Winter is coming: what’s next for US markets after a tense political summer?
Stéphane Monier Chief Investment Officer, Lombard Odier Private Bank

Winter is coming: what’s next for US markets after a tense political summer?

After a summer of political chaos in Washington, we ask whether the Republican reform agenda – once lauded by the market – will prove the ultimate casualty of the turmoil on Capitol Hill.

On the election of President Trump, risk assets rallied on the prospect of corporate tax cuts, deregulation and a trillion dollars of infrastructure spending. Within six weeks of Trump’s victory, US equities had hit the first of many highs, while the dollar strengthened and US treasury yields rose. Across the sectors, the parts of the markets deemed most likely to benefit from reform, including deregulation (banks), infrastructure spending (manufacturing / construction), earnings repatriation (tech) and corporate tax cuts (small caps) enjoyed the lion share of the upside.

With the Trump trade having long evaporated, markets were further disappointed by clear signs that Donald Trump was losing the confidence of the business community. As we move into a new season, we believe the market will imminently refocus its attention away from the turmoil of the past month towards a year-end agenda that is itself fraught with political flashpoints.

A quieter Autumn?

In light of the increasingly combative relationship between the White House and the rest of the Republican party, it is unlikely that Trump’s policy agenda will pass through Congress unscathed. The first big legislative test will come in the form of the debt-ceiling negotiations next month. Following the failure to pass key healthcare reform and Trump’s recent threat to ‘shut down government’ should he fail to get the necessary funding to build a wall on the Mexican border, we are braced for some market jitters in the run-up to the 29 September 2017 deadline for agreeing a new borrowing limit.

As Congress returns from its summer recess, it has been greeted with White House efforts to reinvigorate the reform agenda., Markets, meanwhile, are still awaiting solid detail on the infrastructure building plan, or indeed any other area of reform.

Although, as investors, we maintain a clear distinction between politics and our positioning, we share the concern that any worsening of the political climate in Washington could be a tangible threat to economic policy. As this fact dawns on the market, we may see business and consumer confidence ease in the coming months. But what ultimately tempers the importance of the political turmoil of the summer and the tangible loss of confidence in Trump, are the fundamentals of the US economy.

The economy can stand on its own two feet

After eight years of expansion, continued falling unemployment and no clear sign of recession, we would argue that the US needs neither tax reform nor a pro-business agenda. The economy is doing relatively well on its own: Q2 economic data and forward-looking indicators1 suggest continued strength for Q3. Service activity remains solid and, going forward, none of the economic and market measures that we monitor[1] are sending signals of an imminent slowdown in growth.

On fiscal reform more specifically, Trump’s proposals to cut corporation tax from 35% to as low as 15% is unlikely to come to pass in the near term. Despite the market’s initial enthusiasm for this policy, deeper analysis of the US tax regime suggest that most companies pay an average of 26% corporate tax and any reform is likely to take the average down to a level of 23%. Meanwhile, history tells us that tax cuts are most effectively used for counter-cyclical purposes during the end stages of an economic cycle.

Looking now to the Fed, minutes from the July meeting documented the debate among policymakers over the effect that rate hikes would have on inflation. Some committee members argued that the board “could afford to be patient, under current circumstances, in deciding when to increase the federal funds rate further.”2

Unless inflation picks up, we think the Fed will be forced to slow down the pace of interest rate rises as it enters the 1.5-2.0% range. The standard ‘Taylor rule’, which links the path of interest rates to developments in price growth and labour markets, implies rates should be curbed around 2%.

In our view, US fiscal authorities may do well to follow the Fed in keeping its powder dry, and saving its stimulus for such a time as the economy might need it.

After eight years of expansion, the US has arguably overrun its growth cycle. But with, for now, few signs that the economy is overheating, we believe the administration would be wise to hold fire, allowing economic – as opposed to political – forces to dictate the timing of its stimulus.

