

    Co-fondateur et Président de Néolithe

    Parlez-nous de Néolithe. Qu’est-ce que cela veut dire et quel problème essayez-vous de résoudre ?

    Néolithe est une jeune start-up industrielle ligérienne qui développe un nouveau procédé de traitement des déchets non-recyclables, la fossilisation accélérée, pour mettre un terme à l’enfouissement des déchets, de façon écologiquement et économiquement viable.

     

    D’où est-ce que l’idée de Néolithe vous est venue ?

    L’idée est venue de mon père, co-fondateur de Néolithe et tailleur de pierre, qui a fait le parallèle entre les « déchets des dinosaures » qui se sont fossilisés avec le temps, et les déchets des hommes. Il s’est demandé si on ne pouvait pas développer une sorte de fossilisation accélérée de ces déchets, afin d’en faire une nouvelle matière minérale.

     

    Quelle est votre innovation et comment l’avez-vous développée ?

    Néolithe transforme les déchets en pierre ! Sur l’idée de mon père, nous avons créé le Fossilisateur, une petite usine qui transforme les déchets non-recyclables en granulats minéraux (cailloux), sans chauffe. Ces granulats sont ensuite réutilisables dans le BTP, notamment dans les bétons et les sous-couches de routes.

    Nous avons créé la société en 2019, et aujourd’hui nous sommes 60, dont une grande majorité d’ingénieurs, de techniciens et de chimistes, qui travaillent à améliorer et à industrialiser le procédé. Aujourd’hui, notre premier Fossilisateur démonstrateur peut traiter 20 tonnes de déchets par jour.

    Aujourd’hui, notre premier Fossilisateur démonstrateur peut traiter 20 tonnes de déchets par jour

    En quoi cette innovation est-elle durable et parlez-nous de son impact ?

    Le procédé de fossilisation accélérée Néolithe a été créé dans un but écologique. D’un point de vue qualitatif, nous évitons l’enfouissement, qui n’est absolument pas durable, et l’incinération, qui est fortement émettrice en CO2. D’un point de vue quantitatif, fossiliser une tonne de déchets permet d’éviter 120kg de CO2 par rapport à l’enfouissement et d’en séquestrer 320kg supplémentaire.

    La fossilisation accélérée est intrinsèquement un procédé à bilan carbone négatif : son bilan carbone est plus que compensé par la séquestration carbone qu’elle génère. Si nous fossilisions tous les déchets non-recyclables français, nous pourrions éviter de l’ordre de 5% des émissions françaises de CO2, toutes industries confondues. C’est considérable !

    Pouvez-vous décrire les étapes du processus de "fossilisation accélérée" ?

    Grossièrement, la fossilisation accélérée s’effectue en 3 étapes : nous micronisons les déchets, à la taille d’une farine, puis nous la faisons réagir avec des liants minéraux que nous avons conçus. Enfin, une fois la réaction effectuée, nous mettons en forme la matière sous pression, pour constituer des granulats. Le tout sans chauffe.

     

    Pouvons-nous utiliser n’importe quel type de déchets ? Et quels sont les résultats obtenus ?

    Aujourd’hui, nous savons traiter ce qu’on appelle les DIB (Déchets Industriels Banals), composés d’un mix de plastiques, bois, cartons souillés, textiles, etc. La R&D en cours vise à pouvoir traiter les Ordures Ménagères, c’est-à-dire les déchets non-recyclables des particuliers.

     

    Que faites-vous ensuite des cailloux ? A qui appartiennent-ils ?

    Les granulats d’Anthropocite, comme nous les avons appelés, ont vocation à être utilisés en substitution de granulats naturels dans les bétons et les sous-couches de routes. Aujourd’hui, ils sont certifiés dans un premier temps pour des usages dans des bétons spécifiques, et d’autres certifications sont en cours. Ces granulats sont eux-mêmes recyclables, au même titre que des granulats naturels. C’est le centre de tri propriétaire du Fossilisateur qui est également propriétaire des granulats, donc c’est lui qui les revend, avec notre aide au démarrage, aux acteurs du BTP.

     

    Quel est votre marché ? Quels sont les avantages économiques et durables pour vos clients ?

    Nous vendons nos Fossilisateurs dans un premier temps aux industriels du tri des déchets. Ces entreprises sont exploitantes de centres de tri, qui génèrent de grandes quantités de déchets non-recyclables en bout de chaîne. Le Fossilisateur vient se « plugger » directement sur le centre de tri, de façon à traiter les déchets sur place.

    Pour le client, l’avantage est triple :

    Avant tout, il se différentie sur le critère environnemental vis-à-vis de ses concurrents qui enfouissent ou incinèrent leurs déchets non-recyclables.

    Ensuite, il devient autonome sur le traitement des déchets non-recyclables, là où il est habituellement tributaire de l’exploitant du site d’enfouissement, dont les capacités de traitement diminuent fortement grâce aux contraintes règlementaires.

    Enfin, la fossilisation accélérée coûte moins cher ou le même prix que les solutions de traitement classiques, dont le prix augmente fortement chaque année grâce aux contraintes règlementaires.

    En transformant les déchets en pierre, on résout le problème des déchets, tout en générant une nouvelle matière première utile et en résolvant également la problématique CO2

    Lire aussi : Klimato, la start-up suédoise qui utilise des labels pour lutter contre les émissions alimentaires

     

    Pourquoi est-ce plus intéressant de transformer les déchets en pierre plutôt qu’en autre chose ?

    Aujourd’hui, le mieux qu’on sache faire pour ce type de déchets en mélange, c’est de les brûler pour en faire de l’énergie. Le problème, c’est que l’énergie obtenue est très carbonée, donc on résout le problème des déchets mais pas du CO2. En transformant les déchets en pierre, on résout le problème des déchets, tout en générant une nouvelle matière première utile et en résolvant également la problématique CO2. Pour l’instant on ne sait pas faire mieux !

     

    Pourquoi est-il préférable d'acheter des cailloux Néolithe plutôt que d'autres types ?

    Les granulats d’Anthropocite sont des granulats recyclés qui n’ont pas eu d’impact négatif sur les ressources fossiles, dans un contexte où il est de plus en plus contraignant d’ouvrir des carrières. De plus, ces granulats sont naturellement carbon-négatifs, c’est-à-dire qu’au lieu d’avoir un bilan CO2 de 5kg CO2/t comme tous les granulats, ils ont un bilan CO2 de -300kg CO2/t, du fait de la séquestration carbone permise par la fossilisation accélérée. Ils permettent donc aux industriels de la construction de décarboner les constructions dans lesquels ils utilisent ces granulats.

     

    InArticle-neolithe-stones.jpg

     

    Qui sont vos concurrents au niveau national ? Et au niveau international ?

    Nous n’avons pour le moment pas identifié de technologie comparable. La concurrence vient plutôt des technologies d’incinération des déchets, qui sont aujourd’hui les technologies matures pour remplacer l’enfouissement.

    Lire aussi : Comment notre futur siège social contribuera à l'économie locale

     

    Néolithe est en fait une start-up familiale. C’est un peu le modèle moderne d’une entreprise familiale. Comment cela fonctionne-t-il ?

    Chez Néolithe, je travaille avec mon père, l’inventeur du procédé, ma mère, et bientôt mon frère. Ce n’était pas forcément évident pour mon 3ème associé Clément de se positionner vis-à-vis de nous au début, mais il a vite trouvé ses marques. C’est un peu la nouvelle version d’une entreprise familiale, car mon père n’est pas le fondateur de la boite, et donc il ne me l’a pas transmise comme dans le modèle traditionnel. D’un point de vue purement hiérarchique, je suis théoriquement son patron, donc ça change de d’habitude !

    Dans 5 ans, Néolithe sera en plein développement à l’international, et la fossilisation accélérée sera reconnue comme la nouvelle technologie de référence pour traiter tous les déchets non-recyclables

    A quoi ressemblera Néolithe dans 5 ans ? Quels sont vos objectifs et futurs marchés ?

    Dans 5 ans, Néolithe sera en plein développement à l’international (notamment l’Europe), et la fossilisation accélérée sera reconnue comme la nouvelle technologie de référence pour traiter tous les déchets non-recyclables.

     

    Et vous, que faites-vous pour mieux gérer vos déchets ?

    Je ne pense pas être le citoyen modèle pour mes propres déchets. J’achète encore beaucoup dans des supermarchés classiques, alors que le vrac permettrait de générer moins de déchets par exemple. Cependant je fais très attention au tri.

    Je pense qu’une bonne façon de prendre conscience de l’impact de nos déchets, c’est d’imaginer que les déchets qu’on met dans la poubelle non-recyclables seront soit enterrés dans notre jardin, soit brulés dans notre cheminée, car c’est la philosophie de ce que nous faisons aujourd’hui.

    Information Importante

    Le présent document de marketing a été préparé par Banque Lombard Odier & Cie SA ou une entité du Groupe (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.

    En savoir plus.

    parlons-nous.
    partager.
    newsletter.