[1] Q2 indicators: ISM Manufacturing Index +1%; Retail Sales -0.1%; Industrial Production Index +1.3%; S&P 500 Index +2.57%. Source: Bloomberg, 01 August 2017$

[2] US Federal Reserve Publications, 16 August 2017

Information Importante

Le présent document de marketing a été préparé par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit agréé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. La publication de document de marketing a été approuvée par chacune de ses succursales opérant dans les territoires mentionnés au bas de cette page (ci-après « Lombard Odier »). Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document. Le présent document de marketing est fourni à titre d’information uniquement et ne saurait constituer une offre ou une recommandation de souscrire, d’acheter, de vendre ou de conserver un quelconque titre ou instrument financier. Il reflète les opinions de Lombard Odier à la date de sa publication. Ces opinions et les informations exprimées dans le présent document ne prennent pas en compte la situation, les objectifs ou les besoins spécifiques de chaque personne. Aucune garantie n’est donnée qu’un investissement soit approprié ou convienne aux circonstances individuelles, ni qu’un investissement ou une stratégie constituent une recommandation personnalisée pour un investisseur. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseils fiscaux. Il vous incombe par conséquent de vérifier les informations susmentionnées et toutes les autres informations fournies dans les documents de marketing ou de consulter vos conseillers fiscaux externes à cet égard.
Tout investissement est exposé à une diversité de risques. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Les informations et les analyses contenues dans le présent document sont basées sur des sources considérées comme fiables. Toutefois, Lombard Odier ne garantit ni l’actualité, ni l’exactitude, ni l’exhaustivité desdites informations et décline toute responsabilité quant aux pertes ou dommages susceptibles de résulter de leur utilisation. Toutes les informations, opinions et indications de prix peuvent être modifiées sans préavis.
Les performances passées n’offrent aucune garantie quant aux résultats courants ou futurs et il se peut que l’investisseur récupère un montant inférieur à celui initialement investi. La valeur de tout investissement dans une monnaie autre que la monnaie de base d’un portefeuille est exposée au risque de change. Les taux peuvent varier et affecter défavorablement la valeur de l’investissement quand ce dernier est réalisé et converti dans la monnaie de base de l’investisseur. La liquidité d’un investissement dépend de l’offre et de la demande. Certains produits peuvent ne pas disposer d’un marché secondaire bien établi ou s’avérer difficiles à valoriser dans des conditions de marché extrêmes, ce qui peut se traduire par une volatilité de leur cours et rendre difficile la détermination d’un prix pour la vente de l’actif.
Membres de l’UE : Belgique: Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg · Succursale de Belgique, un établissement de crédit dont les activités en Belgique sont soumises à la surveillance de la Banque nationale de Belgique (BNB) et de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA); France: Lombard Odier (Europe) S.A. · Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Pays-Bas: Lombard Odier (Europe) S.A. · Netherlands Branch, un établissement de crédit dont les activités aux Pays-Bas sont soumises à la surveillance de la Banque des Pays-Bas (De Nederlandsche Bank (DNB)); Espagne: Lombard Odier (Europe) S.A. · Sucursal en España, un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV); et Royaume-Uni: Lombard Odier (Europe) S.A. • UK Branch, un établissement de crédit , réglementée au Royaume-Uni par la Prudential Regulation Authority (PRA) et soumise à une réglementation limitée par la Financial Conduct Authority (FCA) et la Prudential Regulation Authority (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre agrément et de notre réglementation par la PRA ainsi que sur la réglementation par la FCA. La réglementation britannique sur la protection des clients privés au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »).
Par ailleurs, la publication du présent document de marketing a également été approuvée par les entités suivantes domiciliées au sein de l’Union européenne: Gibraltar: la publication du présent document de marketing a été approuvée par Lombard Odier & Cie (Gibraltar) Limited, , une société réglementée et agréée par la Commission des services financiers de Gibraltar (FSC) pour exercer des activités de services bancaires et de services d’investissement ; Espagne: Lombard Odier Gestión (España) SGIIC., S.A., une société de gestion d’investissements agréée et réglementée par la CNMV.
Suisse : Le présent document a été publié en Suisse par Banque Lombard Odier & Cie SA Genève, une banque soumise à la réglementation et à la surveillance de l’Autorité suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Etats-Unis: Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis ou remis à une US-Person.
Le présent document de marketing ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de Lombard Odier.
© 2016 Lombard Odier (Europe) S.A. – Tous droits réservés